Notre dossier : Florange, le conflit avec Mittal Brève

ArcelorMittal à Florange : le ticket Serin-Mordachov

«Il n’y a pas de repreneur crédible et ferme pour Florange», avait estimé Matignon, vendredi soir. Pourtant, il y avait bien deux repreneurs prêts à mettre ensemble 500 millions d'euros.

La rédaction de Mediapart

5 décembre 2012 à 08h19

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

« Il n’y a pas de repreneur crédible et ferme pour Florange », avait estimé Matignon, vendredi soir. Jean-Marc Ayrault avait ainsi sonné le glas de la nationalisation temporaire suivie d'une cession à un repreneur, piste défendue notamment par Arnaud Montebourg. Or, selon le Républicain lorrain, deux poids lourds de la sidérurgie européenne étaient associés dans le ticket Montebourg pour reprendre l’ensemble du site lorrain d’ArcelorMittal, dont les hauts-fourneaux avaient été condamnés par Lakshmi Mittal le 1er octobre : Bernard Serin, patron de CMI (Seraing, Belgique, 3 400 employés dans le monde) et Alexei Mordachov, le milliardaire qui possède le géant russe de l’acier Severstal. Arnaud Montebourg avait annoncé la semaine dernière à l’Assemblée nationale qu’il avait bien « un industriel, pas un financier, capable d’investir 400 M€ » pour reprendre Florange. L'annonce avait agacé Matignon. Selon Le Républicain lorrain, le duo promettait pourtant de mettre 500 millions d'euros sur la table.

La rédaction de Mediapart


28 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne