Économie Lien

L'affaire Florange vue par Lakshmi Mittal

Le PDG du numéro un mondial de l'acier a écrit à ses salariés pour donner sa version de l'accord passé avec le gouvernement français.

La rédaction de Mediapart

7 décembre 2012 à 17h19

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Le site d’Europe 1 s’est procuré un document internet d’ArcelorMittal dans lequel le PDG du groupe, Lakshmi Mittal, donne à ses salariés sa version de l’accord sur l’avenir du site de Florange récemment passé avec le gouvernement français et sur le conflit l’ayant opposé à Arnaud Montebourg.

Dans ce document, dont la radio donne plusieurs extraits, le patron du numéro un mondial de l’acier affirme notamment avoir respecté ses engagements car ceux-ci prévoyaient, dès 2006, la fermeture des hauts-fourneaux de Florange : « En 2006 Mittal Steel a présenté un plan au gouvernement français. Il précisait que le dernier haut-fourneau de Florange fermerait en 2010. »

Lakshmi Mittal critique par ailleurs la menace d’une nationalisation temporaire du site brandie par le ministre du redressement productif, qualifiée « d’anti-commerciale ». Selon l’homme d’affaires, cette hypothèse aurait été envisagée en raison de « la pression considérable » exercée par les syndicats. Elle aurait également eu pour conséquence de brouiller « le message que cela envoyait aux entreprises internationales envisageant d’investir en France ».

A lire sur le site d’Europe 1

La rédaction de Mediapart


2 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne