« On est des travailleurs, pas des casseurs ! »

Par

330 kilomètres en dix jours : les métallos de l'aciérie de Florange sont épuisés. Mais ils ont réussi l'essentiel : alerter sur la fermeture des derniers hauts-fourneaux de Lorraine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Édouard Martin n'en peut plus. Le charismatique leader de la CFDT d'ArcelorMittal à Florange a les traits encore plus tirés que d'habitude, la voix éraillée par dix jours de marche, de chants et de diatribes au mégaphone. Lui et la petite vingtaine de marcheurs de l'acier exultent. « On est arrivés ! On est arrivés  chantent-ils place de la République à Paris, sur l'air du On est en finale !, d'habitude entonné dans les stades.