Joseph Stiglitz: «Au lieu de régler nos problèmes, nous les aggravons»

Par

Un monde scindé entre les marchés émergents sur lesquels les politiques de relance produisent de la croissance, et les vieilles démocraties dans lesquelles l'austérité n'annonce rien de bon : tel est le tableau que le professeur Joseph Stiglitz dresse de l'état de l'économie en ce début d'année. Entretien vidéo en VO (anglais) et écrit en VF.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La toute récente nomination de William Daley, banquier transfuge de JP Morgan, comme nouveau chief of staff de la Maison Blanche ne démentira pas l'analyse de Joseph E. Stiglitz : en s'entourant de ceux qui sont largement responsables de la crise, le président américain est passé à côté du «moment rooseveltien» qui s'offrait à lui, estime le prix Nobel d'économie 2001 dans un entretien à Mediapart, accordé à l'occasion de son passage à Paris pour la parution en poche de son dernier essai, Le Triomphe de la cupidité (Actes Sud – Babel).