Les folles aventures d'un fonds d'investissement de BPCE

Par

Dans un rapport confidentiel, l'Autorité des marchés financiers (AMF) formule de très vifs griefs contre Viveris Management, un fonds d'investissement sous contrôle de la banque BPCE. De nombreuses opérations financières sont critiquées par le gendarme des marchés, dont une au profit du site Internet Slate.fr. Des tractations secrètes sont engagées pour céder ce fonds au groupe Arjil qui a profité des conseils d'un certain... Charles Milhaud, le patron déchu des Caisses d'épargne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un nouveau séisme se prépare dans le microcosme des fonds français d'investissement: l'Autorité des marchés financiers (AMF) vient de mettre la dernière main à un rapport provisoire sur la société marseillaise Viveris Management. Le document, dont Mediapart a obtenu une copie, formule de très lourds griefs contre la société de gestion, en particulier ceux d'avoir contrevenu en de nombreuses circonstances au règlement de l'AMF, qui s'impose à tous les acteurs du secteur, ainsi que d'avoir enfreint de nombreuses dispositions du code monétaire et financier– ce que conteste le président de la société incriminée, Eric Schettini. Ces griefs prennent d'autant plus de relief que, selon nos informations, cette société Viveris Management, qui est pour l'instant dans le périmètre de la banque BPCE, est en passe d'être cédée pour passer sous le contrôle de la banque Arjil.