Reprise ou pas, c'est toujours le PIB qui gagne à la fin

Fin de la récession en vue, reprise technique à l'automne pour la zone euro… Les prévisions sont de retour, et confirment une fois de plus à quel point le produit intérieur brut reste, malgré ses limites criantes en temps de crise, l'alpha et l'oméga du débat économique français.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Depuis le cœur de l'été, l'embellie serait en vue. Les plus optimistes veulent croire que la récession de la zone euro – la plus longue depuis la création de l'union monétaire – prendra fin à l'automne. Un indicateur très suivi par les marchés semble avoir confirmé lundi la tendance : pour la première fois depuis dix-huit mois, l'indice de l'activité des entreprises a fait état d'un mieux, pour les industries et les services, en juillet.
La progression de l'activité se révèle en fait extrêmement faible, et surtout inégalement répartie sur le continent (le repli se poursuit en France ou en Espagne). Mais il est tentant d'y voir l'un des signes annonciateurs de cette « reprise » tant attendue. Quelques jours plus tôt, Eurostat a révélé un frémissement sur le front de l'emploi : le taux de chômage a légèrement glissé en juin, à 12,1 % contre 12,2 % le mois précédent – même si plus de 19 millions d'Européens restent sans emploi. En Espagne, le nombre de personnes est en recul – infime – pour le cinquième mois consécutif.
Six ans après l'éclatement de la crise, le bout du tunnel serait-il enfin proche ? Cette batterie de fragiles statistiques fait écho à la sortie, le 14 juillet, de François Hollande, affirmant que la reprise économique « est là ». Le président, qui n'en est pas à sa première déclaration hasardeuse (il avait assuré, en décembre 2012, que la crise de la zone euro était « derrière nous », quelques semaines avant les secousses chypriotes), faisait référence à la production industrielle dans l'Hexagone, « qui repart ». Elle a certes augmenté de 2,2 % en avril par rapport au mois précédent, mais a reculé de 0,4 % en mai.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Europe — Analyse
par Romaric Godin et Donatien Huet
Gauche(s) — Analyse
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Gauche(s) — Entretien
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Éducation — Enquête
Éducation à la sexualité : Mediapart révèle un rapport d’inspection enterré par Blanquer
Un rapport de l’inspection générale de l’éducation nationale, qui établit la trop faible efficacité de l’éducation à la sexualité, est resté un an dans les tiroirs de Jean-Michel Blanquer. Son successeur, Pap Ndiaye, semble enfin vouloir faire de cette politique publique une priorité.
par Mathilde Goanec et Pierre Januel
Qatar : le Mondial de la honte — Enquête
Au Qatar, l’enfer des travailleuses domestiques
Encore plus invisibilisées que les forçats des chantiers car maltraitées dans l’intimité de foyers privés où elles sont recluses, les travailleuses domestiques subissent des abus et des violations systémiques au Qatar. Deuxième volet de notre enquête au royaume de l’esclavage moderne.
par Rachida El Azzouzi
Moyen-Orient — Enquête
Sabra et Chatila : histoire d’un massacre anticipé par Israël
Il y a quarante ans, le 16 septembre 1982,  commençait dans les camps de réfugiés palestiniens du Liban une orgie de viols et d’assassinats qui allait se poursuivre pendant trois jours. Cinq mois plus tard, une commission d’enquête gouvernementale concluait qu’aucun Israélien ne pouvait être tenu pour responsable des massacres. Un universitaire a découvert à Jérusalem, dans les archives officielles, une tout autre vérité…
par René Backmann
Musique — Enquête
Harcèlement en ligne : Booba et ses ultras
Une cuisinière, un producteur, des journalistes, une photographe, la femme du rappeur Maître Gims ou Magali Berdah, l’agente des stars de la téléréalité : le monument du rap français ne retient jamais ses coups sur les réseaux sociaux contre celles et ceux qu’il considère comme ses ennemis. Il emmène avec lui des milliers de fans aux méthodes confinant souvent au cyberharcèlement.
par Khedidja Zerouali