L'eurodéputé Philippe Lamberts: «Les banques doivent être plus petites et moins profitables»

Par et

À partir de janvier prochain, les bonus des banquiers travaillant dans l'Union seront plafonnés. C'est l'une des mesures phares adoptées par le parlement européen en avril dernier, en réaction à la crise financière qui secoue l'Europe. À la manœuvre, un eurodéputé belge, Philippe Lamberts, désormais considéré comme « l'homme le plus détesté de la City ». Entretien avec cet élu écolo, qui juge sévèrement la réforme des banques conduite en France. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le vote s'est déroulé mi-avril, au parlement européen à Strasbourg. Une très large majorité d'eurodéputés (608 sur 754) s'est prononcée en faveur d'une batterie de mesures visant à mieux encadrer les activités bancaires. Elément le plus spectaculaire de cette directive, censée tirer les leçons de la crise : le plafonnement des bonus.