Japon: quand la Banque centrale euthanasie le marché de la dette publique

Par

La Banque du Japon a poussé à ses limites extrêmes la prise de contrôle des marchés de la dette publique par les principales banques centrales. Une fuite en avant débouchant sur une véritable euthanasie. Exemplaire. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 13 mars dernier, un événement tout à la fois peu ordinaire et prévisible s’est produit sur le marché obligataire de Tokyo : pas une seule obligation d’État (JGB) à dix ans, l’échéance de référence là-bas comme ailleurs, n’y a été échangée. Aucun vendeur, aucun acheteur. Cette euthanasie de l’un des plus importants marchés de dette publique au monde est le résultat logique de la « stratégie » suivie de longue date par la Banque du Japon (BoJ), consistant à acheter massivement les titres émis dans l’espoir, vain jusqu’ici, de relancer l’inflation en inondant l’économie nippone de liquidités.