Un amendement scandaleux au profit des plus riches

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

  • Nouveau
  • 06/12/2008 21:19
  • Par
Philippe Marini, sénateur, rapporteur général de la Commission des finances du Sénat, fait partie de la commission de surveillance de la caisse des dépôts , Cest lui qui avait ecrit un dossier complet sur la CDC en avril 2007. Je vous donne les titres du dossier : - Qui contrôle la CDC ? Personne ! - Pas très efficace malgré ses privilèges - La CDC "trustée" par les énarques - Salariés de la Caisse : 89 000 euros par an - Les collectivités locales, obligées de la CDC. - La CDC : "n°1 du logement social". Mais où sont les logements ? - Des fonctionnaires exppert en PME - La Caisse de Dépôt du Quebec : transparence, efficacité et responsabilité - Les propositions de l'IFRAP . L IFRAP : N° 68 - avril 2007 http://www.ifrap.org/La-Caisse-des-Depots-et-Consignations-au-service-d-elle-meme,0208.html# Un think tank independant ....etc, etc.... Rien que de la bonne lecture :( et plein de bonnes idées pour Sarkosy :(((( . RIEN QUE DES MENSONGES
  • Nouveau
  • 06/12/2008 21:29
  • Par
Je décris qui est Monsieur Marini. Une référence
Chère Marie, Mon "O¿O" commentait l'acadabrantesque amendement. Scandaleux et incroyable. Pas votre commentaire à vous : éclairant. Pas d'inquiétude. Pardon de n'avoir été plus clair. J'étais sans voix.
Tout cela est désespérant...!
Cela va être du gateau pour mélanchon.
Cela va être du gateau pour mélanchon.
Voila, une sacrée bonne idée. C'est une plaisanterie ????
Ceux qui ne jouent pas en Bourse, paieront pour tous les joueurs financiers, ceux qui nous ont, en partie, créé (amplifié ! ) cette crise. C'est la récompense aux bons élèves qui ont suivi les marchés financiers.
Mais alors peut-on déduire de nos impôts le manque à gagner de notre pouvoir d'achat ? J'en ai plein d'autres comme cela.... Ah ! OUIiiiiii J’y suis. Après le dépistage des délinquants en maternelle, c’est encore un enfumage génial. Laissez tomber amis médiapartistes, c'est pour faire causer sur les blogs !
Un homme politique conservateur du début du sècle dernier expliquait qu'il fallait faire payer l'impot aux pauvres, car ils étaient plus nombreux. Marini ne fait que retourner aux sources de la droite. Les pauvres paient l'impot et les riches consomment...en fait c'est bien un peu les principes de la relance sarkozienne. C'est plus que désésperant, c'est imbécile.
C'est absolument incroyable. Unique en Europe. . Il faut absolument diffuser l'info le plus possible...
C'est absolument incroyable. Unique en Europe. . Il faut absolument diffuser l'info le plus possible...
Unique au monde peut être ?
  • Nouveau
  • 06/12/2008 22:40
  • Par
C'est la classe moyenne et les ouvriers non licenciés qui vont devoir compenser le manque à gagner, mais l'amendement est peut-être présenté pour donner le beau rôle aux parlementaires UMP (ils avaient fait le coup au sénat sur le logement) ou au premier ministre ou au président en s'y opposant montrant ainsi leur fibre sociale. Et les gens commenteront heureusement qu'il-s étai-ent là. Et de remonter de deux points dans les sondages. C'est giscard qui a inventé cette tactique. En tout cas cette proposition arrive au moment où le directeur d'une firme automobile américaine après avoir perçu 28 millions de dollars de revenus ait proposé de ne toucher qu'un dollar pour l'année 2008-2009.
C'est si hallucinant que, comme vous, j'ai tendance à penser qu'il s'agit d'un de ces ballons d'essai dont le président a le secret: on lance un truc énorme, on observe les réactions et on désamorce plus ou moins en fonction des sondages commandés illico. Possible aussi qu'il s'agisse d'une autre tactique favorite du chef : le brouillage d'un projet immonde et peu avouable par un rideau de fumée qui attire regards et réactions indignées, alors posons-nous la question: quelle soi-disant réforme veut-il faire passer en douce tout en nous distrayant avec cette histoire incroyable?
C'est très probable. C'est un moyen de détourner la discussion sur les questions de fond. A la fin, le président va jouer l'arbitre en faveur du "peuple". Et on aura oublié de discuter des mesures principales.
C'est un peu n'importe quoi votre titre et article. L'amendement ne s'appliquerait qu'aux personnes ayant moins de 25.000 euros de cession dans l'année. Aucun très riche, riche, un peu riche, un tout petit peu riche, ni quelqu'un de fortuné n'est concerné.
Ah bon! Le fait que cette idée hallucinante soit assortie d'un plafonnement vous rassure? Vous connaissez un pays au monde où on a eu l'idée de faire payer par les finances publiques les pertes en Bourse? "C'est un peu n'importe quoi", dites-vous...Dois-je vous rappeler que le salaire médian en France est à peu de choses près de 1.700 euros nets part mois?
Je me permets de déduire de votre réaction que vous, Alexander, êtes concerné....
Je ne suis pas concerné car je dépasse largement les 25.000 euros de cession. Ce qui ne veut pas dire que je suis riche.
Compliments !
Laurent Mauduit, Je n'ignore pas le montant du salaire médiant. Simplement le plafonnement exclut les riches du dispositif et votre article laisse pense que se sont les très riches avec votre titre "Un amendement scandaleux pour plaire aux très riches" ou les fortunés (dans le texte de votre article) qui seraient concernés. 25000 euros, cela représente une somme d'argent significative mais on est loin de la richesse (sans oublier qu'on parle là de cession et non de capital). Plutôt que de prétendre que ce dispositif profiterait aux très riches, ce qui est factuellement faux, vous auriez effectivement du nous inciter à réfléchir sur son principe assez surprenant comme vous le faites dans la réponse que vous m'avez faite.
A Alexander, Quand un artisan ou un commerçant fait faillite, il n'est pas indemnisé par les contribuables. Cela ne semble pas vous choquer que ses dettes ne soient pas prises en charge par l'Etat. A quand une réduction d'impôt pour tous ceux qui risquent leur argent pour créer une entreprise? Après tout, ce sont nos enfants qui paieront la facture. Alors, allons-y rentiers, profitons-en!
@ Alexander C'est tres pertinent. L' article est outré et cela gache le ton général du media.
Et oui, les riches sont comme cela, tant qu'il y a un plus riche qu'eux, ils se croient pauvres !
Bonjour Laurent Mauduit, En droit fiscal, au Canada, les impôts concernent les profits, les pertes, en affaire font toujours diminuer les impôts, si le principe fonctionne dans un sens, il doit fonctionner dans l'autre. Et pas de doute les montants dont vous parlez, n'ont rien à voir avec les TRÈS RICHES qui doivent rigoler du titre de votre article, et qui de toutes façons, je ne suis pas inquièt pour eux, ont certainement d'autres moyens plus subtils pour échapper en grande partie aux impôts de leur pays. Cela est triste, mais les TRÈS riches sont de petits malins, sinon ils ne seraient pas TRÈS riches, et ce sont eux qui tirent les ficelles dans bien des pays. Je ne vous donne pas de noms de TRÈS riches au Canada, vous les trouverez facilement via INTERNET, et ces gens là tirent sur de TRÈS GROSSES FICELLES, car ils sont TRÈS RICHES. Belle journée. Merci à Médiapart pour cette espace de liberté. Michel Zim
en réponse @ Alexander qui trouve cette mesure absolument normale : je suppose, Monsieur, que vous faites partie de ceux qui estiment qu'on n'a pas à "payer" les chômeurs à rien faire ? C'est vrai, quoi, c'est de leur responsabilité, ils n'ont qu'à se remuer pour trouver du boulot. La collectivité n'a pas à payer pour des fainéants ... Eh bien souffrez, Monsieur, que nous, salariés et chômeurs, pensions que la collectivité n'a pas à payer pour des gens dont c'est la responsabilité d'avoir "joué en bourse" . La collectivité n'a pas à payer pour des rentiers ... C'est ça la lutte des classes. Comment a-t-on pu croire qu'elle n'avait plus lieu ?
Alexander, si cette mesure vous semble normale, j'imagine que vous trouverez aussi normal que l'Etat vote une loi visant à taxer 10.000€ sur une plus value de 25.000€...
Je n'ai pas dit que cette mesure était normale ! J'ai simplement pris à parti le titre de l'article qui prétend que cette mesure s'adresse aux très riches !
Il existe des réductions d'impôts pour ceux qui créent une entreprise... Pour le reste le mécanisme proposé ici est celui qu'on applique aux entreprises : une entreprise totalise ses gains et ses pertes et fait la différence. Cela s'appelle son bénéfice et paie des impôts sur cette différence (et non sur ses gains bruts si on veut bien oublier le fameux IFA pour lequel le commerçant n'est pas imposé).
Mr Alexander, ce qui est triste, c'est que vous ne semblez pas savoir ce qu'est l'indignation. Vos propos sont dérisoires, parce que comptables...
Soit, mais j'étais dans le second degré. Mais si vous voulez, plus sérieusement, vous dîtes, je cite, que : Aucun très riche, riche, un peu riche, un tout petit peu riche, ni quelqu'un de fortuné n'est concerné. Ce qui est faux. Par rapport, à la majorité des salariés et des retraités, cette aide bénéficiera à la minorité riche qui avait les moyens non seulement d'investir dans la bourse mais en plus de prendre des risques. Bien sûr, elle ne bénéficiera pas aux millionnaires, et encore heureux; mais à ce que je sache ces derniers sont une minorité de la minorité des riches. De plus, de fait les non-imposables sont exclus de cette mesure ce qui la rend encore plus discriminatoire.
Vous ne répondez pas du tout à "lartigue" qui ne sont pas nécessairement concernés par les réductions d'impôts à la création que vous évoquez limitées à la formation du capital. Eux ne sont pas nécessairement en société ou alors de longues dates. Leurs pertes ne sont pas déductibles des revenus fonciers qu'ils peuvent avoir par exemple. Non seulement des revenus mobiliers et fonciers sont globalement moins fortement taxés que des revenus d'activité mais en plus les pertes sont mises à notre charge commune... Par ailleurs, ceux qui ont été assez raisonnables pour ne pas vendre n'ont d'une part rien perdu et non d'autre part pas participé à la dégradation de la " confiance" et à la chute jusqu'à l'absurde de certaines valeurs boursières. Cet amendement récompense donc ceux qui n'ont pas arrangé les choses en vendant... Indéfendable.
Votre comparaison est bancale. Car celui qui crée une entreprise génère une valeur pour la société et l'objet de son entreprise est une quelconque activité "productive". Or celui qui boursicote ne le fait que pour lui, et n'a aucune autre activité. La Bourse c'est le "jeu" sur la valeur. Il y en a qui gagnent et d'autres qui perdent. Aucune comparaison avec le capital social ni avec le chiffre d'affaires et les frais généraux !!!
Pour tout vous dire, dirigeant une petite PME et risquant donc le dépôt de bilan, je n'ai pas ressenti le besoin de répondre à cette comparaison avec la situation du commerçant. Je prends mes risques, je ne bénéficie d'absolument aucune aide (je même suis opposé aux aides aux entreprises qui me paraissent bien peu efficaces) et je ne demande aucune réduction d'impôt. La seule chose, c'est que l'amendement (dont il est loin d'être sûr qu'il soit adopté) n'est pas destiné aux très riches du fait du seuil de 25.000 euros.
Chère Etoile66, Manifestement vous n'avez pas le début du commencement d'un savoir minimum sur les moyens de financement d'une entreprise. Et malheureusement sur ce point les articles de Laurent Mauduit ne vous seront d'aucune aide.
Parce que VOUS financez votre entreprise ? Et savez lire un bilan ? Il se trouve que je finance la mienne depuis des années.
A mon avis vous ne connaissez pas la situation dans laquelle de nombreuses personnes sont actuellement en France. Vous n'auriez pas écrit ce commentaire obscène. Bac+5, 10 ans d'expérience, gagnant 10 000 euros par an les bonnes années, je peux vous dire que 25 000 euros pour moi, c'est une fortune. Même 1000 euros.
@ Bertrand: le ton est outré parce que le journaliste l'est. Comme beaucoup de lecteurs, en tout cas moi. Jusqu'à nouvel ordre, l'opinion n'est pas un délit. Qui joue en bourse accepte les pertes autant que les gains. Et ne me dites pas que ce sont des investisseurs de long terme.
Récompenser des perdants, ca existe déjà et dans certains cas, ca s'appelle parchute doré et s'applique encore une fois à des pdg privéligiés.
@seveg Je ne parle pas du fond de l' intention législative. Je la trouve ridicule ou déplacée. Mais Alexander a raison de penser que l' outrance de l' article manque sa cible. Ce qui est parfois le cas sur MEDIAPART et dommage.
Sur quelle planète France êtes-vous Alexander ? Connaissez-vous beaucoup de gens autour de vous qui ont 25 000 euros à "jouer" en bourse ? Si c'est le cas, tant mieux. D'autant que maintenant, ils peuvent continuer puisqu'ils sont assurés d'être remboursés par mes semblables et moi qui à bac +5 et 15 années de travail peinons à mettre de côté le 1/10ème de cette somme !
Plus qu'obscène, imbécile, je me demande s'il ne faudrait pas dédommager ceux qui jouent au Loto...sans gagner!
Cet amendement finalement rejeté, même par des UMP, ce qui corrobore la thèse du ballon d'essai, relève de la même logique que celle des stock-options : celle d'une loterie où l'on ne perd pas. Les stocks-options c'est une façon d'acquérir des actions sans les payer, donc on ne peut, au pire, que rien gagner, ce qui est rare. L'amendement Marini est une assurance contre les pertes boursières. Mais c'est une assurance qui n'est pas prise en charge par une compagnie d'assurance, mais par nous, frères et soeurs contribuables. Le même Marini vient de s'illustrer par une autre idée géniale : supprimer la demi-part fiscale des monoparents dont la progéniture a pris son envol. Cela vise directement et principalement les mères seules. Et cet amendement vient, lui, d'être voté par une majorité de nos vertueux sénateurs. Salopes de filles-mères, ça leur apprendra à vivre dans le péché ! PS - Pour Art Monika, si elle est toujours là : c'est du deuxième degré...
;
:
La crise est magnifique.
Les milliards tombent du ciel comme autrefois la manne. Il y en a pour tout le monde; les boursicoteurs, les primes de fin d’années pour les traders et les banquiers - 700 milliards de dollars parti en fumée dans des poches percées - , les autoroutes, les lignes de TGV, les constructeurs automobiles, les grands travaux aux USA, les économies d’énergie, les panneaux solaires, une voiture peu polluante pour tous avec 1000 Euros en prime, des bonus pour tous, la faim dans le monde, la recherche, etc.. Que du Bonheur !
Avant, nous avions de l’argent-dette virtuel réservé aux riches, maintenant on peut voir l’avenir en rose avec de l’argent-promis aux masses.
De grâce, consommez, consommez n'importe quoi, n'importe comment, n'importe où, mais consommez !
Pour ceux qui ont joué au LOTO et perdu, peut-on faire quelques choses ?
Et les riches boursicoteurs qui ne paient pas d'impôt sur le revenu grâce aux niches fiscales alors que leurs employés de maison, eux, en paient ..... On leur fera un crédit d'impôt en 2010 ?
Parfois, je me fais cette hypothèse : et si Sarkozy, inspiré par Henri Guaino, avait décidé de remettre la France sur ses rails historiques. Raviver la lutte des classes par une politique inégalitaire au possible, afin de permettre au peuple d'initier une de ses révolutions dont il a le secret. Ainsi, cela confirmerait cet adage qui veut que la France est un pays conservateur qui avance dans le progrès par bon...
C'est ce qui semble se dessiner à l'horizon. Un beau jour, le trop-plein de ras-le-bol fera peut-être déborder le vase, comme en Grèce, par l'absence (ou l'inefficacité) de contre-pouvoirs.
Les pertes en bourses déductibles des impôts alors que les salariés sont licenciés par dizaines de milliers, la prison envisagée dès 12 ans comme simple mesure de bon sens selon Dati avant que Fillon ne dise non, Sarkozy annonçant un nouveau grand renfermement des "fous"... On m'aurait dit pendant la camapagne électorale que Sarkozy ferait ça, j'aurais trouvé ça excessif. Mais si. Les cons osent tout, Sarkozy aussi. Impossible de le caricaturer: il est une caricature ambulante. C'est bien la lutte des classes. Et la classe dirigeante arrogante à souhait est extrêmement minoritaire. Et au PS, entre gentes personnes des beaux quartiers, on se dispute un peu: contrase ahurissant avec la situation actuelle. Groupons nous sans eux et contre NS.
@ pascal b Je connais des sympathisants PS dans mon entourage qui vont dire MERCI, un grand MERCI. Ils ont mis toutes leurs épargnes dans des NATIXIS. Le cœur un peu à GAUCHE et la tête à DROITE.
@ pascal b on l'avait bien dit, que c'était un extrêmiste, mais personne ne voulait le croire.
@ pascal b. "On m'aurait dit pendant la camapagne électorale que Sarkozy ferait ça, j'aurais trouvé ça excessif." . Peut-être ne vous êtes-vous pas suffisamment informé pendant la campagne et n'avez-vous fait confiance qu'aux médias qui en faisaient les louanges ? . En tout cas, en ce qui me concerne, m'étant informée en détail sur les candidats, j'avais trouvé sa campagne très, très inquiétante. Ses menaces à l'égard de l'Allemagne par exemple, pays où je vis, en avaient inquiété plus d'un dans la presse allemande. . Il promettait aussi tout et son contraire à quelques semaines d'écart. . J'ai souri ce matin en lisant ce bref article du Monde: http://www.lemonde.fr/politique/article/2008/12/05/audiovisuel-ce-que-disaient-sarkozy-royal-et-bayrou-en-2007_1127133_823448.html . Voici ce que disait N. Sarkozy sur la publicités dans l'audiovisuel public: Nicolas Sarkozy. "Augmenter la redevance, sûrement pas. (…) En même temps, on ne peut pas être exigeant à l'égard de l'audiovisuel public et le laisser dans un état chronique de sous-financement. Je préfère qu'il y ait un peu plus de publicité sur les chaînes publiques plutôt que ces chaînes n'aient pas assez de moyens pour financer beaucoup de programmes de qualité."
Je suis d'accord avec vous. Mais faire un discours sur la crise économique à Douai sans rien pour l'emploi et le pouvoir d'achat des ouvriers, un discours devant les personnels d'établissements psychiatriques pour leur dire qu'il transformait lui-même la psychiatrie en appendice sécuritaire de l'Elysée, continuer d'expulser en masse les étrangers, c'est assez cauchemardesque. Je n'avais aucune considération pour cet homme et ses affidés, mais ce niveau de crapulerie m'étonne chaque jour un peu plus. Il faut le virer.
Plus que désespérant , scandaleux le retour de bâton ne sera que plus violent ... plus tard
Pour aller dans le sens de l'article, ce même Marini est en train de préparer une proposition de loi visant à encadrer le crédit à la consommation pour les sans-grades. On aurait pu imaginer que, compte tenu de ce que les banques ont reçu de l'Etat, ces crédits auraient pu être proposés à des taux moindres et non pas comme actuellement entre 18 et 21 % frisant ainsi les taux de l'usure. Pas du tout : il s'agit en fait d'encadrer l'emprunteur de manière qu'il ne puisse finalement plus avoir aucune velléité de solliciter ces organismes. Une raison pour s'investir plus encore et à tous les niveaux dans les États généraux de la presse et sa liberté d'informer. D'un autre côté je désespère un peu de l'humain. Je me suis investie totalement pour répandre la bonne parole quant à l'abonnement à Mediapart : alors que certains de mes amis l'ont fait sans même mentionner qu'ils étaient chômeurs ou en invalidité, d'autres avec des revenus très corrects rechignent à débourser 9 euros par mois. Tant pis il fallait que je le dise !
Je ne comprends pas bien l'indignation générale. Sarkozy candidat avait indiqué clairement que s'il était élu il prendrait aux pauvres pour donner aux riches. Sarkozy président fait ce que Sarkozy candidat avait dit qu'il ferait: il prend aux pauvres pour donner aux riches. Où est le problème ?
Est-ce de l'autocritique ? Est-ce une pique aux gens de gauche ? Effectivement il y a bien des naïfs qui pensaient que nous étions dans l'alternance démocratique, dans "l'Impératif démocratique" de Colombani. Mon dada est de faire de la sociologie politique comme étoile66. Je suis tendance Hamon variante écolo (ancien Verts) et j'ai voté pour le troisième homme (vainqueur à tous coups) pour éviter cette catastrophe quitte à taper dessus après l'élection. Je n'ai pas assez travaillé, je n'ai pas été assez convainquant. Nous sommes tous responsables.
Voilà le meilleur commentaire de tout ce forum! Les vierges effarouchées qui crient au viol alors que Sarkozy et ses acolytes n'ont jamais cachés leurs intentions. Et Martine Aubry, qui, comme chacun sait n'a pas voté à gauche aux présidentielles par haine de la candidate socialiste devrait se sentir honteuse...... Voilà où l'ambition nous mène.
Comme quoi le trait commun aux néo-cons et aux cons, est qu'ils osent tout.
A ça ira, ça ira, ça ira, les Sarko-Boursico on les punira!!! Parce que je suis republician et démocrate, je n'ai pas dit "pendra" mais il est de plus en plus difficle de ne pas avoir des pensées extrêmes...
Très franchement, c'est tellement gros que je n'y crois pas ! Techniquement d'ailleurs, une telle loi aurait un aspect rétroactif inconstitutionnel . Il ne s'agit sans doute que d'une opération de diversion au terme de laquelle Nicolas le Mirifique rassurera son peuple du haut de sa magnanimité.
Et tout cas, cela mériterait d'alerter l'Europe au plus tôt, car c'est une distorsion des conditions au niveau européen. Les autres pays européens qui sont souvent effarés de voir ce qui se passe en France, mais n'interviennent pas car ce n'est pas chez eux, seraient concernés par cette disposition et là, une intervention deviendrait indispensable. Je ne connais pas assez les lois européennes au niveau de la concurrence pour pouvoir juger, peut-être un lecteur ou un journaliste averti pourrait nous informer.?
Voici la jurisprudence du Conseil Constitutionnel en la matière : . "Considérant que le principe de non-rétroactivité des lois n'a valeur constitutionnelle, en vertu de l'article 8 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, qu'en matière répressive ; que, néanmoins, si le législateur a la faculté d'adopter des dispositions fiscales rétroactives, il ne peut le faire qu'en considération d'un motif d'intérêt général suffisant et sous réserve de ne pas priver de garanties légales des exigences constitutionnelles ;" Lorsque que le Conseil Constitutionnel avait invalidé le dispositif d'aide aux contribuables ayant acheté leur logement, ce n'est pas à cause de l'effet rétroactif de la mesure, mais sur le fait qu'elle avait pour effet une rupture caractérisée des contribuables devant les charges publiques : . Considérant qu’il ressort des travaux parlementaires que le crédit d’impôt résultant de la construction ou de l’acquisition d’une habitation principale antérieurement à l’entrée en vigueur de la loi tend à soutenir la consommation et le pouvoir d’achat ; que, toutefois, en décidant d’accroître le pouvoir d’achat des seuls contribuables ayant acquis ou construit leur habitation principale depuis moins de cinq ans, le législateur a instauré, entre les contribuables, une différence de traitement injustifiée au regard de l’objectif qu’il s’est assigné ; que cet avantage fiscal fait supporter à l’État des charges manifestement hors de proportion avec l’effet incitatif attendu ; qu’il en résulte une rupture caractérisée de l’égalité des contribuables devant les charges publiques Pour le fun, cela vaut le coup de rappeler la proposition de loi organique de M Marini sur la limitation du recours aux lois fiscales rétroactives : http://www.senat.fr/leg/ppl99-054.html @ étoile, hormis le cas où la mesure aurait pour effet de constituer une entrave directe ou indirecte sur la libre circulation des capitaux, je ne vois pas. On imagine que les contribuables français ne seront pas les seuls concernés.
Merci somni. Cependant je ne suis pas juriste et cette langue m'est un peu étrange. Pourriez-vous nous dire de manière concrète et concise si vous voyez une possibilité pour les contribuables ou les Etats européens d'agir contre cette tentative de législation ? Et si oui, comment ?
Effectivement, une mesure incroyable, même si l'un des commentateurs rappelle qu'elle sera plafonnée. Incroyable, surtout quand on sait qu'en règle générale, les conséquences de la crise n'affectent pas les niveaux de revenu élevés, mais les revenus moyens et faibles. En tout état de cause, le plafonnement de la mesure ne veut pas dire que les plus hauts revenus ne seront pas concernés, puisque se sont les moins-values de cession qui sont visées. Et que je ne connais pas beaucoup vers le bas de la hiérarchie sociale qui boursicotent. La "consommation" culturelle est un bon thermomètre des effets de la crise. J'en discutais hier avec un directeur de théâtre. Certes, le public allant au théâtre concerne peu les classes populaires. Mais il me disait que la crise ne se faisait pas sentir du tout sur les habitudes du public aisé, mais que les classes moyennes se faisaient plus rares. Pourquoi avoir mis cet article en parti pris ?
Certes, le public allant au théâtre concerne peu les classes populaires. Exact, mais ON accepte que le théâtre soit subventionné - c'est-à-dire financé par les impôts de tous les contibuables, directs et indirects, et donc des classes qui n'y vont jamais. Sans jamais se poser la question d'un autre mode de fonctionnement. Car le système franco-français des "intermittents du spectacle" est terriblement injuste et date de Louis XIV. En Allemagne où je vis, il n'existe pas et l'art a tout de même une place très importante dans la société, les artistes sont reconnus et traités convenablement. Less musiciens et les artistes bossent quand ils n'ont pas de contrat et il y a des troupes de chanteurs permanents dans les Opéras et les théâtres, il y a 4 ou 5 fois plus d'Opéras sur le territoire et la musique fait partie de la vie des familles. Il y a des contrats de "prêt" d'artiste d'un théâtre à un autre. Tout est réglé convenablement sans financer des personnes qui ne travaillent pas à longueur d'année. J'ai un ami dont le fils est "artiste", il est souvent "au chômage" et passe du bon temps à faire du cheval pendant que d'autres bossent pour le financer... Est-ce normal ?
ça s'appelle un système de solidarité. Il a été créé par les artistes pour eux-mêmes, et il s'autofinançait quand il ne concernait que le spectacle vivant, jusqu'au jour où les sociétés de production ont commencé à embaucher des gens au rabais en leur faisant miroiter le statut d'intermittent comme complément de salaire. Allez faire le boulot d'un technicien de tournée, commencez à installer le matériel à 7 heures pour finir de le démonter à 3h, et recommencez comme ça toutes les nuits pendant un mois. Vous verrez que dans les métiers artistiques non seulement on est parfois voire souvent au chômage, mais qu'on a aussi besoin d'y être.
Si cela continue il sera beaucoup plus sécurisant d'acheter des actions que d'ouvrir un Livret A dont le taux n'est jamais réévalué à la hausse comme il est prévu. Dans le cas de super plus values tout va très bien. En cas de perte pas de soucis la collectivité prend en charge vos pertes. Et pendant ce temps l'état s'appauvrit, "les caisses sont vides", comme nous le rappelait Sarkozy en janvier dernier. Les caisses sociales se vident progressivement également et il faut que les plus démunis assument comme les autres une franchise médicale et qu'ils envisagent sérieusement de penser à un troisième niveau de prélèvement privée pour assurer leur futures retraites. C'est le nouveau système de protection sociale français, à nouveau unique au monde, voulu par notre le nouveau père de la nation. Est-ce que l'on peut qualifier cette mesure de "nouvelle niche fiscale"même ponctuelle et arriver à la situation suivante: en investissant en Bourse c'est déductible, placées dans un PEA les gains antérieurs auront été exonérés et pour les pertes en 2008 c'est déductible à nouveau.
Alexander a apporté un éclairage intéressant au débat, le but est d'éviter la paupérisation de la classe moyenne. Rappelez-vous les sorties de Guaino: la révolte sociale, on saura la gérer, le vrai danger c'est la paupérisation de la classe moyenne qui l'histoire est là pour nous le prouver, peut se jeter dans les bras de n'importe quel aventurier si sa situation est menacée (à peu près, émission Arte d'il ya deux semaines). Vous dites "ll sera beaucoup plus sécurisant d'acheter des actions que d'ouvrir un Livret A", peut-être un signal adressé à la classe moyenne pour investir en actions, vu l'état de la Bourse l'Etat est alors dans son rôle: préserver la capacité d'autofinancement des entreprises en redirigeant l'épargne vers l'actionnariat et en limitant le risque. Pas si idiot que ça, finalement. Comme quoi réagir n'est pas forcément penser. Nous ne sommes que des êtres humains, pas des machines et voir l'argent toujours venir à l'argent, c'est révoltant même si dans ce système cela procède d'une logique intrinsèque. Ce billet d'humeur accompagné des réactions est la démonstration même de l'utilité de ce media et son exigence, la recherche de la vérité, qui peut s'élaborer autant par les rédacteurs que par les lecteurs, Mediapart ou l'intelligence collective.
Très bonne remarque à mettre en exergue.
A méditer ici: http://www.boursorama.com/forum/message.phtml?file=380861295 avec ce que dit le droit fiscal: Les gains nets de cession de valeurs mobilières et de droits sociaux réalisés par les particuliers au cours d'une année sont imposables à l'impôt sur le revenu au taux de 16 % (auquel s'ajoutent les prélèvements sociaux au taux de 11 %), lorsque le montant des cessions réalisées au cours de cette même année excède, par foyer fiscal, une limite prévue au 1 du I de l'article 150-0 A du code général des impôts. Le franchissement de cette limite annuelle (ou seuil de cession) entraîne : - l'imposition, dès le premier euro, des plus-values nettes de cession réalisées au cours de l'année ; - et, corrélativement, l'imputation des moins-values de cession réalisées au cours de l'année sur les gains de même nature ou, le cas échéant, leur report sur des gains et profits de même nature réalisés au cours des dix années suivantes. En revanche, si cette limite n'est pas franchie au cours de l'année, les plus-values sont exonérées d'impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux, tandis que les moins-values subies ne peuvent faire l'objet d'aucune imputation ou report. DONC ET SAUF ERREUR Si l'imputation devient permise par la grâce de l'amendement de l'énarque-inspecteur des finances-sénateur Monsieur Marini ... il va falloir s'attendra à nouvelle baisse des marchés financier jusqu'au 24 décembre. Et merci à Monsieur Marini de sa participation à la pagaille boursière et sa contribution au capitalisme de désastre. Quand au détenteur de vieux PEL ... à vos marques ! car comme l'explique si bien Monsieur Marini http://www.philippe-marini.net/index.php?option=com_content&task=view&id=136&Itemid=271 "Pour justifier la mesure qui entrera en application dès le 1er janvier 2006, M. Marini a jugé que l'Etat - la nouvelle disposition devrait lui rapporter 200 millions d'euros - n'a aucun intérêt à "inciter fiscalement l'épargne sans risque".
à Amphigourion . Sauf en matière pénale, une loi peut parfaitement être rétroactive Le code civil dit que non, mais le code civil n'a lui-même qu'une valeur légale, et non constitutionnelle. Or "Ce qu'une loi peut faire, une loi peut le défaire". Il suffit donc que la loi (non pénale) dispose expressément qu'elle est rétroactive pour qu'elle le soit, dérogeant au code civil.
Oui, tout à fait, sous réserve de ce que j'ai dit plus haut (voir le considérant de principe du conseil constitutionnel)
Je comprends ces protestations, mais ce qui me laisse un goût amer, c'est plutôt l'absence assez flagrante de réflexion, d'analyse sur la question de l'imposition, sur celle de la hausse possible des impôts sur les hauts revenus, histoire par exemple de financer un peu la relance de la conso. pour les plus pauvres. Certes, c'est choquant de rendre ces pertes déductibles (mais avec ce plafond, cela touche plutôt les classes moyennes que les riches, n'est-ce pas ?) mais je trouve beaucoup plus grave que rien ne soit fait sur les impôts, et surtout que l'opposition soit là aussi presque muette. Il serait bon de lire un article comparatif sur ce sujet et la façon dont certains pays s'y attaquent (un peu)ex : USA, Grande Bretagne. Et aussi une récapitulatif historique du niveau d'imposition français (à côté des niches fiscales dont on commence à connaître assez bien les dessous).
@M.Billy si vous voulez en savoir un peu plus sur les projets fiscaux de la gauche, lisez les motions du congrès du PS, il y a beaucoup de choses intéressantes à ce sujet. Il est vrai que les médias ont préféré parler de choses plus importantes, comme les querelles de personnes.
Ben voui, braves gens: tous spéculateurs !!!! vendez tout à perte, faites-vous défiscalisés...et rachetez encore plus bas en Janvier!!!!! Que du bonus!!! Merci Mr Thiébaut.... Ainsi le principe est cynique ET débile!!! Ca me rappelle les modélisations subtiles des hedgefunds
  • Nouveau
  • 07/12/2008 12:06
  • Par
Effectivement, le titre est mal choisi, cette disposition ne s'applique pas aux TRES riches. Elle s'applique à la petite partie de la population qui avait des actions, a du les vendre en 2008 et paie l'impot sur le revenu. D'autre part, seule 30% à 50% des pertes sont ainsi récupérées (tranche marginale de l'IR) Ceci dit, je ne comprends pas en quoi cette disposition bénéficie à l'interêt général. Personne ne forçait les boursicoteurs à acheter des actions. Olivier
Voilà France Info en parle, c'est officiel. Merci Laurent Mauduit de nous avoir mis en garde. Bien et maintenant on fait quoi? En ce qui me concerne je suggérerais bien une campagne de lettres à l'Elysée, Matignon et Bercy disant que mes impôts ne financeront pas les pertes des actionnaires... Payer pour l'Education, la Culture, la Justice, l'Equipement du pays etc... d'accord et sans rechigner, mais pour réparer les folies du capitalisme financier jamais. Si on est nombreux à s'y mettre peut-être....
Ne vous faites pas de souci, Sarko va prendre un immense plaisir démago, comme déjà suggéré par certains commentateurs, à rejeter cette proposition et se faire encore une fois passer pour un gentil nounours... . Le seul inconvénient est que, fort de cette image, il réussira à faire gober tout le reste.
  • Nouveau
  • 07/12/2008 13:09
  • Par
Les Français sont long a se décider mais quand ils intègrent vraiement l'enjeu de leur malheur alors ça fait mal. encore un peu de patience et peut-être qu'ils vont réagir. Ce qu'on lit tous les jours au fil des articles est absolument incroyable et profondémént désespérant. Ce gouvernement n'a aucun respect pour le peuple. C'est l'horreur. L.Bayon
Voila bien un article tendancieux, déformant, populiste, fait pour exciter ceux qui ne réfléchissent pas plus loin que le bout de leur nez, et ils sont nombreux visiblement. Rassurez vous, vous allez pouvoir rester entre vous les gars ! C'est exactement le genre d'article qui m'a conduit à résilier mon abonnement à Mediapart. Je lis à l'avance les bon débarras dans les commentaires ! Je vous rappelle que l'Etat français, si généreux et protecteur a tout fait pour pousser les petits épargants vers la bourse ces dernières années, notamment en essayant de faire passer les fonds d'assurance vie en euros vers les actions. On ne parle pas des trés riches, Monsieur Mauduit mais des petits Français qui s'inquiètent pour leurs futures retraites et qui mettent des sous de côté. Notre ex futur président et ses conseillers qui, en 2006, voulaient lancer en France les crédits hypothéquaires à l'américaine, prétendaient aussi améliorer les rendements de l'épargne avec la bourse, tout en anticipant avec gourmandise les taxes sur les plus values. Eh oui, contrairement à ce que certains écrivent ici, le seul qui gagne à tous les coups à la bourse c'est l'Etat, qui ne prend pas de risque, qui taxe les plus values et qui se lave les mains des moins values. Résultat, les petits épargnants naïfs se sont encore faits berner par l'Etat protecteur. Si au moins cet argent devait servir à quelque chose on se consolerait, mais il y a longtemps que l'on a compris que les seuls qui en profitent vraiment sont les politiciens professionnels de droite ou de gauche, leurs seïdes et leur clientèle. La seule différence avec le Gabon ou le Cameroun c'est qu'en France ils sont infiniment plus nombreux, qu'ils ne se cachent pas, qu'ils sont même fiers de leurs petites personnes et qu'ils bavassent dans les journaux.
Comment vous pouvez commenter si votre abonnement est résilié ? Et d'après les chiffres avancés dans l'articles, les boursicoteurs ne sont pas aussi nombreux que vous le prétendez, sans chiffre à l'appui de vos propos. Et puis, qui a dit que la bourse, c'était un placement certain ? Personne.
Le titre est peu être racolleur mais les fait me semble indéniable : Mon argent va rembourser des pertes en bourse !!!! Pertes de personnes qui ont joué à la bourse alors que moi, je n'ai pas les moyens et l'envie de faire mumuse en bourse. Je n'ai pas envie de payer pour les petits épargnants qui ont été assez stupide pour croire ce qu'on leur disait.
_
Les commentaires témoignent de la non-cohésion sociale d'un pays comme la France qui prône le "chacun pour soi". Je vis en Allemagne, pays du consensus, tellement méprisé par la "bienpensance" franco-française. Et le comportement français m'atterre toujours. . On est toujours le "pauvre" ou le "riche" de quelqu'un d'autre. . Mon frère vit à La Réunion depuis plus de 30 ans et nous sommes de temps en temps à Maurice. Là les RMIstes français de La Réunion se comportent comme des "riches" qui viennent en vacances en méprisant les "pauvres" Mauriciens qui ne gagnent en moyenne que 300 € par mois. . Toute cette discussion sur les "plus riches" ou "trop riches" est ridicule. . Le point qui est inacceptable dans un pays démocratique en Europe d'aujourd'hui, c'est que les gains sont personnalisés et les risques mutualisés, c'est-à-dire payés par la collectivité, donc ceux qui sont aussi plus "pauvres": . Ce genre de "lois" est proprement scandaleuse. . De même d'ailleurs que le système des "intermittents du spectacle" qui vivent des périodes sans activité - où ils peuvent faire du cheval comme certains que je connais personnellement - pendant que les autres bossent pour payer les indemnités. . C'est a-social et irresponsable, en tout cas, profondément anti-démocratique.
Dans un pays comme la France où le taux d'imposition se situe au delà de 50% prétendre "que les gains sont personnalisés et les risques mutualisés, c'est-à-dire payés par la collectivité, donc ceux qui sont aussi plus 'pauvres'" est tout de même un sacré contre-sens. Il y a une exception qui permet de dire que les pertes ont été mutualisées : c'est le cas de la finance, pour le reste, en France, ce sont les gains qui sont massivement mutualisés...
@Etoile66. Vous insistez lourdement (pour la deuxième fois) sur les intermitents du spectacle qui font du cheval. Que vient faire cette aversion personnelle dans ces commentaires ? On dirait de la jalousie...
@ Syrius: Je constate juste cette injustice dans le système des intermittents, je le connais un peu pour avoir des amis dans ce milieu. Mais, chut, ce n'est pas "politiquement correct" d'en parler. Parce que ce sont les Parisiens "bienpensants" qui soutiennent le système puisqu'ils en profitent. C'est un système comparable à beaucoup de ceux que la France met en place, depuis Paris, qui font payer la communauté juste pour quelques élites qui en profitent. . J'ai entendu une critique acerbe d'un Néerlandais sur France Info hier midi, qui rejoint un peu ce qu'écrit un internaute sur ce fil: Les Français veulent avoir le beurre et l'argent du beurre et n'ont toujours pas compris que ce n'était pas possible. Ils appellent toujours l'Etat comme un "papa" pour les aider dans toutes les situations, celui-ci joue le jeu dans les médias, mais en fait ne fait profiter que ceux qui ont déjà davantage - sur le dos de ceux qui ont le moins. C'est l'esclavage moderne, déguisé en Etat, tant par le PS, le plus fort dans le genre, que par l'UMP. Pour moi, ces deux partis politiques sont les deux jambes qui permettent au système de perdurer et faire en sorte que quelque 100.000 familles dirigent et exploitent un pays de 64 millions d'habitants, totalement sous-informés ... (comme mentionné dans le bouquin "Au nom du tiers état")... ... et que l'Etat, par l'intermédiaire de l'Education Nationale, se charge de laisser sous-informés. Je suis toujours sidérée de voir qu'il n'y a AUCUNE formation citoyenne à la maternelle ni à l'école primaire. Alors que c'est là que se forme la base du savoir intellectuel et social. On commence ce qui est appelé "instruction civique" au collège, alors que tout est déjà mis sur rail... et on la réduit à du savoir sur les "institutions", sur les "élus"; qui profitent grassement du système. Mais on n'apprend pas aux citoyens en devenir à s'organiser pour se défendre, à déchiffrer la pub et la politique pour éviter de se faire manipuler. Non surtout pas. "Ce n'est pas notre travail", disent les enseignants qui se limitent juste à faire ingurgiter puis recracher un savoir purement intellectuel. Et négligent la partie humaine, psychologique, économique et sociale des adultes en devenir qu'ils ont devant eux... Triste pays. Une étude internationale a d'ailleurs montré que la très large majorité des jeunes Français n'aimait pas l'école. Plus de 80% des filles et 87% des garçons de 13 à 15 ans, dès 11 ans déjà, 71% des garçons et 59% des filles disent ne PAS aimer l'école. Inquiétant... la France se place au 24ème rang sur 41, l'Allemagne au 3ème pour les enfants de 11 ans... Les enfants sont les premières victimes de ce "dressage", le système continue ensuite le bourrage de crâne par les médias en leur faisant croire à "la grandeur de la France et son rayonnement dans le monde" comme titrait en 2000 un livre de géographie de Première S... Voilà l'os qu'on leur donne à ronger pour avoir la paix et pouvoir profiter du tout sans trouble. A cela s'ajoutent les jeux TV, les "fous du roi" qui jouent le même rôle qu'en monarchie: distraire le public pour faire oublier la spoliation constante, du style "Les Guignols de l'info" ou "Le Canard enchaîné" ou "Canteloup", etc... Il y a peu, un parent de Bretagne était venu nous voir en Allemagne. Nous lui avons montré à quel point les prix étaient surévalués en France, comment ils se faisaient arnaquer depuis des années par la plupart des intervenants: Grande distribution, promoteurs immobiliers, agents immobiliers, etc... et avons comparé par exemple les prix de l'immobilier. J'ai acheté un appartement en plein centre ville, d'une ville de 200.000 habitants, juste derrière la mairie, au début de la zone piétonne, 53 m2, avec terrasse. J'ai payé 53.000 €. Le fils de ce Breton a acheté un appartement de la même surface dans la banlieue de Rennes, sans terrasse et avec une minuscule cuisine et a payé 130.000 €. Sans parler de l'électroménager absolument surcher en France, etc... Et sa réponse ? "Je ne veux pas entendre parler de ça. Nous avons nos amis et aimons la Bretagne, j'aime aller au foot et faire la fête et ne veux pas savoir tout ça." Et il ajoute "Quand ça ira vraiment mal, les gens descendront dans la rue, je ne me fais pas de souci" Sa femme, un peu plus lucide ajoute: "Oui, en effet, mais heureusement, on a les Guignols"!!!!." Je vous invite d'ailleurs à lire les excellents commentaires sur le fil: http://www.mediapart.fr/club/blog/etoile66/060808/la-france-une-democratie Voilà, les citoyens sont bien dociles, ils sont bien dans le système qui a encore de longs jours devant lui... Enfin je termine, j'ai un peu la rage, en vous citant : Aujourd'hui, dans une France de 64 millions d'habitants, la classe politique n'est guère plus étendue qu'à l'époque de la monarchie censitaire. Le monopole de la candidature par les partis, c'est l'assurance d'une classe politique qui se reproduit indéfiniment à l'identique, presque sans renouvellement ni apport extérieur : c'est en vérité la négation du suffrage universel.écrivait Jacques Julliard (que je n'apprécie pas particulièrement) dans son livre "Reine du monde". A ceux-là, s'ajoutent les financiers et autres influents, les riches familles et les lobbystes. Tous se partagent le pouvoir allègrement sur le dos du peuple qui bosse et à qui on fait avaler vraiment N'IMPORTE QUOI !!! Comme ce que décrit Laurent Mauduit. J'entends le sénateur sur toutes les radios ce matin expliquer qu'il parle au nom des "petites gens"...
J'avoue qu'il y a quelques années, j'ai acheté un cheval de labour dans un petit village africain, à M'boro, au Sénégal, pour l'offrir à un paysan. signé: une intermittente du spectacle.
"C'est l'esclavage moderne, déguisé en Etat, tant par le PS, le plus fort dans le genre, que par l'UMP." (Etoile) Quelle outrance, et quel mépris du véritable esclavage : qui existe toujours, pourtant.
Tout est relatif. Le véritable esclavage existe en effet et je me demande ce que vous faites contre pour qu'il disparaisse - à part vous offusquer sur internet ? Serait-ce parce que j'ai mentionné le PS et non pas seulement l'UMP que vous vous énervez ? Mais vous ne répondez pas du tout aux faits que je cite et acceptez donc le système français en l'état ?
Je ne vois pas le rapport avec le système dont je parle - si ce n'est qu'en donnant on apaise souvent sa mauvaise conscience... Et celui qui "donne" se place toujours en position supérieure par rapport à celui à qui il "donne"...
no comment
Cela me fait bondir, est-ce que la formation citoyenne ne doit pas être assurée par les parents? Je trouverais scandaleux que le gouvernement le fasse, il ne pourrait former qu'à la passivité. Nous sommes dans un pays plutôt latin et il est normal que nous allions à la désintégration sur fond de clientélisme. Vous êtes typiquement Français par votre critique de la France et votre admiration d'un pays, qui en cent cinquante ans d'existence, donne le pangermanisme et le nazisme, est toujours à se tordre de rire! Pour le dressage des enfants, je vous renvoie également au passé du pays. Dans l' Allemagne actuelle, une mère qui travaille est mal vue, 50 % des femmes diplômées de l'enseignement supérieur n'ont pas d'enfant à cause de cela. Comme c'est merveilleux! En cas de divorce d'un couple franco-allemand, le juge allemand donne (mes informations datent un peu) systématiquement la garde des enfants au parent allemand. Comme c'est enthousiasmant! Les Allemands ont accepté une modération salariale ahurissante par... la négociation. Pourquoi n'en parlez-vous pas? Chaque peuple n'a que très probablement les défauts de ses qualités, l'individualisme latin mène au clientèlisme mais au moins nous sommes des individus, l'Allemagne vote pour Hitler en 1933 et a un taux de mariages mixtes Allemands-Turcs d'apartheid en 1990. Est-ce un hasard? Je crois que chacun des deux pays coule mais de deux façons différentes et, par le simple fait que nous ayons fait deux enfants, l'avenir de la société française est beaucoup plus intéressant que celui de l'Allemagne. Je critique, comme d'autres, le titre de l'article, il ne s'agit pas des "très riches" mais des aisés, d'une bonne partie de la clientèle électorale de l'UMP. C'est vraiment dommage, une telle approximation est inadmissible, j'ai passé du temps à lire cet article.
Cet amendement met la fausse Gauche dans l’embarras et nous humilie.
@ Melchior Pour continuer notre conversation sur La Droite et La Gauche sur mon Blog Médiapart. Pour moi, quand on est de Gauche,
- On est pour l’égalité des chances. - On soutient l’école publique sans penser au privé pour ses enfants. - On est pour un service publique de qualité au bénéfice de tous. (ex : distribution de l’eau) - On ne rachète pas ses RTT. - On ne joue pas en Bourse. Voir mon post ci-dessus @ pascal b Je connais des sympathisants PS dans mon entourage qui vont dire MERCI, un grand MERCI. Ils ont mis toutes leurs épargnes dans des NATIXIS. Le cœur un peu à GAUCHE et la tête à DROITE. Sont-ils encore de GAUCHE ?
Il ne reste plus grand monde. On peut comprendre pourquoi la droite restera longtemps au pouvoir. (Le PS en est au stade de penser à retrouver des idées et de faire des groupes de travail).
Dans une absence de cohésion, dans une absence d'idéologie, en les droguant doucement mais sûrement, la droite (et la fausse gauche) sait comment manipuler les masses : faire devenir tout citoyen propriétaire endetté jusqu'au 33% voir plus si possible. Le camionneur qui était salarié, indépendant et chef de petite entreprise. S’il crève, c’est un looser. Le français moyen endetté jusqu’au cou prêt à tout et fermant les yeux sur tout pour garder son confort. Demandez aux salariés moyennement aisés (fonctionnaires, enseignants, etc..) de faire grève plus de dix jours durant ! Il ne reste plus grand monde - chacun pour sa peau.
Le cynisme de la Droite ( et de la fausse gauche ;->) est de montrer une petite fiole « Amendement pour rembourser ses pertes financières ». Vous voyez, si vous êtes bien sage, on pourrait même vous aider.
Et nous comme des drogués en manque, on en perd la tête et on reste bien sage et bien gentil. Rien ne peut agréger notre colère. çà, c'est du déshabillage moral (pour ne pas dire plus) devant eux.
_
Pour changer de sujet et alléger l'ambiance, puisqu'on parle de riches, si on s'intéressait aux bijoux ? La presse annonce bouche en coeur un vol d'une valeur de 50, puis 80 et enfin 85 millions d'euros chez le "célèbre" bijoutier de l'avenue Montaigne Harry Winston. Première question, la valorisation annoncée est-elle un prix de vente (ttc ou ht ?) ? Ou un coût de revient ? Bon oublions ce détail qui doit déjà faire varier du simple au double le montant du vol ! Plus intrigant, officiellement d'après le greffe du tribunal de commerce, le chiffre d'affaires annuel d'Harry Winston évoluerait entre 15 et 20 millions d'euros selon les années. Dans le même temps le montant du stock de cette société était de 4,1 millions au 31 janvier 2008 et de 5,6 millions au 31 janvier 2007. Autrement dit Harry Winston aurait subi un vol équivalent à 5 fois son chiffre d'affaires annuel et à 20 fois le montant de son stock à la clôture de l'exercice. J'avoue ne rien y comprendre à moins qu'il y ait un truc qui cloche dans cette histoire ?
Nous sommes revenu au temps des corsaires.
Votre analyse est certes sans lien avec le sujet initial mais elle est néanmoins très intéressante. Ne doutons pas que ceux qui enquêtent sur cette affaire se feront expliquer ces bizarreries...
C'est exactement avec ce genre de mesures que la crise est ce qu'elle est. C'est parce qu'il existe des moyens de ne pas perdre d'argent alors que structurellement on le devrait, que des gens parviennent à s'enrichir pendant que d'autres beaucoup plus nombreux s'appauvrissent.
Lorsque je lis que c'est ridicule de s'attarder sur la notion de plus pauvre ou plus riche, je suis désespéré. Car il est manifeste alors qu'on ne se rend pas compte que l'avènement d'un millionnaire en occident n'est possible que si un quota au centuple de pauvres dans un pays émergeant est opposable par levier.
Je suis horrifié de constater encore une fois que la logique de la pensée bienfaisante d'HEC (terme générique) arrive encore de nos jours à trouver des clients. Finalement ce ne sont plus des clients mais des gourous. Ceux d'une secte qui parie sur l'esclavagisme de masse des peuples qui peuvent peu en somme ... Vivement que ce comportement soit condamné au pénal. C'est utopique n'est-ce pas, et pourtant c'est urgent !
--
http://blog.honorgate.net
"Lorsque je lis que c'est ridicule de s'attarder sur la notion de plus pauvre ou plus riche, je suis désespéré. Car il est manifeste alors qu'on ne se rend pas compte que l'avènement d'un millionnaire en occident n'est possible que si un quota au centuple de pauvres dans un pays émergeant est opposable par levier." Comme Honorgate, même si je ne suis pas aussi désespérée, je suis sûrement naïve, donc j'ai dans l'idée que l'argent que touchent les actionnaires vient bien de quelque part. Ensuite mon imagination galopante me fait penser que ces revenus viendraient peut-être d'une pression sur certains salaires des entreprises concernées. Et enfin, politiquement et humainement parlant, ma nature idéalistement sensibles aux injustices structurelles me fait espérer que tout cela soit mis sur la table un jour : Quel partage entre revenus du capital, et revenus du travail, quelles hiérarchie de ces revenus, est-ce aménageable ou bien est-on censés le prendre comme un fait naturel ? En tout cas, plus pauvre ou plus riche, il y a encore des tas de personnes pour qui ça fait toute la différence : logement, confort et distance de celui-ci, qualité de la nourriture, santé, scolarité des enfants, puis loisirs et éventuellement, vacances. Je ne vois pas pourquoi il serait tabou de mettre en discussion l'idée d'un seuil de richesse comme on parle d'un seuil de pauvreté. Des écarts de revenus allant de 1 à 3, ça ne vous irait pas ? Stop, minute de délire terminée.
Grâce à l'onglet "prolonger" j'ai pu écouter la défense de Marini. Il a raison de dire que c'est assez improductif de cracher sur les gens qui paient l'impôt sur le revenu au prétexte qu'ils seraient "privilégiés", mais c'est difficilement audible en France où l'argent des autres est toujours sale et pas assez taxé. Par contre quand il dit que cette mesure a pour objet d'éviter que les petits porteurs ne quittent définitivement la bourse je pense qu'il se fait des illusions ou qu'il n'est pas honnête sur ce point : selon l'adage "le cours fait l'opinion", et comme d'habitude les petits porteurs "actifs" reviendront lors de la prochaine hausse durable, trop tard pour profiter à plein de ladite hausse, et quitteront également le marché trop tard. Sa mesurette me semble être essentiellement à finalités politiques.
@ beber999 " selon l'adage "le cours fait l'opinion", et comme d'habitude les petits porteurs "actifs" reviendront lors de la prochaine hausse durable, trop tard pour profiter à plein de ladite hausse, et quitteront également le marché trop tard" Eh bien! moi, qui ne suis qu'un petit porteur pas plus averti que les autres et, en tout cas, ne bénéficiant pas du délit d'initié, je suis sorti gagnant les quatre fois où j'ai eu de l'argent placé en bourse soit deux placements vie à 50%-50% et deux placements actions (dernière sortie en mai 2007 parce que les gains étaient déjà trop importants). Il me reste actuellement un placement vie sur lequel j'ai perdu et que je garde mais rien ne permet de présager que je serai perdant quand je sortirai! A mon avis, la déconfiture des petits porteurs a plusieurs causes, dans l'ordre d'importance: 1) la cupidité qui les pousse à vouloir gagner le petit sou en plus même si on leur conseille de vendre (ça m'est arrivé avec un copain qui avait gagné 25% sur des "privatisées" et n'a pas voulu vendre) quitte à perdre les pédales quand le marché s'effondre. Mais, croire au Père Noël n'est pas de bon augure. 2) les banquiers (pardon, je devrais dire les vendeurs de banque) qui placent n'importe quoi à n'importe qui vu qu'ils sont poussés au "chiffre" par leur hiérarchie; parfois même en ne disant pas au client que le placement est fait en bourse. Mais, croire au banquier n'est pas de bon augure. 3) l'absence de liquidité: un placement en bourse est un placement bloqué au moins huit ans et souvent beaucoup plus pour sortir au bon moment, ce qui nécessite donc à côté des placements suffisants qu'on peut débloquer sans pénalité. Mais croire à la Fortune n'est pas de bon augure. Les petits porteurs comprendront-ils un jour qu'il n'est pas souhaitable de cumuler la candeur et la cupidité? "Sa mesurette me semble être essentiellement à finalités politiques." L'amendement que propose M. Marini me parait tout à fait incongru sauf à refiscaliser intégralement les placements boursiers dans les années à venir. Ce qu'en tant que petit porteur je ne souhaite absolument pas. Quant à la finalité politique qu'il suivrait, quelle est-elle? Pousser les petits porteurs à vendre à perte et accélérer la chute pour que les gros porteurs récupérent la mise au prix le plus bas? A méditer en tout cas.
  • Nouveau
  • 07/12/2008 17:07
  • Par
pour résumer sachant que si j'ai cédé pour moins de 25 000 € de valeurs mobilières depuis le 01/01/2008 soit j'ai réalisé des plus value et elles ne sont ni imposables ni assujetties aux charges sociales soit j'ai réalisé des moins value et je les déduit de mon revenu imposable si par exemple ma tranche fiscale marginale est de 30 % c'est une prime de de quasiment 3000 € dont je pourrais finalement bénéficier comme épargnant malchanceux prime que je ne rembourserai pas si en 2009 mes titres rachetés à bas prix remontent et sont cédés en 2009 merci monsieur Marini on déduit les pertes et on exonère les gains j2p
Cher J2p, Ca a l'air assez juste, mais évidemment ça ne marche que si les actions sont rachetées sur 2009 (en fait après le 24 décembre 2008), sinon ça fait tourner le compteur de cessions sur 2008. Et ce que vous décrivez est exactement ce que souhaite Marini : que les petits actionnaires ne désertent pas la bourse. A noter qu'on parle d'une perte réelle et d'un gain hypothétique. Et que plus un portefeuille est petit plus il est difficile de "tenir" quand la bourse s'effondre, d'autant que psychologiquement les épargnants ont du mal à ne pas craquer sur des positions où ils sont à -50%/-60%. De mémoire le CAC doit être dans les -40% depuis le 1er janvier, mais c'est un pourcentage à vérifier.
oui, mais la chute du CAC est de -47.34% sur un an pour ceux qui ont acheté les titres il y a 12 mois ce que peu de personnes conseillaient alors mais un porteur d'un portefeuille évoluant comme le CAC n'a perdu que 13 % s'il a acheté les titres en decembre 2003 il a pu depuis chaque année prendre ses bénéfices hors impôts sur les lignes bénéficiaires il faut voir à quel prix a été acquis le portefeuille ligne par ligne et cela va donc surtout permettre dans mon exemple de se faire rembourser par l'état 1/3 des pertes résiduelles constatées j2p
Ouais bon, des décrets "dégueux" comme ca, il en pleut souvent derrière notre dos alors je ne suis plus étonné mais toujours aussi outré au point même d'avoir envie de vomir. Seulement c'est ce genre d'info dont la majortié des français n'ont pas acces. Alors si vous voulez être utile, faites en une liste de ces décrets-dégueux et faites en s'il vous plait un fichier téléchargeable et imprimable qu'on puisse la distribuer ;)
"Ce ne sera pas une très grosse mesure. Elle devrait concerner les portefeuilles boursiers modestes de particuliers d'un certain âge qui ont été dans l'obligation de vendre leurs actions dans ce marché aussi baissier", a-t-il affirmé. (source AFP) affirme Monsieur Marini. http://www.lesechos.fr/info/finance/300314693.htm?xtor=RSS-2059. Si "concrètement, les particuliers pourront déduire de leurs revenus de l'année 2009 les moins-values (pertes) de cession de valeurs mobilières cotées en Bourse, dans la limite de 10.700 euros." encore faudrait-il qu'il leur reste... du revenu imposable. Il ne s'agit pas d'une restitution sous forme de crédit d'impôt et les tranches d'imposition pour 2008 sont les suivantes : - Jusqu’à 5 852 euros : 0% - de 5 852 euros à 11 673 euros : 5,50% - de 11 673 euros à 25 926 euros : 14,00% - de 25 926 euros à 69 505 euros : 30,00% - au-delà de 69 505 euros : 40,00% http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/sujet-1635-bareme-de-l-impot-sur-le-revenu-2009 Faudrait qu'on m'explique en quoi la mesure va concerner les portefeuilles boursiers modestes de particuliers d'un certain âge dans l'obligation de vendre leurs action pour payer leurs frais d'hébergement en maison de retraite ... par exemple.
  • Nouveau
  • 07/12/2008 18:36
  • Par
L'amendement Marini est financièrement injuste (c'est subventionner la perte boursière), socialement discutable et politiquement provocateur ; il reste que l'auteur de l'article aurait dû faire état de la logique économique qui le sous-tend, pour la critiquer plutôt que de se placer tout de suite sur le terrain du procès d'intention. C'est pour cette même raison que les articles récents de Mediapart sur le Plan de relance ont tout simplement été mauvais - malgré l'emploi du mot "Décryptage" après chaque mesure du plan, comme s'il y avait un sens crypté, et au fond un complot à démasquer ! (à preuve, la révision de certains seuils du code des marchés publics, présentée comme une tentative sournoise de faire sauter la loi Sapin et de dépénaliser le droit des affaires). C'est flatter une tendance très discutable, et en ce moment très répandue à gauche.
A STA Dépénaliser le droit des affaires est une promesse électorale de sarko. Où est donc "la tentative sournoise"?
@STA Je ne comprends pas: la critique n'est plus un droit en France? C'est vrai qu'on ferait mieux de gloser sur le fait que le TGV ne va toujours pas à Strasbourg, comme notre..."président"?
Hum... Je préfère un journal qui décrit des faits et les décortiques plutôt qu'un journal qui donne un avis. Je pense que c'est cela que STA souhaitais mettre en exergue.
STA c'est une tendance très discutable, et en ce moment très répandue à droite de ne prêter qu'aux riches
Exact - et regrettable !
Je ne sais s'il est important d'entrer dans des calculs sur l'impôt etc... Ce que je sais c'est qu'en gros : ceux qui se prétendent des libéraux, en France et ailleurs bien sûr, devrait être contre cet amendement. A t-on jamais vu lorsque l'on prétend défendre une philosophie libérale défendre mordicus des pertes en bourse prises en charge par la collectivité. Ceux qui souhaitent une certaine régulation devraient être contre bien sûr. Que ce débat ait simplement lieu démontre que les français ne sont que de faux libéraux plus intéressés par leur avantage personnel que par la théorie économique qu'ils soutiennent dans les salons et pour les autres idem. Voici bien l'ambiguïté à la française. Pas de vraie philosophie personnelle, juste les intérêts catégoriels. Une fois de plus les convictions de certains français doivent provoquer l'hilarité à l'étranger. Sacrés français ! Toujours heureux lorsqu'ils s'aventurent dans les actions et se montrent audacieux et en fait n'attendent que des profits sans évaluer réellement leurs risques, et c'est bien leur droit, heureux de retrouver l'état au coin de la rue lorsque la tempête arrive. Pour avoir vécue aux USA et avoir rencontré alors et il y a bien des années de vrais libéraux, j'imagine leur sourire devant la situation française actuelle.
Cher Dominique Gautier, Qui de la fiscalité américaine ? Et vous trouvez que le gouvernement américain s'est cantonné dans le libéralisme en 2008, franchement ? De plus l'idée de Marini est d'éviter que les petits porteurs désertent la bourse...pas franchement communiste, si ? Une critique qui n'a pas encore été faite, notamment parce que Laurent Mauduit préfère se placer sur le plan de la morale, c'est quel sera le coût de cette mesure ? Si c'est quelques centaines de millions ça ne me choquera pas, même si il s'agit d'une mesure politicienne en faveur de la droite (aller dans le sens du poil des "petits blancs") comme de la gauche (brailler au cadeau pour les riches). Si c'est plus ce serait scandaleux. Et je suis presque sûr que ça n'a pas été sérieusement chiffré.
@beber99 Désolée mais l'esprit libéral ne dépend pas du taux de fiscalité. C'est une conviction économique et politique.Dans la vie on fait des choix, on les assume. On peut faire des placements corrects sans risques. Si on va en bourse il s'agit d'une décision individuelle en toutes connaissances de cause avec les risques que cela comporte pour les gains comme pour les pertes. Ce que d'ailleurs je ne réprouve pas. Aux USA comme vous le signalez, les plus grosses fortunes ont signé une pétition pour que Bush ne baisse pas la fiscalité sur les successions. Inimaginable pour les libéraux français. Les vrais libéraux à la différence des conservateurs, pensent que l'héritage créé des dynasties improductives pour la collectivité et que l'argent doit être réinjecter le plus possible dans l'économie..Si tous les repères sont actuellement brouillés même aux USA (il n'y a qu'à voir où en est l'application de la loi antitrust pour contraindre toute concurrence déloyale) , l'esprit libéral veut que l'on soit responsable individuellement. Les règles de respect de l'argent public est à un plus haut niveau. Invité dans une ambassade on paye ses communications téléphoniques etc... On ne prend pas un hélicoptère de l'état pour aller jour au golf, si on est pris, on démissionne comme on a pu le voir il n'y a pas si longtemps etc... Bien sûr on truande comme partout, pas vu, pas pris. Mais si on est pris on paye.. Si on faisait des comparaisons honnêtes, il faudrait rajouter aux prélèvements fiscaux de l'état fédéral tout ce que chaque américain paye en complément comme taxes locales, à des assurances privées pour la maladie, les retraites etc... quand ils le peuvent !!. En Angleterre pays des libéraux également on oublie trop souvent de préciser que l'impôt sur les revenus des particuliers est élevé. Je précise que je ne suis pas une adepte du libéralisme qui conduit à beaucoup d'inégalités mais je respecte les convictions quand les paroles et les comportements sont en adéquation.Les français dit libéraux hélas veulent le beurre et l'argent du beurre. C'est tout ce que j'entendais préciser. Par ailleurs quand je vois autour de moi actuellement, en province des entreprises fermer, les salariés à temps partiel qui craignent pour leur emploi (ni dans l'automobile, ni dans le bâtiment d'ailleurs), des salaires très bas qui ne bougent pas depuis des années avec la crise due à la dérégulation à tous crins voulue par les libéraux et qui n'a pas fini de faire des dégâts, je me dis que cette mesure antilibérale n'était pas de première urgence si ce n'est pour se concilier une toute petit frange de la population. Quand il y a le feu au lac on ne fait pas de clientèlisme. Enfin et pour en finir, si j'ai bien compris il suffit de vendre en 2008 à perte, de bénéficier d'une réduction fiscale sur le dos de la collectivité et d'attendre janvier pour racheter au plus bas afin d'attendre que cela remonte pour faire de nouveaux gains. C'est bien loin de l'esprit libéral. Bien à vous
A Alexander Les chiffres suivants ont pour source l'OCDE Il faut défalquer de la pression fiscale la redistribution, on obtient alors la pression fiscale nette sur les particuliers En France, elle est de 15% du PIB En Grande Bretagne 17% Aux USA 18,5% En Allemagne 21% Aux Pays Bas 24% En Suède 26% Voila "pour les gains qui sont massivement mutualisés, en France"
Si il y a ensuite redistribution des impôts qui représentent 53% du PIB, cela vient au contraire montrer qu'il y a mutualisation des gains.
Faux, les impôts ne représentent pas 53% du PIB. Ce sont les prélèvements obligatoires, au passage un bon moyen de faire circuler l'argent des poches de ceux qui en ont à ceux qui n'en ont pas parcequ'ils travaillent pour ceux qui en ont; ces derniers revoyant de toute façon ensuite passer cet argent, puisqu'ils vendent ce que les gens qui n'ont pas d'argent achètent pour vivre. Supprimez la redistribution, vous cassez la consommation! Voilà la bêtise économique des moralistes à la petite semaine. Le chômeur fainéant et indemnisé consomme. Le chômeur non indemnisé ne consomme plus, il va manger aux restaurants du coeur, même lorsqu'il a retrouvé un semblant de travail. Dans les prélèvements obligatoires, on a donc les impôts, mais aussi les cotisations sociales, ce système qui permet de travailler sans avoir peur des catastrophes, donc de se projeter dans l'avenir, d'avoir des enfants, qui continueront ensuite à travailler pour ceux qui ont de l'argent et qui ne veulent pas en donner à ceux qui n'en ont pas alors que ce sont ces derniers qui les font vivre en dépensant le peu d'argent que les premiers leur donnent...Cotisations sociales qui sont l'héritage d'une époque où les esclaves ont décidé d'être des êtres humains quand même, et de s'entraider. Jusqu'au jour où on leur a dit que c'était une bêtise, et ou on a essayé de leur faire croire que l'argent qu'ils mettaient de côté sur leur revenu en cas de pépin, c'était du vol.
Il faut voir les choses sur le long terme, et surtout trouver les vrais coupables de cette crise. On accuse les banquiers d'avoir créé les subprimes. Mais dans les faits, ce sont bien les pauvres qui les ont achetés, non ? Les pauvres se retrouvent au chômage. Certes. Mais ce sont bien les pauvres qui ont décidé de ne plus acheter de Renault et Peugeot, et de mettre moins de moutarde Amora dans la salade ? Les riches roulent en Porsche, et mangent au restaurant. La crise de l'immobilier touche t-elle les pauvres ? Non, puisqu'ils ne détiennent rien. Mais qui pâtit de la crise ? Certainement pas les pauvres, car ils ont toujours été pauvres, mais bien plutôt les riches, injustement accusés de tous les maux. Ce sont eux qui pâtissent de la faillite des hedge funds, de la chute des bourses, de l'immobilier. Alors, messieurs, en ces temps de célébration de la déclaration des droits de l'homme, merci d'accorder un peu de considération à cette fraction de l'humanité, numériquement négligeable, je vous le concède, mais certainement influente : LES RICHES. Alors un grand merci à tous ceux qui voudront bien les ré-enrichir. Les pauvres chéris.
Euh !! Brute Épaisse ils le sont devenus (pauvre) après la crise de Subprimes, il ne me semble pas que la "middle classe" américaine peut être taxée de PAUVRE et pourtant elle est touchée et aujourd'hui PAUVRE... un peu comme votre commentaire si je le prends au 1er degré
Pour une fois, un commentaire marrant !!!
Constat tout bête que m'inspire la lecture du "parti pris" de Laurent Mauduit (il annonce la couleur, ce n'est pas à article de fond...) et les commentaires parfois tellement techniques que le simple contribuable que je suis a peine à les comprendre : . De la même façon qu'un monde sans religions faciliterait grandement la vie des innombrables victimes des guerres qui s'en réclament, un monde sans bourse et boursicoteurs, quel pied ce serait !
bonsoir voila une solution pour rendre solidaire les pertes tant qu il n auront pas trouver la solution a faire payer aux peuple les pertes , meme edouard leclerc dans une emission tardive evoquait la redistribution des pertes et n etait pas tres rassurer de l avenir et la tournure que les chose vont prendre(ses propos: la crise mondiale s est rien ,ils n ont pas encore nationnaliser les pertes a la population.il etait tres inquiets ,peut etre un sursaut de patriotisme dans cette petit phrase) les politicien qui suive cette doctrine,rappeller vous que vous avez des familles et en france,car vous sembler a l abrit ,mais la marrionette et sa petit bande de mafieu compte sur vous et votre familles , quand les vents mauvais souflerons.
Il est étonnant de voir comme ceux qui ne sont pas concernés par ce decret viennent défendre ceux qui profiteront de cet injustice. Si l'on trouve normal d'expluser un salarié parce qu'il a mal fait son travail, doit-on trouver normal de récompenser quelqu'un parce qu'il a mal fait aussi "son boulot" ? Serions nous déja sous l'ère UMP ou l'idée de "l'immoralité décomplexée" fait de plus en plus d'émules au point qu'un jour prochain cela ne sera plus qu'un phénomène de mode ? Serons nous tous un jour à souhaiter de ne plus avoir de moralité, de conscience et de nous diviser a tout jamais alors que la volonté de respecter les trois mamelles de la France devrait nous réunir tous en un bloc solide et inébranlable ? Doit-on vivre dans la honte de voir les valeurs fondamentales de notre pays se transformer en des sorte de "prostituées" dont la droite en serait le maquereau ? Dans cette idée je pense que même ceux bénéficiant de l'application de ce decret devrait la refuser pour leur propre honneur.
  • Nouveau
  • 08/12/2008 01:09
  • Par
Et il faut aussi parler du scandale des COTISATION SOCIALES DES AVOCATS qui seront limitées à 8 % de leurs revenus. Et ils seront exemptés au delà de 116000 euros alors que certains gagnents plus d'un million d'euros par an. Il s'agit de nos sous car ces gens ne sont pas les derniers à se soigner en France. Et il s'agit de notre santé car la non application du droit commun aux avocats (c'est un comble ! ) c'est moins de soins pour nous. Voir l'article en page 54 du Point du 4 décembre 2008 à ce sujet.
  • Nouveau
  • 08/12/2008 01:09
  • Par
Et il faut aussi parler du scandale des COTISATION SOCIALES DES AVOCATS qui seront limitées à 8 % de leurs revenus. Et ils seront exemptés au delà de 116000 euros alors que certains gagnents plus d'un million d'euros par an. Il s'agit de nos sous car ces gens ne sont pas les derniers à se soigner en France. Et il s'agit de notre santé car la non application du droit commun aux avocats (c'est un comble ! ) c'est moins de soins pour nous. Voir l'article en page 54 du Point du 4 décembre 2008 à ce sujet.
  • Nouveau
  • 08/12/2008 09:05
  • Par
kairos Ceux-là mêmes qui raillent la société d'assistance à tout propos offrent donc un filet de protection aux "boursicoteurs"... Les voies de notre seigneur et maître n'en finissent plus d'être impénétrables! Par ailleurs, plus l'état aide, plus il rogne ses ressources... L'économie est une science paradoxale qui ne cesse d'émerveiller...
D. Migaud (PS) a résumé cet amendement : Création d'une nouvelle niche fiscale.
Je ne comprends pas bien tout ce remue ménage pour cette proposition d'amendement. Premièrement : Sauf erreur de ma part, il était possible de déduire les pertes d'une année sur les cessions boursières des profits des années suivantes. Je ne me souviens pas très bien des conditions mais il n'y avait pas de plafond. Cela réduisait l'inpot sur les revenus des valeurs mobilières. L'amendement proposé n'apporterait donc pas grand chose, sauf une affectation différente dans la déclaration des revenus. Secondement : je crois que la bourse n'est pas un outil économique bien compris. Même si une forme certaine de déviation pour ne pas dire de dépravation l'a pour certains transformée en casino (et même en casino truqué), il ne faut pas oublier son role majeur dans le financement des entreprises. La supprimer serait tuer notre économie. Supprimer tous ces excès et diévations serait une opération de salut public, mais il ne faut pas rêver, nous ne verrons pas cela car trop de personnages influents y perdraient. Troisièment : je pense qu'il s'agit encore d'un effet d'annonce dirigée vers la partie de la classe moyennne qui a élu notre président sans bien savoir ce qu'elle faisait. Les "grands joueurs" en bourse ne sont pas concernés compte tenu des plafonds proposés. Quatrièment : ceci est une plaisanterie de mauvais gout. Mais, pour en calculant le gain d'impot possible (produit du plafond des pertes par son taux marginal d'imposition), il faut, pour un joueur, se presser de vendre afin d'atteindre ce plafond et réinvestir le gain ainsi réalisé dans l'achat d'actions ayant déjà très fortement baissé et donc suceptibles d'importantes plus values dans les années prochaines.
Et la solidarité ? Il faut bien protéger les vieilles dames ! Apparemment ce projet d'amendement suscite également des remous dans la majorité : ici
Pour éclaicir le fond du débat, je propose de changer le titre de l'article : "Un amendement scandaleux au profit des plus riches du peuple".
C'est assez curieux, je me suis abonné à Médiapart, pour justement ne pas avoir sous les yeux de pseudos articles journalistiques. Dans le cas de celui ci, Laurent Mauduit, vous faites dans le racoleur et le n'importe quoi ! * 25 000€ de cession dans une année peut très bien correspondre à un capital de 12 500€ ayant servi à acheter/vendre des actions 2x dans l'année. Peut on parler de richesse ? (Ou 4x6 250€ dans le cas d'un spéculateur forcené !) * Si sur sur ces 12 500€ la moins value est de 50% (6250 €) et que la personne soit dans la tranche des 14%, l'économie d'impôt est de 875€. Vite un compte aux îles caïman ! Je vous rappelle que la bourse est un des moyens permettant aux entreprises de financer leur développement. Je vous rappelle aussi que la dé-collecte (sortie de capitaux) sur l'année 2008 est importante. Peut être vise t-on à rétablir une confiance largement ébranlée ? De nombreuses lois existent pour inciter les particuliers à investir dans le tissu économique. Sont-elles votées par grandeur d'âme ou par nécessité économique ? Attention de ne pas mettre dans le même panier, Hedge funds, Black stage et autres investisseurs de très (trop) court terme. Je suis petit porteur et je ne me reconnait pas dans votre pamphlet.
Il est peut-etre vrai que le titre de l'article est un peu trompeur. Cet amendement ne concernera pas les plus riches. Cependant, je ne vois pas pourquoi je devrais, en tant que contribuable, financer les pertes financieres sur les marches boursiers des petits porteurs. Si ces personnes ont investi en bourse, c'est que cet argent n'est probablement pas vital pour elles (pas de consequences dramatiques en perspective). Qu'elles assument les consequences de leurs actes, a savoir, quand elles jouent en bourse, elles peuvent perdre aussi.
Juste une petite, toute petite question: Qui remboursera le "manque à gagner" des milliers de salariés mis en "chômage technique" par leur entreprise, en raison de la crise ?
* 25 000€ de cession dans une année peut très bien correspondre à un capital de 12 500€ ayant servi à acheter/vendre des actions 2x dans l'année. Peut on parler de richesse ? (Ou 4x6 250€ dans le cas d'un spéculateur forcené !) Tout est relatif et tout dépend à quoi vous comparez. Oui on peut parler de richesse si on compare à un SDF couchant et mourant parfois dans le froid. L'important n'est pas de savoir combien gagne ou ne gagne pas chacun, mais du comment est utilisé l'argent gagné. Si seulement l'argent gagné en bourse pouvait contribuer à améliorer le quotidien des gens les plus précaires. Mais non seulement on ne prête qu'aux riches mais en plus ces derniers connaissent de moins en moins la formule : "Acte gratuit pour le bien de la communauté". J'aimerais que ces riches arrêtent de pleurer car c'est indécent et qu'au lieu de se comparer aux plus riches qu'eux, qu'il se comparent aux plus pauvres sinon je crains qu'ils se prennent toujours pour des "malheureux incompris".
En fait, je ne donne pas un avis sur la mesure elle même. Je ne cherche pas non plus à défendre tel ou tel lobby. Je dis simplement que cet article est indigne d'un journaliste car, à mon sens, c'est avant tout un parti pris qui ne prend en compte que le ressenti de l'auteur, loin de toute vérité. Il se trouve que je connais assez bien ce domaine et je me demande ce que l'on peut me raconter sur des sujets que je ne maitrise pas. Mon message demeure: "J'attends mieux de Médiapart."
ha ha ha !!! la meilleure blague depuis que ce clown a été élu l'an dernier.
  • Nouveau
  • 08/12/2008 11:19
  • Par
Mr Mauduit, et si c'était un piège! Marini monte au créneau. Grosse réaction d'indignation, du style de la vôtre. Et SarkZorro est arrivé pour dire "Il n'en est pas question". Et il ramasse la mise. Déjà vu.
En tout cas, un but est bien atteint : semer la division chez les opposants à la politique sarkozienne.
Un piège à plusieurs niveaux : le jour où pour un autre coup (peut-être un peu moins fumeux que cette énormité) personne ne dira rien, pas de danger qu'on revienne dessus... De l'occupation en perspective pour les citoyens. Courage !
Et voilà que cela se confirme, c'est Fillon qui vient de dire : "Je ne suis pas favorable." Beaucoup de réactions , certes salutaires, mais pendant ce temps là on nous prépare ou officialise des coups beaucoup plus pendables que ce leurre. Il faut éviter de tomber aussi facilement dans le panneau et garder son indignation pour des choses plus sérieuses (franchises médicales par exemple).
  • Nouveau
  • 08/12/2008 11:41
  • Par
J'espère en tout cas qu'ils ont bien évalué la perte de revenus pour l'Etat....
Marini parlait d'un budget de 10 à 20 millions d'euros, basé sur quel calcul je n'en n'ai pas la moindre idée. Ce à quoi Karoutchi, ministre UMP des relation avec le parlement a répondu "Si c'est réellement ce montant qui est en jeu, cela doit concerner 10 à 20.000 contribuables, est-ce que ça vaut vraiment la peine de faire un amendement pour si peu ?"
@ aberges: Si l'on suit votre pensée jusqu'au bout, cela signifie donc: Sarkozy fait ce qu'il veut, que vous pensiez et vous exprimiez ou non Cette "pensée unique" est le terreau de toutes les dictatures... Non, il faut rester en éveil et EXPRIMER au plus tôt les injustices et manoeuvres - comme celle dans l'affaire Tapie - pour justement alerter l'opinion et faire reculer ceux qui souhaitaient prendre les mesures "en douce". Comme Balladur l'avait fait en plein été pour modifier les retraites dans le privé- mais pas dans la fonction publique - ou comme l'a fait le gouvernement Villepin avec la vente en catimini des autoroutes, propriété des Français, vendues aux copains, maintenant qu'elles commencent à rapporter. A l'époque, il n'y avait eu que F. Bayrou pour protester... Mais l'Histoire garde tout par écrit... et un jour les choses changent et les citoyens apprennent la vérité...
Cet amendement est inutile, sans portée économique, sans cohérence fiscale et, vraisemblablement,... sans avenir. Pas de quoi, pour autant, y voir un sujet politique d'importance, y consacrer un article tapageur et parler de terreau de la dictature. Il y a des sujets plus intéressants à traiter.
  • Nouveau
  • 08/12/2008 15:27
  • Par
Il est étonnant que certains découvrent aujoud'hui seulement que le gouvernement et son super animateur pratiquent une politique de classe. Presque chaque jour, un super libéral UMP apporte sa côte-part afin d'aider les plus favorisés à tenir bon pendant la crise financière. Normal pour M. Marini qui n'en est pas à son coup d'essai.
En quoi cet amendement serait-il libéral ?
"Alexander" questionne : "En quoi cet amendement serait-il libéral ?" Elémentaire, mon cher Wat... pardon, "Alexander" : en ce qu'il accorde des libéralités aux actionnaires "malchanceux".
  • Nouveau
  • 08/12/2008 16:52
  • Par
Fillon est donc contre l'amendement Marini. La com a bien fonctionné. Mais le forfait COTISATIONS SOCIALES des AVOCATS D'AFFAIRES là personne n'en parle !! Alors qu'on nous bassine sans cesse avec le déficit de la sécu et qu'on en profite pour réduire l'offre de soins et les remboursements. Au fait, Sarkozy est-il toujours associé au cabinet d'avocats d'affaires dans lequel il travaillait ?? Cette décision n'est pas correcte. Il faut que les avocats d'affaires soit soumis au droit commun !!
Vous avez des sources, Myette, pour votre information ?
Apparemment, lors de la discussion au sénat de l'amendement Marini, M. Athuis aurait proposé de remplacer le dispositif prévu par l'abandon du bouclier fiscal accompagné de la suppression de l'ISF et de l'ajoût d'une tranche haute (et avec un taux supérieur au taux marginal actuel) à l'IR.
Quel brouhaha incroyable avec cet article ! J'ai un compte sur Livret, un PEL, un compte assurance vie et quelques SICAV, pour un montant de 40000 euros . Je n'ai pas encore compris si on me classe dans la catégorie des boursicotteurs.... Mais j'oubliais de dire aussi que je suis un jeune retraité agricole, ancien agriculteur, et que je touche une grosse retraite mensuelle de 790 euros par mois. J'ajoute enfin que les plus-values de SICAV relèvent de l'IRRPP, ce que tout le monde semble ignorer.
D'après "Lefrançois " (voir son commentaire beaucoup plus haut) : "Alexander a apporté un éclairage intéressant au débat, le but est d'éviter la paupérisation de la classe moyenne" Faut dire que pour éviter la paupérisation des classes en dessous, c'est trop tard, c'est fait... "Alexander" devrait de temps en temps traîner ses escarpins du côté des restos du coeur... Pauvres épargnants qui risquent leur pognon... Les indigents ne connaissent pas leur bonheur, eux qui n'ont rien à risquer !
Le seuil de l'ISF est fixé en France à 760.000 euros (de mémoire), il y a 400.000 français assujetis à cet impôt. Même si 25.000€ représente une somme d'argent importante, elle reste toute relative par rapport au seuil de l'ISF, puisqu'elle ne représente que 3% du plancher pour payer cet impôt pour situer les choses. Pour le dire autrement 25.000 euros représente beaucoup pour un RMIste mais peu pour un assujeti à l'ISF, on se situe bien à des niveaux qui concernent la classe moyenne.
Allez présenter ces chiffres à un RMIste (ou, à présent, à un RSÂtre), monsieur "Alexander". Il sortira sûrement son mouchoir pour plaindre la classe moyenne...
Vous feriez un peu de la démagogie ? Avec ce type de raisonnement, on pourrait doubler l'IR non ?
Et voilà... Quand on manifeste de la compassion pour les déshérités, qu'on replace les choses dans leur contexte (la paupérisation touche les moins riches d'abord, les classes moyennes, bien après, quand ça se produit), et qu'on se déclare choqué par une prime au boursicotage, on est traité de démagogue par de froids calculateurs. Monsieur "Alexander", l'amendement Marini a soulevé un tel tollé même dans la majorité qu'il a été piteusement retiré. Cela en fait, des "démagogues"... Ce fiaso législatif, en ce qui me concerne, clôt le débat. PS - Au sujet de l'impôt sur le revenu, car je présume que c'est ce que vous évoquez par les initiales "IR" et non "Injuste Rétribution" (des actionnaires "malchanceux"), je vous rappelle, monsieur "Alexander", que grâce aux niches fiscales, des gens fort riches ne paient pas un centime. Mais c'est sûrement démagogique de s'en indigner...
Oui effectivement ce serait une idée... 2 fois plus d'hôpitaux, 2 fois plus d'éducation, 2 fois plus de logement, 2 fois plus de soutient aux malades, 2 fois plus d'espace vert, 2 fois plus de recherche, 2 fois moins de TVA...
Hors sujet (volontaire) : Un lien web de Mediapart aujourd'hui : travail des enfants L'article (en anglais) est un résumé de la chaîne du libéralisme économique = recherche du profit maximum (pour rémunérer les actionnaires ?). un extrait :
"(...)Ahmed left school aged eight to begin working in the industry. "The health of our nation is actually indirectly linked to the health of people around the world," said Dan Rees, director of the Ethical Trading Initiative. He said part of the problem was buyers such as the NHS pushing for the cheapest deal. "(...) Il s'agit de la fabrication (dangereuse) de matériel chirurgical, avec entre autres des enfants de 8 ans - et au bout de la chaîne, le système de santé britannique.
Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale
Mis en ligne samedi 6 décembre vers 20 heures, cet article a été complété dimanche après-midi, pour prendre en compte les justifications avancées par Philippe Marini et les critiques du socialiste Benoït Hamon (voir l'ongler prolonger)