Yorgos Katrougalos: ce qu’a produit la réforme du marché du travail en Grèce

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Soumise depuis 2010 à des cures d'austérité en continu, la Grèce a dû procéder à une libéralisation à outrance de son marché du travail. Suppression des professions dites protégées, baisse du salaire minimum et réductions salariales tous azimuts, disparition des conventions collectives… Alors que le gouvernement Philippe s'apprête à réformer le code français du travail, un coup d'œil vers la Grèce est utile pour comprendre les dégâts sur un pays de la dérégulation du marché du travail. Un parallèle d'autant plus instructif qu'il est révélateur de toute l'ambiguïté de l'exécutif grec aujourd'hui : idéologiquement aux antipodes de la politique de Macron, il attend pourtant, comme ses prédécesseurs au moment de l'élection de François Hollande en 2012, beaucoup du président français pour réformer l'Union européenne. Entretien avec Yorgos Katrougalos, secrétaire d'État aux affaires européennes et ancien ministre du travail du gouvernement Tsipras.