BlackRock: ce Léviathan de la finance qui pèse sur les choix européens

Par Jordan Pouille (Investigate Europe)
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

"Evidemment , notre ami Macreux  est d'accord avec ce projet."

Le problème c'est que je ne vois pas comment Macreux et ses collègues chefs d'Etats peuvent s'opposer (en admettant qu'ils le veuillent) à ce monstre. 

Ben oui, mais que d'impuissance... Parfois, on se prend à préférer ne rien savoir, pour éviter la désespérance... enfin monsieur Pouille fait correctement son "boulot" (je note que vous l'appelez par son "petit nom"... après tout, si cela peut rassurer...)

Bien vu. J'ai tout de suite penser à la même chose...

 

… mais pas à l'orthographe !!

Si vous parlez de ça, il y a une société similaires de criminels nommée Wagner qui travaille en ce moment même pour le Kremlin en Syrie. Un terme qui fait plus "musique romantique allemande."

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

black rock et black bock, quelle différence?

Les deux utilisent la même méthode: La VIOLENCE.

Les uns assassinent des centaines de millions de gens dans le monde en les privant du strict nécessaire pour survivre.

Les autres affrontent la police au service des premiers et cassent quelques vitrines.

En tous cas, je préfère les black Bock, même si je ne partage pas leurs méthodes.

Les block rock, il faut les supprimer, ce sont des parasites, ils sont pires que les nazis.

Tous les jours, des annonces catastrophiques déjà usitées aux EU qui génèrent injustices, précarité . Mais jusqu'où devra aller le macroneux pour que les français se réveillent, ce monde qui se profile, est un monde abjecte, injuste et stupide.

Moi, la Guiness me donne des aigreurs d'estomac.

J'ai toujours cru en la faculté de la volonté politique. Volonté politique qui s'est effacée et qui a même contribué à l'apparition de ces monstrueuses entités commerciales ou financières. Black Rock et ses confrères, Colony par exemple n'existent que par la complicité de ceux qui contribuent à leur succès : au départ, il s'agissait des retraités américains. Ce système s'est mué en modèle pour la planète entière ( par exemple, la Chine, bien que dans le cas précité, l'Etat tyrannique continue à dicter sa loi dans les affaires économiques , ce qui constitue une exception d'importance )

Si j'ai bonne mémoire, c'est ce qui s'est produit avec la faillite de la British Petroleum , entraînant la ruine de nombre de retraités britanniques?

Et dire qu'on jette le rock aux pauvres rigolos des Black Blocks ! 

vous dites :"Le problème c'est que je ne vois pas comment Macreux et ses collègues chefs d'Etats peuvent s'opposer (en admettant qu'ils le veuillent) à ce monstre."

ben ... "nous on peut" (j généreux)

Mais non les macron et compagnies ne le peuvent pas car même en admettant qu'ils  veuillent lutter leur idéologie les empêche de se donner des armes pour lutter contre ces monstres .

 il y a des armes qui existent , mais il faut s'en saisir .

Oui, je pense que c'est dans les tuyaux de la pensée "complexe" de notre monarque depuis un moment, tout comme la destruction de la sécurité sociale.

Qu'il y a-t-il de complexe et, surtout, de nouveau à copier ce qu'il y a de pire ailleurs ? Il n'a pas compris qu'à part le monde de finance, les USA ne font pas ou plus rêver. Pour moi, ça fait très vieux monde.

A quand la disparition de NOTRE devise républicaine "Liberté, Égalité, Fraternité" ?

d'où les blackblocs....

C'est vrai, la devise, ils n'y ont pas encore pensé. Voilà pourtant un tabou à faire sauter, un attribut pas très moderne du vieux monde qu'une gouvernance décomplexée se devrait de réformer.

Exact MACron n'a de cesse de se prostituer chez Trump, et il est complice de tout cela. La France est totalement soumise aux Etats-Unis depuis bien longtemps ! Le seul qui refusait cette soumission était De Gaulles ça date ! Mais sans lui nous serions d'ailleurs certainement aujourd'hui américains, dégoûtante image. Nous avons eu chaud.

Cette saloperie de BlackRock ne devrait pas exister bien sur, il s'agit d'une organisation mafieuse qui ne cherche qu'à établir l'esclavagisme au niveau mondial, rien de moins.

Mitterrand n était pas ma tasse de thé, mais il avait eu cette phrase prémonitoire: 

"je suis le dernier président libre de la finance."

Cet article fait froid dans le dos , car avec ce système on se dirige vers une situation a la grecque.

Retraite par capitalisation que Mac va s empresser de faire, avec le krach qui se profile très bientôt, nous allons vers la ruine.

J ai lu un article d un économiste, l Espagne n est pas mieux lotie et risque la guerre civile. 

Cet économiste prévoit qu' il sera le 1er  pays européen à connaître ca.

Pour les autres, la révolte viendra aussi.

Je crois que bientôt les politiques vont se faire agresser tant la colère sera grande.

 

 

Guerre civile que nous pourrions éviter si une majorité voulait bien se mettre au service d'un engagement collectif visant à développer un projet de société qui nous convienne plutôt que se contenter de glisser un bulletin de vote tous les 5 ans ou de s'en abstenir tout en râlant et/ou en vaquant à leurs petites affaires le reste d'un quinquennat.

De plus, j'aime à penser que cet exercice de réflexion collective éviterait à cette majorité de devenir manipulable le moment venu.

Du même :

" Laissez la tyrannie régner sur un mètre carré, elle gagnera bientôt la surface de la terre." (François Mitterand, L'abeille et l'architecte, 1974)

Tonton n'était pas un folichon. foot-in-mouth

"@ quand il aura livré la France à ces necrophages"  N'est-ce pas déjà fait?

  • "À l'automne 2017, il a été invité par le gouvernement français à siéger au « comité Action publique 2022 » (CAP 2022), une sorte de deuxième commission Attali, censée dessiner les futurs contours de l’État.

  • M. Fink a déjà été reçu deux fois à l’Élysée depuis l’élection d’Emmanuel Macron.

    Alors, quand Larry Fink rencontre un chef d’État (..), que choisit-il d’aborder ? La partie audit ou la partie investissement (100 496,54 millions de USD en France) ? Et pourquoi pas les deux, au gré de ses intérêts ?

  • Circulez , il n'y a rien à voir:
    « Devant cette incohérence de chiffres, le régulateur français ne livre aucun commentaire »
    « Nous n’avons pas de travail de réflexion spécifique en cours sur ce sujet en ce moment. »

Vous ne manquez pas d'air et du sens des contradictions ! laughing Je préfère penser que c'est un problème personnel de ramollissement du cerveau (l'âge, l'alcool ?), plutôt que d'associer vos réflexions (saugrenues) à un mouvement politique dans son ensemble (FI pour le nommer)...

D'ailleurs, en lisant l'article de Jordan Pouille, je ne pouvais m'empêcher de me demander : "s'il était arrivé au pouvoir, comment JL Mélenchon et son équipe, se seraient tiré de cette pieuvre monstrueuse (Black Rock and Co...) ?"

Pieuvre (petit nom doux de la Mafia, organisation criminelle dont les activités sont soumises à une direction collégiale occulte et qui repose sur une stratégie d’infiltration de la société civile et des institutions...), dont JLM a forcément entendu au moins parler, du temps où il était député européen, non ?

Question (hyper sérieuse !) essentielle pour notre avenir, posée à tous les membre de la FI... Comment se dépétrer de cette pieuvre ?

Voilà pourquoi tout est mis en œuvre pour que ne soient élus que des chefs d'Etats Black Rock compatibles...

Exact ! Excellente réflexion...(enfin) laughing  Aussi, cela nous ramène à une tout aussi bonne question : à quoi sert-il d'aller voter ? Puisque (enfin) vous semblez vous rendre compte que tout cela est pipeauté de longue date...

La révolution est impossible par les urnes ! Donc, que reste t-il à faire ? Là est la question... On ne fait pas d'Hamelette sans casser les œufs !

Cette saloperie de BlackRock ne devrait pas exister bien sur, il s'agit d'une organisation mafieuse qui ne cherche qu'à établir l'esclavagisme au niveau mondial, rien de moins...

Pour rappel : (il y a déjà plus de cinq ans !)

Goldman Sachs conseille à la France de baisser les salaires de 30 ...

30 janv. 2013 - Tout juste lauréate du «prix de la honte» 2013, décerné par Greenpeace Suisse, la banque américaine Goldman Sachs a jugé bon de donner des «conseils» à la France pour enrayer la crise. Notamment baisser tous les salaires de l'Hexagone de 30%. Une «solution» qui ne fait pas l'unanimité.

Mais oui, car avec black Rock, la capitalisation sera la, alors pour ces malades du fric à n importe quel prix, baisser les salaires de 30% augmentera les retraites américaines et en même temps le capital de Black Rock.

Et  tous ces abrutis de milliardaires feront ensuite des oeuvres caritatives après nous avoir tondus.

Déshabiller Pierre pour habiller ....

C est bien ce qui se passe actuellement, la peste brune s étend a plusieurs pays de l est, le nationalisme et la haine de l immigré renaît comme ds les années 30.

Même en France ca pointe le bout du nez.

 

Oui il ne sert plus à rien de voter, au contraire on conforte le monde politique ds des pires dévoiements. 

Mais le français est trop individualiste pour agir avec un projet social commun.

Il y a qd même quelques réalistes qui ont entamé la démarche du vivre ensemble ds des communautés en Ardèche.

Constructions d habitats écolos, dont personne n est propriétaire, juste une somme a donner au départ pour la construction, si vs partez, elle est restituée.

Et conseil chaque semaine pour l orientation a prendre.

Eux seront mieux prepares qd le krach arrivera.

L'Ardèche reste un vrai laboratoire social décidément.

Le problème est pire que ce que vous imaginez, et ne se trouve pas uniquement dans les aléas boursiers (de toute façon, une capitalisation des pensions par l'Etat est aussi in fine soumise à la valeur de la monnaie qui se fixe sur les marchés, et payer des pensionnés avec des rondelles de carottes a le meme résultat final qu'un krach boursier, ce que les partisans de la sortie de l'euro oublient facilement).

Le problème véritable c'est la taille de Blackrock, qui lui permet de prendre des parts de plus en plus importantes dans les sociétés cotées en bourse et lui donne une position trop dominante, ce qui a des conséquences désastreuses sur tout le reste, notamment par les licenciements boursiers. A partir du moment ou Blackrock, le regard fixé sur le profit annuel, décide que telle entreprise ne rapporte pas assez, sa position dominante lui permet d'exiger du management des débarquements structurels (ça s'appelle "cost control" dans le jargon des gens qui l'appliquent, les DRH en l'occurence). En clair, il s'agit de virer arbitrairement des gens pour pouvoir montrer des bilans plus avantageux et faire hausser le cours de l'action alors que la société n'est pas en difficulté. Et si jamais la casse sociale se soldait d'un manque de productivité réel, Blackrock aura toujours la possibilité de revendre ses parts avant que le cours ne tombe, lui permettant d'engranger de juteux bénéfices et d'aller sévir ailleurs. Ca s'appelle un délit d'initié mais c'est très théorique car des initiés de cette taille là n'ont de toute façon pas à répondre devant la loi (c'est d'ailleurs incidemment mentionné dans l'article que Blackrock a horreur des régulations)

Je ne comprends pas - ou plutot j'ai peur de le comprendre - que les économistes reconnus ne signalent pas que nous sommes clairement revenus, par les fonds d'investissement, aux cartels de la fin du XIXeme : quelques uns controlent tout, ont le pouvoir sur tout et sont suffisamment puissants pour pouvoir éliminer toute concurrence possible. En somme nous sortons du libéralisme classique ou la notion de concurence avait encore un sens et nous allons droit vers un capital concentré et controlé par très, très peu de gens...

 

Ce qu'il y a d'amusant, si l'on peut dire, est que les présumés "libéraux" favorables à la Capitalisation pour les retraites, sauf à dire de sornettes, ne peuvent pas vraiment expliquer en quoi la Capitalisation est meilleure que la Répartition.

La Répartition, c'est simple : les pensions des retraités sont payées par les cotisations des actifs. La seule contrainte est que les cotisations soient suffisantes, et çà dépend donc directement 1/ du niveau de l'emploi ( et donc de l'activité économique ) et 2/ du niveau des salaires. C'est le système le plus économique, le plus simple à suivre et à gérer.

La Capitalisation, c'est forcément une "usine à gaz". D'abord, les cotisations des actifs sont mises dans des cartons à chaussures, c'est à dire les "fonds de pension". Il y a toutes sortes de cartons de chaussure. Soit des cartons par entreprise, et il en faut tout un énorme paquet, vu le nombre des entreprises ; soit des cartons "interprofessionnels" ; soit des cartons proposés par les Assureurs ou des Zinsvestisseurs, du genre Blackrocks. De vrais philanthropes, comme d'habitude.

Donc, au lieu d'un truc comme la CNAV (laquelle ne marche pas si mal que çà, au demeurant) il faut des milliers de trucs. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, hein ? Et rien que là-dessus, on n'a pas fini de rigoler, car l'emploi est de plus en plus précaire, les gens changent de plus en plus souvent de boites, et donc ils vont devoir mettre leurs cotisations dans un toujours plus grand nombre de boites à chaussure !

Mais c'est pas tout. La Répartition, puisqu'elle est immédiate, elle évite plein de risques. Mais pas la Capitalisation !

1/ D'abord, il y a la faillite des entreprises, et donc des fonds de pension d'entreprises. On appellera çà les boites à chaussure qui s'égarent ou dont le carton est devenu tout pourri, avec plein de vers dedans. Les salariés d'Enron en ont su qqch : ils ont perdu toutes leurs cotisations. 

2/ Puis, il y a le risque d'érosion monétaire lié aux placements longue durée. Une paille ! Vous avez une idée de ce que vaudra le dollar ou l'euro dans 20 ans ? Pas moi... Le risque monétaire est évité par la Répartition qui transfert immédiatement des salariés aux retraités. C'est drôle qu'il faille aussi rappeler cela...

3/ Puis, il y a le risque de placement. Bon, aux imbéciles qui mettent en avant les fortes rémunérations des actions, actuellement, on rappellera 1/ par contrecoup, le manque total de rendement des obligations (vu les taux prés de zéro) et 2/ le fait que le rendement des actions s'appuie sur la baisse des salaires et l'accroissement du chômage. Là, il y a une petite contradiction dans le système : si les taux des obligations remonte, çà va être la chute du cours des actions ! (Demandez aux banques centrales et aux boursiers ce qu'elles en pensent...)

4/ Enfin, il y a le coût énorme de gestion des fonds de pension, lié au fait que, pour verser les retraites, les Fonds de pension doivent faire du "liquide" en revendant leurs placements. Et çà, çà coûte un max en commissions boursières et diverses.

Alors, les cons du genre Blackrocks, ils peuvent faire le beau, on attend simplement la chute. Et 6 000 milliards, çà peut partir vite en fumée quand les hors-bilan spéculatifs sont "à la grosse louche" entre 5 et 10 fois supérieurs...

Avec une population vieillissante, la répartition est un mirage...

D'autre part, les fonds ne sont pas liés aux actions même s'ils le sont aujourd’hui que le marché est porteur, ils peuvent très bien investir dans des obligations en cas de retournement, le problème n'est pas là.

Le véritable problème n'est pas les fonds en eux-memes mais de l'énorme concentration de pouvoir dans quelques uns. Il existait des lois anti-trusts, mais tout le monde semble avoir oublié leur intérêt, et c'est là le véritable problème. Quand les fonds gérés par Soros ont décidé de spéculer sur la livre, cela s'est soldé par la sortie du serpent monétaire et une dévaluation canon. Le jour où Blackrock décide de couler une multinationale qui lui déplairait ou un pays qui le gène, il pourra le faire et c'est cet état de fait qui est fondamentalement inacceptable, car déjà aujourd'hui tout le monde politique se presse autour pour lui cirer les pompes, et malheur à celui qui le mettrait en question, exactement comme les trusts et autres monopoles à la fin du XIXeme et début du XXeme...

Je préfère de loin un black bock de bière en effet.

Liberté, Egalité, Fraternité ???

Cette devise ne fait plus que façade pour égarer les gogos.

Elle est (était) le devise d'une toute petite nation ! Une nation qui n'existe plus en tant que telle et dont les citoyens "mondialisés" et - avant cela  - "européanisés", n'ont plus aucune voix au chapitre.

Il est temps d'atterrir : Ce que la République Française avait pu inspirer jadis avec cette bannière est depuis bien longtemps vidé de toute substance !

Et le Macron - qui s'acharne à réclamer une "gouvernance européenne" !!! - fait tout pour nous enfoncer !

 

P.S.- Je suis pourtant à l'opposé du "nationalisme" !

Il reste tout de même un modèle social quasi-intact. La France n'a jamais été une petite nation (les Allemands l'appellent encore la "Grande nation", par ironie). En 1789, c'était le pays européen le plus important, avec ses 20 M. d'habitants. Sans cette masse démographique, la Révolution n'aurait pu être victorieuse et ses idées n'auraient pu se répandre en Europe et en Amérique latine. Sous-estimer l'importance des masses est une forme de défaitisme. De même, sous-estimer l'importance du politique, qui est la stratégie de l'UE, c'est renoncer à contrôler les forces du capital. C'est le politique qui définit le périmètre d'action de la "finance" et pas le contraire.

?

@ B.Costet

Atroce réalité. Je pensais aussi que vous pensiez  au Front Al Nosra, la branche d'Al Qaïda en Syrie.  Les fameux " libérateurs " de la Syrie rémunérés par nos alliés d'Arabie Saoudite, du Qatar et de la Turquie, bref tous nos " copains " dictateurs... quand nous n'y mettons pas la main à la patte... ? Vaste sujet...

 

 

 

Beregovoy ? Le type qui a fait voter la dérégulation financière en France et qui nous a mis dans ce merdier ? Celui qui s'est fait sauter le caisson lorsqu'il a compris  qu'il s'était fait manipuler dans les grandes largeurs et que lui, l'ancien ouvrier, il avait trahit son électorat populaire ? ...déjà !

 

ça fait froid dans le dos...

Par la convocation d'une assemblée constituante sitôt l'élection passée...  réécrire nous-même la constitution est urgentissime !
Et en rendant illégales (par décret ?) bien des manoeuvres que ces nuisibles utilisent pour frauder, siphonner l'argent public et colluder avec les instances financières européennes et les États...

OK pour votre 3ème argument sur la concentration de pouvoir chez Blackrock. Je n'y ai pas fait allusion tellement il est évident.

Par contre, l'argument du vieillissement n'est pas recevable, d'abord à cause des fameux "gains de productivité". Et aussi, parce que le vieillissement de la population est encore plus redoutable pour la capitalisation que pour la répartition car il va obliger les fonds de pensions à vendre de plus en plus de leurs placements, à être "vendeur-net" ce qui va faire peu à peu plonger les bourses...

Quant à la substitution des obligations aux actions, je vous laisse réfléchir au problème de la "soutenabilité des dettes".

Vous croyez, vous, que la Grèce, l'Italie, le Japon, les USA, la France, etc. rembourseront un jour leur dette ? Vous croyez que les jeunes vont être d'accord pour bosser pendant plus d'un année, sans rien toucher, rien que pour rembourser une dette contractée par leurs parents ?

Si les taux remontent, c'est toute l'Economie qui se vautre !

Zorbeck, un peu de courage : il faut vraiment se rendre compte que le Système est au bout du rouleau.

 

Le constat est fait.

Y a-t-il eu une intervention à l'Assemblée Nationale pour dénoncer la présence de Black Rock dans CAP 2022 et la présence massive du privé pour tailler en pièces notre système social et la fonction publique ?

Quelqu'un pourrait-il m'indiquer le nom de l'intervenant et la date de l'intervention.

Merci

 

 

 

DÉMOCRATIE ?

Les Français ont voté en 2005 contre l'Europe néo libérale !!!

 

Cmoment est-il possible que LES ÉTATS ET LA BCE NE DISPOSENT PAS DE, OUTILS D'AUDIT PERFORMANTS ET INDÉPENDANTS. C'est INADMISSIBLE !!!

<<<La France n'a jamais été une petite nation>>>

Ce n'est pas du tout ce que je dis (ou veux dire).

Mais elle l'est devenue bel et bien. Sera-ce vous qui me direz le contraire ?

Modèle social intact ?

Je ne le pense pas.

Dès 1948, le camp adverse a entrepris sa revanche et elle se décline jusqu'aujourd'hui, où elle se décuple en destruction tout terrain : succession de contre réformes sur la Santé, sur l'Enseignement, puis contre les 35 heures, et les 2 loi travail. Mais je récuse le terme même de "modèle social", bien trop restrictif : casse de l'industrie, délocalisations, vente à l'étranger US de fleurons industriels,, vente d'aéroports, de barragges, réforme ferroviaire présente, font perdre à ce pays "emmerdeur" non seulement sa spécificité, sa "personnalité" mais aussi et totalement, son indépendance.

Un baillon savamment orchestré quoi ! Un étau qu'un président  guerrier et omnipotent met - délibérément et à vitesse supersonique - au service de la... "gouvernance mondiale" à laquelle il adhère farouchement.

Si rien ne vient le stopper dans sa course folle avant 2022, nous sommes "faits". Nous serons les citoyens d'un pays largement sous-développé. C'est notre tour... juste après la Grèce.

C'est le choix du peuple français, à une très courte majorité, en 1992. Mais rien n'est inéluctable dans le domaine politique. Et la population française reste la plus dynamique et avancée sur le plan de la démographie et de la condition des femmes. Il est vraiment dommage que ces forces soient bridées par le carcan de l'UE. Mais c'est peut-être le but justement, pour asseoir les privilèges de la puissance dominante.

Il faut dégommer l'étoile noire ! Que la force soit avec nous !

Dans l'ombre du carcan de l'UE, il y a des multinationales à la puissance inégalée, il y a BlackRock (voir le présent papier  sur cette "société secrète") et chez nous - première cible que nous devons nous fixer - un adepte (de cette secte) aux pouvoirs exorbitants... L'ennemi est toujours intérieur, comme le cancer.

Je suis pressée de voir se précipiter/durcir Résistance consciente et luttes matures. Car plus passe ce temps maudit de domination libérale (quel mot !)où tout se détruit à vitesse quantique ! plus dure sera la chute !

Ou le rebond ?.. Et- alors seulement - il y aura moins de cancers...

Mon dieu que de mauvaises connaissances en économie mais bon

Bonjour Diogène de Tours

Votre billet, très intéressant, mériterait un solide graphique,  à faire circuler,  pour éclairer les "rouages" de deux systèmes de retraite.

Je ne suis pas de taille à le faire, mais j'aimerais beaucoup en bénéficier !

Cordialement

 

A Marseille, pour les législatives, je vous rappelle que Jean Luc Mélenchon n'a gagné qu'avec seulement 20 % des électeurs inscrits : donc pas plus démocratiquement différent des autres !!

Aujourd'hui  15 mai pas de prison ferme pour Cahuzac qui peut aménager 2 ans. 300 000 à payer, le fera-t-il j'en doute ? Et 5 ans inéligibilité, vous pariez que dans 5 ans on le revoit dans les listes électorales ?

Gestion des fonds de retraite : il en va de la gestion boursière comme du libéralisme : ce peut être une excellente voie à condition de fixer des bornes strictes. Si à l'époque de la baisse prolongée des taux d'intérêts sur les emprunts obligataires, les fonds dont disposaient les caisses de retraite avaient été investis raisonnablement sur ces supports, les revenus encaissés et les plus-values réalisées les auraient mises à l'abri du besoin pendant longtemps. Idem pour certains secteurs économiques comme celui du luxe  (LVMH,Dior...). https://www.lerevenu.com/valeurs-du-luxe

Il faut rappeler qu'investir sur les marchés financiers n'implique pas nécessairement d'opter pour une spéculation effrénée, comme l'ont trop fait les Caisses de retraites US. Une gestion relativement saine est possible mais elle demande une analyse permanente des données économiques et la fixation et le respect d'une stricte déontologie financière et sociale. A inventer d'urgence !

Les ultra libéraux, par leur insatiabilité, sont en train de tuer le libéralisme éclairé, seul système compatible avec notre XXIe siècle des échanges mondiaux incontournables de marchandises et de personnes ! En fait nous n'avons rien inventé que la rapidité de déplacement par rapport aux échanges ancestraux et aux foires de Champagne !

la b.c.e ...quelle blague! sans parler des "états"..h.f.thiéfaine = "veuillez laisser l'état dans les w.c ou vous l'avez trouvé..!"...♠

Je crois comprendre de l’article que Blackrock n’agit pas en tant que auditeur mais plutôt expert capable d’analyser des portefeuilles complexes, voir à l’échelle d’un état.

Une petite vidéo où Ghislaine LANCTOT nous explique comment, pourquoi, dans quel but tout cela est parfaitement planifié :(

 

Allons-nous cesser d'être des grenouilles en cours de cuisson ?

 

DEV

Et quand on voit le grand Maboule de barnier zozoter du haut de son trône européen dans un anglais hideux contre le Brexit, que penser de ce cirque? Que déjà ça les nourrit bien ces types là ! À bas votre occident ! À bas votre europe !

... et à profiter d'une prise de participation conséquente en actions. N'ayez pas peur de le préciser. 

**** Terrifiant et lamentable et honteux .

Comme ces pauvres gens là ne sont pas clochards , il ne peut "ruisseler' de piécettes dans la main ....

C’est le principe d’un fond que d’investir dans des sociétés, j’imagine bien que c’est d’autant plus facile après avoir soit même auditė la société qui plus est le travail étant payė par le client.

La démocratie représentative n'a pour but que d'élire nos maîtres qui eux-mêmes servent d'autres maîtres et le comble, c'est que leur élection est le résultat d'une formidable manipulation d'une majorité d'esprits et la preuve en est notre envie de les voir dégager au bout de quelques mois.

Pour ma part, la démocratie réelle ne peut exister qu'au sein d'un système d'autogestion.

Et tant pis pour ceux qui n'arrivent même pas à dégager un "reste à vivre" sur leur revenu précaire: s'ils arrivent sans un rond à l'issue, on leur dira (comme au Japon, en GB...) qu'ils ont été imprévoyants, et n'ont qu'à bosser encore...

Au Japon, les prisons sont remplies de vieilles dames en mal de vie ...

21 mars 2018 - Un phénomène à peine croyable est observable au Japon depuis quelque temps : des femmes âgées font tout pour se retrouver en prison afin d'avoir une vie sociale ... Ainsi, les vieilles dames japonaises se rendent coupables de vol à l'étalage pour se faire prendre. ... Il y a plein de gens avec qui parler...

Nourries, logées... cry

En gros, le suffrage universel (sur lequel il y aurait beaucoup à dire)...

Ah ! On avance, on avance ! (enfin) laughing

Dois-je (encore une fois) rappeler le taux d'abstention des dernières élections présidentielles et législatives ? Nous étions pourtant... MAJORITAIRES !!!

Je crois comprendre de l’article que Blackrock n’agit pas en tant que auditeur mais plutôt expert capable d’analyser des portefeuilles complexes, voir à l’échelle d’un état...

Tu l'as dit, bouffi ! laughinglaughinglaughing

Le niveau intellectuel de la ferme à trolls macron, m'épatera toujours...

Idem les députés et ministres LREM de cette colonie de vacances... (déjà, leur nom !)

Mais comme le dit cette bonne Marlène (qui n'en manque pas une, ces derniers temps !) : "La France a besoin d'être incarnée, elle est résolument romanesque, romantique. Elle a besoin d'un couple à sa tête..."

https://www.ledauphine.com/politique/2018/05/08/marlene-schiappa-le-babil-boom

Merci pour les smiley Annie, j'ai failli le prendre mal !

La question à laquelle je répondais était probablement un peu trop technique, à savoir si les audits demandés par les Etats à Blackrock rentraient dans le cadre réglementaire d'avoir un auditeur aux comptes (type big4) interdisant obligatoirement un travail par ailleurs en tant que prestataire.

L'article ne mentionne pas un éventuel conflit d'intérêt sur ce sujet mais plutôt que Blackrock dispose de facto après ce travail d'informations spécifique lui permettant d'investir ou non dans une société, ce qui n'est pas terrible non plus.

 

Annie,

J'ai une certaine expérience dans ce domaine. Si vous êtes partante on se le dit en MP. Mais chut, c'est un poil délinquant !

frown m'ouais !....(no comment).

Un couple à sa tête ? ....Comme Louis XVI & Marie-Antoinette ?

 

Le mot "démocratie" ne devrait plus être dans le dictionnaire...

paul-jorion-livre-1

 

Merci de nous faire ce rappel. wink

Corruption, ça suffit ! Dimanche, un débat exceptionnel

Mediapart vous invite, dimanche 19 octobre à 19 heures, au Théâtre de la Ville de Paris, à une grande soirée publique de témoignages et d'alerte de la société civile sur les ravages de la corruption, avec la présence exceptionnelle de Roberto Scarpinato, procureur général auprès du parquet de Palerme. La rencontre sera également retransmise en direct sur Mediapart...

https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/media_64525/Capture_decran_2014-10-13_a_15.14.15.png?width=101&height=151&width_format=pixel&height_format=pixel

Bien lu. Merci Annie...et sinon Mediapart, quand est-ce que la rédaction descend en  "Province" ?... Jamais ? La ville de Paris = Un bunker tout confort ?

 

Une démocratie tant qu'on ne voudra pas parler de Démocrature ... mot tabou.

Effectivement si on sort une réalité comme celle-là sans l'avoir étayée on se fait traiter de complotiste.

Merci pour cet article qui est lui "étayée" et qui montre qu'il n'y a pas de théorie du complot mais un vrai complot.

di saintsa, 

"""il n'y a pas de théorie du complot mais un vrai complot."""

Exact. Disons un gigantesque déploiement à l'échelle mondiale, concerté au sein de quelques cercles financiers très restreints. Évident, mais de plus en plus grave, car ils subornent dorénavant les états sans grosses difficultés, bien au contraire. 

girondiac

Voulez-vous dire par là qu'une forme de "fascisme new-look" serait en marche ?  Possible, mais à analyser plus finement, sans amalgame ni fixation. Bien à vous. 

Vois avez totalement raison ici : ce petit livre (eu sens de "bref"/150 pages) est un brûlot à lire !

Et si bien écrit et "monté" !

Je ne saurais trop le recommander.

Belle obsession !

"Heureusement Mélenchon est parti pour Moscou chercher l'antidote."'

 

Ce que je vais faire en Russie

"Je vais rencontrer Sergueï Oudaltsov, le président du Front de gauche de Russie, une formation d’opposition de gauche au gouvernement russe et à Poutine. Je le lui avais promis après sa sortie de prison. Mon message est qu’on peut être ami de la Russie et du peuple russe sans être un partisan du parti politique au pouvoir en Russie." 

 

https://melenchon.fr/2018/05/07/je-menvole-vers-la-russie/

Eh ben, qu'est-ce que je disais. C'est le Front de Gauche russe, l'antidote. Bravo l'hologramme !

 

 

 

Araignée du matin, chagrin !

 

Gypsie  -  intérim de Melchior

haha

effectivement il n'y a aucun rapport entre cette visite et la lutte contre la finance . on se demande donc bien pourquoi vous le faites ... hein...

 

 

par contre mélenchon n'a pas attendu d'aller rendre visite pour le soutenir à un opposant à poutine pour proposer des mesures pour lutter contre la finance ..

 

 

 

manif sur les boulevards , espoir

(hé zavez vu , moi aussi je sais sauter plein de lignes)

RSF épingle la France insoumise et la haine de Jean-Luc Mélenchon.

"La stratégie de 'haine des médias'" de Jean-Luc Mélenchon inquiète Reporters sans frontières".

C'est à cause de cette EXCELLENTE photo là (avec la photo dans la photo, comme La vache qui rit), trouvée dans les commentaires de la manifestation du 5 mai à Paris, que j'ai regardé ce film avant-hier (pas vu au moment de sa sortie en salle)...

macron-restauration

 

Vous voulez dire qu'il faut s'inquiéter de la haine des médias envers fi et mélenchon  ... effectivement c'est un vrai problème . opiam : des années de recensement de haine et d'insultes envers mélenchon et fi ...

Non, c'est plutôt bon signe quand la presse appartient aux milliardaires.

Personnellement, n'ayant plus la télé depuis 15 ans et n'écoutant plus la radio excepté quelques émissions sur internet et ne lisant que les papiers que je finance directement par des sommes non négligeables, je trouve que les positions de mélenchon sont bien timorées...

Mais bon, RSF c'est quand même le bébé de Ménard, dont il est marrant qu'il serve la cause de vilmauve. A chacun ses références tu me diras. Un extrait d ela fiche wikipedia qui vaut ce qu'elle vaut:

"Au cours de son mandat, Robert Ménard a été accusé de manquer d'objectivité dans le traitement de la liberté de la presse dans le monde. Jean-Claude Guillebaud, cofondateur de RSF, quitte l'agence en 1993 en regrettant qu'elle ait abandonné la critique des médias français ; selon lui et Acrimed, ce changement s'est opéré à l'initiative de Ménard, dans le but d'obtenir leur soutien28,29. Cette attitude sera de fait assumée par l'intéressé, notamment dans son livre Ces journalistes que l'on veut faire taire (2001), où il écrit qu'en s'attardant sur le cas de la France, « nous risquons de mécontenter certains journalistes, de nous mettre à dos les grands patrons de presse et de braquer le pouvoir économique. Or, pour nous médiatiser, nous avons besoin de la complicité des journalistes, du soutien des patrons de presse et de l'argent du pouvoir économique ». Mais, en juin 2004, il rachète et relance la revue trimestrielle Médias pour répondre aux critiques lui reprochant de se préoccuper davantage des journalistes emprisonnés à l’étranger que de la situation des médias en France3[réf. insuffisante]. Stéphane Courbit devient actionnaire du titre à la fin de 200730,4.

Jean-Claude Guillebaud juge également RSF trop proche de la presse anti-Chávez au Venezuela et trop peu critique à l'égard des États-Unis28, tandis que Jean-Luc Mélenchon fait grief à Ménard de s'attaquer systématiquement aux cibles des néoconservateurs américains31. De son côté, Jacques-Marie Bourget accuse RSF d'avoir « cessé de compter les journalistes blessés ou tués par des GI ou des soldats de Tsahal », et d'avoir signalé trop tardivement le cas de Sami al-Haj, journaliste soudanais emprisonné à Guantánamo32. Quant à l'écrivain et journaliste Maxime Vivas, il affirme que plusieurs officines-écrans de la CIA ont subventionné RSF33, ce que Ménard conteste formellement34.

Rony Brauman, autre cofondateur de RSF qui quitte l'organisation en 1995, dénonce, pour sa part, l'autoritarisme de Ménard à la tête de l'ONG29 : « J'ai vu l'autre Ménard, le petit tyran domestique, sortir de sa chrysalide. Il a un ego exagérément enflé, qui le pousse à être excessif. »35 Alla Lazaréva, ancienne correspondante de RSF, tient des propos similaires : « Monsieur Ménard aspire trop à substituer sa propre personne à la cause entière de la liberté de la presse. »32

 
Dans le rapport 2018 de Reporters sans Frontières, le premier danger pour les médias est leur concentration entre les mains de quelques grands groupes industriels. ( et justement c'est là la critique de mélenchon envers la presse )

Le Monde, Europe 1, Les Inrocks, etc. ont préféré parler de la mise en cause de... Mélenchon.
Qui sont leurs actionnaires, déjà? #Tartuffes . ( voir ici )

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Vous parlez comme madoff macron. 

Tout le monde ne peut pas avoir votre style, cher Charles-Hubert...

et il en emploie les méthodes en plus !

Vue la croissance et la réussite de l'entreprise on peut supposer sans problème qu'ils sont plutôt bon dans la gestion d'actifs.

Est-ce qu'ils sont meilleurs grâce à leurs analyses en tant qu'analyste ? Ça me parait plus que probable ... et pas certain que ce soit leurs clients qui en profitent non plus.

 

On ne devient pas le premier fonds de gestion d’actifs de la planète en étant mauvais. C’est une activité très concurrentielle. Autrement dit, ils ont été excellents jusqu’ici, ce qui ne dit rien sur leurs performances futures. Leurs clients bénéficient directement des performances et ils prennent leur commission comme tout le monde mais l’article est muet sur ce point.

Il n'y aurait pas de difference? 

Quel gag! On fait croire que le banquier peut garantir des pensions de retraite à ses ouailles (sans préciser bien sûr lesquelles) alors que nos banquiers, gestionnaires de fonds de pension sont tous rigoureusement incapables de le faire ( bien qu'ils se présentent comme "efficients").

Dire qu'on a laissé certains économistes faisant leur petits jeux mathématiques intertemporels conseiller des hommes politiques...

 

 

laughing

paul-jorion-livre-2

Ça s'appelle la solidarité intergénérationnelle.

C'est un peu comme lorsque des parents élèvent leurs enfants et qu'ensuite les enfants assistent leurs parents à leur tour.

Rien à voir avec la pyramide de Ponzi.

Ça me fait également pense à qui de l'oeuf ou la poule était le premier.

Quand le système de retraite a été établi, les premiers retraités n'avaient jamais cotisé , car cette caisse n'existait pas auparavant. Ce sont donc ceux qui sont arrivés après qui ont payé les retraites des anciens. C'est ce système qui fonctionne, heureusement, toujours.

Bonne chance à celui qui souhaite analyser la politique de gestion d’un fond, les calculs des frais, commissions et le rendement donné à l’investisseur !

Oui, c’est pourquoi c’est un métier...

Aucun système de retraite ne garantit le montant des pensions, sauf ceux à rente définies mais dans ce cas la durée n’est pas garantie. Vous savez quel est le montant de votre future retraite ?

C’est exact. Notez cependant qu’il en va toujours ainsi, même dans les systèmes de retraite par capitalisation : seuls les actifs peuvent payer pour les inactifs. C’est pourquoi je disais que l’opposition entre les deux est largement factice. Je n’ai pas écrit que les systèmes par répartition sont des pyramides de Ponzi, j’ai écrit qu’ils avaient parfois été accusés de l’être..

Taïaut ô taïaut ! lui répondit l'écho... Le chien Meta vient de trouver son veneur en l'ami sycophante ! laughing

Avec la bourrique, nous avons là, un sérieux équipage...

Entièrement d'accord , et l'Etat Français  qui s'endette sur les Marchés (donc aussi auprès de BlackRock) entre-autre pour financer des retraites par répartition , ne fait qu'enrichir le système de par capitalisation (et BlackRock).

Les contribuables français payent à la fois pour financer les retraites des Français et aussi celle des Californiens. (Sauf les fonctionnaires qui peuvent toucher leur Préfond Retraite, la seule retraite par capitalisation autorisée en France, pas fous les travailleurs de Bercy  smile)

Vous avez une lecture capitaliste de la pension des retraités.

Il n'existe pas de congélateur à valeur économique. La pension des retraités est actuellement produite par ces retraités. Le discours visant à expliquer que ce sont les actifs qui payent pour les inactifs est un discours typiquement capitaliste: ne seraient réputés créateurs de valeur économique que les forces de travail qui valorisent du capital dans l'emploi ou sur le marché des biens et services. Tous les autres ne seraient que dépense.

Sauf que la lutte de classe, c'est justement la définition de ce qui est travail, de ce qui vaut. Et la classe ouvrière c'est construite en récusant la définition capitaliste de la valeur qui considère les retraités comme une dépense, ou les parents comme des êtres de besoins nécessitant une aide de la collectivité pour prendre en charge correctement la charge d'un enfant. Les allocations familiales reconnaissent qu'être parent est un travail et que cela mérite salaire: 225 heures mensuelles d'un métalo. Il en est de même pour les pensions: c'est un salaire continué reconnaissant le caractère producteur des retraités.

L'ENTRETIEN LIBRE #8 - BERNARD FRIOT © Le Média

Merci de l'éclaircissement.

Je me suis rendu compte, en !e relisant, que j'avais mal interprété votre commentaire.

Cependant, à part ce détail, le fond ne change pas.

Cordialement.

Désolé mais je ne vais pas passer très longtemps à discuter d'économie ou de systèmes de retraites avec quelqu'un qui est aveuglé par son idéologie au point d'écrire une énormité telle que "La pension des retraités est actuellement produite par ces retraités"...

Pas de problème. Utiliser le terme d' "idéologie" pour éviter la contradiction en dit plus sur vous que sur moi à mon avis. Définir qui travaille, c'est effectivement le noeud de la lutte des classes. Marrant d'ailleurs que vous parliez des retraités et pas des parents. Plus compliqué à gérer comme exemple hein ?

Je maintiens que les retraités produisent de la valeur économique. S'ils pouvaient d'ailleurs s'arrêter pendant une semaine ou deux de le faire, vous verriez alors toutes ces associations, ces partis politiques ou syndicat, tous ces parents qui devraient garder leurs gosses, ces clubs de sport, ces collectivités territoriales, ... qui ne fonctionnent plus. Mais, en bon capitaliste, vous allez me dire que ce sont des activités bénévoles, que ce n'est pas du travail. Je pense le contraire, que cela mérite salaire, ce que reconnait leurs pensions.

On ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif. Les autres lecteurs seront, eux, peut être un peu plus ouvert d'esprit. Je l'espère pour pouvoir poursuivre les luttes victorieuses de nos anciens.

Au passage, cela demande plus de travail politique et de réflexion économique de dire que les retraités travaillent que de dire qu'ils ne travaillent pas. Pourtant, c'est aussi simple à écrire. Alors qui est l'idéologue, coincé dans l'hégemon culturel des dominants ?

@ Jeremiechayet

Je vous remercie de votre réponse et de votre analyse. Il est très important de bien expliquer avec des mots clairs comme vous l'avez fait.

Pourrions-nous dire dans l'exemple donné, que le travail reste en l'état mais qu'il a simplement changé de nature ?  Qu'en vérité, les retraités travaillent toujours et encore mais que ce n'est plus du travail directement " capitalistique " et que c'est du travail " socialisé " absolument nécessaire au bon fonctionnement de la société ? Qu'il existerait bel et bien tout un pan conséquent d'un travail invisible ou invisibilisé à dessein ?...

 

Pas d'accord, excusez-moi, mais dans une retraite par capitalisation ce sont les cotisations versées par le client qui dont prises en compte. Donc solidarité zéro.

Et sur quoi ce fric va être investi par l'assureur :obligations d'état, actions à risque, immobilier, etc. Et en cas de crash, qui va être le cocu..... Je vous le donne Émile, comme disait coluche.

 

La garantie des retraites par répartition se faisait très bien, il y a encore peu. Elle se brouille effectivement toujours plus avec les politiques néolibérales qui ont quand même commencé il y a 40 ans.

Il ne vous aura pas échappé que la CNAV a d'ailleurs toujours pour principe de service public d'être obligée d'informer sur les conditions d'une retraite à taux plein. Donc même si elle brouille l'assurance d'une retraite à taux plein, elle est obligée de continuer à définir les conditions de cet objectif, ce que n'ont pas à faire (et ne peuvent pas faire en fait)...les fonds de pension.

La grande différence entre une retraite par répartition et une retraite par capitalisation, c'est que son montant est déterminé par des choix politiques dont la puissance ( ou le fondement) est la mutualisation du salaire. C'est très fort, et très astucieux. Certes, la société a changé et notamment l'emploi. Mais on peut très bien conserver le principe de mutualisation de revenus pensés autrement et ainsi offrir des garanties pour des individus à la retraite. Friot préfère d'ailleurs abandonner cette manière de parler et il n'a pas tort.Car le mot "retraité" renvoie à l'idée d'inactivité.

Tandis que les retraites par capitalisation sont déterminées par l'état du marché financier (au moment où les fonds de pension ont à liquider les actifs financiers pour les retraités).

Les modèles mathématiques intertemporels (que des générations d'étudiants ont dû se taper en économie alors que cela devrait relever de l'histoire de la pensée) considèrent en fait que l'Etat...est institutionnellement comme un fonds de pension et que les fonds de pension et l'Etat peuvent en plus prévoir les marchés à terme. Ce qui est risible.

Il n'est pas innocent que Macron cherche l'individualisation du calcul de la pension de retraite (même calculée par des administrations publiques) parfaitement contraire au principe de mutualisation pourtant très efficace.

Il est évident que:

a) flexibiliser le marché du travail

b) augmenter la part des richesses créées vers les dividendes

c) Créer des effets d'aubaine par la réduction des cotisations salariales pour les employeurs.

d) accepter une répartition primaire des salaires toujours plus inégalitaire

e) augmenter la durée de cotisation pour toucher une retraite à taux plein

f) inciter, notamment fiscalement, l'orientation privée de l'épargne vers des fonds de pension

etc, etc.

ont créé les conditions politiques d'un affaiblissement de la garantie des retraites par répartition. C'est d'ailleurs ce qu'on fait depuis 40 ans partout en Europe avec l'encouragement et la  bénédiction de la Commission. 

Macron est probablement le plus fanatique des chef d'État européen aujourd'hui.Mais en tous cas, on n'a pas affaibli la supériorité du principe de retraite par répartition,ce que des gens comme Friot proposent de réactualiser et soumet à discussion.

 

Effectivement le capitalisme vise à invisibiliser le travail. Il le nie même.

Le travail est une convention sociale qui est le fruit de la lutte de classe.

Il ne tient qu'à nous, en tant que classe organisée, que de faire advenir comme travail ce qui n'est actuellement pas reconnu comme tel. Et pour se faire, nous n'avons qu'un seul moyen: attribuer du salaire aux producteurs. Voici ce qui peut fédérer les étudiants, qui produisent de la valeur et qui donc méritent un salaire, les zadistes, qui produisent de la valeur et méritent donc un salaire, les chômeurs, qui produisent de la valeur et méritent un salaire, etc...

C'est un peu comme si le patron de Leclerc était embauché par Carrefour, ils font le même métier !

 

C'est un peu comme si le patron de Leclerc était embauché par Carrefour, ils font le même métier !

crycrycry... Là, après cette pensée, si profonde... J'abdique !

Vous pourriez faire un effort quand même wink

est-ce à eux qu'on doit les "Social Impacts Bond" destinées à noyauter toute l'économie sociale et solidaire et le monde associatif? https://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/les-social-impact-bonds-sont-ils-compatibles-avec-la-culture-francaise-561075.html

vieille-femme-us-mendiant

GlobalSociety / Mobilisation Générale :

http://aglobalsociety.org/

 

Merci pour le lien !

"Chacun(e) depuis sa place, agissons au lieu de se morfondre dans son coin, dans son petit confort douillet qui devient de plus en plus précaire, engageons-nous avec nos différences, la vie est plus belle et plus humaine quand on se tourne vers nos pareils derniers de cordée, sans dents ou quantité négligeable, anonymes, inconnus, prolétaires sans visage et sans nom, avec ou sans pseudonyme"

"Chacun(e) depuis sa place, agissons au lieu de se morfondre dans son coin". Oui, nous pouvons TOUS AGIR en sabotant les dividendes des multinationales, bénéficiaires de la SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION.  Par notre GRÈVE DES ACHATS nous pouvons enrayer notre descente aux enfers dans l'ultralibéralisme que le PRÉSIDENT des ULTRA-RICHES nous concocte avec sa BLITZKRIEG de "RÉFORMES ANTI-SOCIALES".

Signons tous la PÉTITION-PRÉAVIS de GRÈVE des ACHATS :

vers la pétition-préavis sur Change.org

vers mon billet d'explications

Je vais faire le minimum de courses mensuelles indispensables (avec ma mini-retraite) dans le petit supermarché Casino honni (Jean-Charles Naouri dont je parle plus haut) parce qu'il est à 500m de chez moi et que la batterie usée (horriblement chère à remplacer) de mon fauteuil roulant d'handicapée ne me permet pas d'aller très loin. En plus, ce supermarché est implanté dans un centre commercial (lui aussi géré par le groupe Casino et Eiffage) situé au centre ville, contre lequel j'ai lutté (en vain) aux dernières municipales ! Si je devais aller plus loin, j'ai le choix d'aller chez Simply (groupe Auchan / Mulliez...) ou Lidl (milliardaire allemand)... Les deux Biocoop de ma ville sont situées dans des zones excentrées, près des hypers (Leclec ou Géant Casino), comme dans nombres de petites villes de province. Donc trop éloignées et de toute façon hors de mon budget minable. Je vais aussi au marché forain, où les prix sont aussi prohibitifs et qui augmentent considérablement (parfois du simple au double) dès que les touristes arrivent (ville qui vit presque essentiellement du tourisme dit vert...)

Donc, à moins de me lancer dans une grève de la faim (dont tout le monde se foutrait), de me passer de PQ et de shampooing, j'avoue que j'ai mal à voir comment faire !

Pratiquement...

Mais c'est avec vous (gentille par ailleurs) une discussion sans fin...

Personne ne se lance à répondre à votre idée (généreuse, sympathique, par ailleurs), ça ne vous pose pas question ?

Il faut passer DE TOUTE URGENCE A L’ÉTAPE DU DESSUS !!!

GRÉVE GÉNÉRALE ET ILLIMITÉE !!!

Pour l'avenir n'a pas compris que les pauvres font déjà la grève de la consommation. Il préfère tenter de convaincre sur la fin de la chaine que sur son début: la production. C'est un peu comme la quasi totalité de la gauche qui préfère se bagarrer pour une meilleure redistribution que de s'attaquer au véritable problème: la distribution de la valeur que nous créons. Ainsi, nous sommes en échec depuis 50 ans. A ne pas mener les batailles, nous les perdons.

Des exemples: le crédit est une saloperie, fut-il public. Il ne faut pas être solidaire des pauvres, il faut attribuer du salaire à ces producteurs déniés comme tel. Le plein emploi est une horreur: nous n'avons pas besoin d'employeurs pour produire. La retraite n'est pas le résultat d'un "j'ai cotisé j'ai droit" ou d'une solidarité intergénérationnelle: c'est un salaire continué qui reconnait la production en dehors de l'emploi. Ce n'est pas d'une révolution fiscale ou d'une meilleure taxation du capital dont nous avons besoin, mais d'augmenter massivement les cotisations sociales. Ce n'est pas de sortir de l'euro l'impératif, mais de devenir maitre, en tant que citoyen, de la création monétaire. Ce n'est pas de supprimer la propriété privé la finalité du socialisme mais de l'augmenter à nos outils de production en copropriétaires d'usage. La dette publique est illégitime, certes, mais la dette privée, tout autant.

Etc...

Nous sommes bien souvent d'accord ! wink

Oui, la grève de la consommation : les "supprimés" d'APL, les "augmentés" de CSG (les retraités quoi !)... ils la font déjà et celle-ci est contrainte !

Je suis totalement opposée à cette imposture totale, idéologie de bobos, qu'est la "grève de la conso"...

"Pour l'avenir n'a pas compris que les pauvres font déjà la grève de la consommation"

Assurément, avec mes 500€/mois, je ne fais pas la grève de la consommation !

Mais justement, je veux donner un poids économique négatif sur la société de consommation à cette grève involontaire. Je ne comprend pas pourquoi vous refusez de signer cette pétition. Nous devons additionner TOUS les moyens de de RÉSISTANCE aux casses de macron si nous voulons gagner. Pourquoi se limiter à appeler à une grève générale que la précarité généralisée ne permet plus ? Certains retraités n'ont pas encore compris le monde de concurrence sauvage où le président de ULTRA-RICHES à précipité le monde du travail.

 

" Ce n'est pas de sortir de l'euro l'impératif, mais de devenir maitre, en tant que citoyen, de la création monétaire.Ce n'est pas de supprimer la propriété privé la finalité du socialisme mais de l'augmenter à nos outils de production en copropriétaires d'usage."

Excellent !

Je veux bien la signer. Je ne pense pas que nous sortirons du capitalisme en signant des pétitions ou en arrêtant de consommer. Amicalement.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

La seule manière d'arrêter l'envahissement des fonds de pensions américains, c'est de sortir de l'influence du dollar et, par voie de conséquences, de l'euro. Ce serait bien sûr aussi de n pas voter pour des godelurots de banquiers ?

Vous pouvez toujours essayer d’acheter du pétrole en sac de haricots ou tout autre monnaie locale et indépendante du dollar mais peur que ça ne marchera pas comme ça.

livre-poor

Merci pour la "rencontre".

wink

s/ la nature du contrat social qui unit le citoyen et l’État.

Cela m'a frappée de retrouver ce terme glaçant et détourné de " NOUVEAU CONTRAT SOCIAL " qu’invoquent certaines entreprises (en tout cas des Assurances) pour fonder leurs Ré-Organisations et RE-négociations.

L'Europe n'intervient pas en matière de santé et de sécurité au travail. Ce n'est pas son objectif, chaque pays restant libre de ses politiques (ce qui est sans doute bien ainsi). Mais le droit européen fixe néanmoins les conditions minimales que chaque Etat membre de l'UE doit remplir.

On peut notamment citer :

  • L'obligation d'établir un contrat de travail écrit ;
  • La limitation de la durée de travail hebdomadaire ;
  • La protection sociale de la maternité ;
  • L'interdiction du travail des enfants de moins de 15 ans et réglementation du travail des 15-18 ans (durée de travail, travail de nuit, repos obligatoires, etc.) ;
  • L'interdiction d'exposition aux radiations et la protection contre les agents chimiques, etc.

Par ailleurs, la Charte communautaire des droits sociaux fondamentaux des travailleurs, adoptée en 1989, engage les Etats membres à garantir une protection sociale, un revenu minimum et une retraite.

Au vu de ce qui se fait ailleurs, ce n'est déjà pas si mal...

Par ailleurs, même si le combat est (sera) rude, la volonté française d'harmonisation fiscale (débutée avec Hollande et prolongée par Macron) devrait aussi apporter davantage de protection social.

Dommage que les commentaires se contentent de noter systématiquement ce qui ne va pas en Europe (même si cela est évidemment nécessaire) sans jamais relever ce qui va dans le bon sens.

Merci pour vos précisions qui vont bien dans mon sens. Les conditions minimales imposées aux États membres sont très en deçà de ce que un siècle et demi de luttes sociales avaient pu arracher.

L'Europe n'intervient pas en matière de santé et de sécurité au travail. Ce n'est pas son objectif, chaque pays restant libre de ses politiques

Ce n'est pas ce qu'indiquent les GOPÉ, Grandes Orientations Politique Économique, feuille de route économique fixée par l'UE pour chaque État membre

Je reprends sommairement leséléments fournis par l'article cité en référence qui décrit les objectifs fixés à la France par la Commission Européenne pour l'année 2014-2015 :

1- « Réduction des dépenses publiques »

Traduction : c’est ce que le gouvernement a annoncé avec son plan de 50 milliards d’économie. C’est la fameuse contrepartie du « pacte de responsabilité » pour ne pas faire exploser le déficit. À ce pacte de responsabilité peu efficace sur la compétitivité, il est désormais demandé d’ajouter une nouvelle réduction drastique des dépenses publiques.

Ce qu’il faut savoir – et que tous les économistes savent – c’est que pratiquer des coupes sombres dans les dépenses publiques lorsqu’un pays est déjà en période de stagnation économique est une politique qui ne peut mener qu’à la récession. Et c’est en outre contre-productif puisque la récession entraîne une baisse des recettes fiscales souvent supérieure aux économies réalisées par la réduction des dépenses. En d’autres termes, cela revient paradoxalement à creuser le déficit que l’on prétendait combler…

Il faut enfin savoir que l’histoire économique enseigne qu’il n’y a pas de baisse des dépenses publiques réussies sans dévaluation monétaire. Songeons aux  exemples récents de l’Allemagne (dévaluation de facto avec l’adoption de l’euro, qui est sous-évalué pour la compétitivité allemande) et de la Suède. Autant dire que la baisse des dépenses publiques est impossible pour la France, du fait que l’euro est très surévalué par rapport à la compétitivité de l’économie française.

2- Redéfinir « la portée de l’action des pouvoirs publics »

Traduction : cela revient à accentuer les privatisations et la destruction de notre système de santé et de nos services publics auxquels les Français sont majoritairement attachés, quelle que soit leur couleur politique

3- Le texte va plus loin concernant le système de santé puisqu’il explique que « d’importantes économies à court terme ne peuvent être réalisées sans une réduction significative de l’augmentation des dépenses de sécurité sociale »

Traduction : il faut s’attendre à une baisse massive des remboursements de santé, puisque la branche maladie représente quasiment 50 % des dépenses de la Sécurité sociale, ainsi qu’à une privatisation rampante de la Sécurité sociale, via le recours croissant aux mutuelles privées, présentées comme solution à tous les problèmes.

Pour la branche vieillesse, il s’agit bien évidemment des retraites qui sont en ligne de mire. Après la hausse de l’âge de départ à la retraite, vient maintenant le gel du montant des pensions.

Pour les retraités, la perte de pouvoir d’achat c’est maintenant ! Le texte de la Commission européenne parle d’ailleurs explicitement de gel des retraites et d’autres pensions sociales, ce qui confirme une fois encore que le gouvernement ne fait qu’appliquer la politique de l’oligarchie euro-atlantiste.

Pour le chômage, le texte parle de « dégressivité des allocations » : cela augure d’une baisse plus importante et plus rapide des allocations dans le temps.

4- « Simplifier les différents échelons administratifs »

Traduction : voilà l’une des motivations avancées par les pouvoirs publics pour adopter une nouvelle loi de décentralisation.

Il faut pourtant noter qu’aucune des lois précédentes de décentralisation n’a apporté d’économies substantielles. Bien au contraire, les coûts des collectivités locales ont généralement eu tendance à exploser.

5- Dans le chapitre coût du travail, « il convient que le salaire minimum continue d’évoluer d’une manière propice à la compétitivité et à la création d’emploi »

Traduction : il faut : a) arrêter les revalorisations du SMIC ; b) commencer à mettre en œuvre sa suppression.

Ne doutons pas que des campagnes de presse se préparent pour expliquer au bon peuple que le SMIC serait « un frein à la croissance » et que sa suppression permettrait de « libérer les énergies »…

6- « Une attention particulière devrait être accordée aux dispositions réglementaires du Code du travail ou aux règles comptables liées aux seuils spécifiques en matière d’effectifs, qui entravent la croissance des entreprises françaises »

Traduction : tiens donc ! C’est exactement ce que « propose » François Rebsamen, le prétendu « ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social » du gouvernement [loi travail]

7- « Accroître la souplesse des conditions de travail en cas de difficultés économiques provisoires »

Traduction : il faut poursuivre la remise en cause de l’existence même des contrats de travail à durée indéterminée (CDI) et accroître la précarisation des contrats de travail.

8- « Une majorité reste confrontée à d’importantes barrières à l’entrée ou à l’exercice (par exemple les taxis, le secteur des soins de santé, les notaires et, plus généralement, les professions juridiques) »

Traduction : il faut déréguler tous ces secteurs, déjà mis à mal par les traités européens.

Il faut noter que cette idée est un serpent de mer, qui a déjà été souligné par maints rapports antérieurs, notamment le fameux « rapport Attali » de la « Commission pour la libération de la croissance française ». Chargée par le président de la République de l’époque, Nicolas Sarkozy, de fournir des recommandations afin de « relancer la croissance économique » de la France, la Commission Attali avait rendu son rapport final le 23 janvier 2008 dans lequel on trouvait déjà ces prétendues solutions pratiquement mot pour mot.

9- « Les tarifs réglementés restent d’application pour les ménages et, en ce qui concerne l’électricité, ils sont fixés en dessous des niveaux de coûts et l’accès pour les autres fournisseurs est limité »

Traduction : la hausse des tarifs et la privatisation d’EDF sont au programme.

La Commission européenne a d’ailleurs le culot de prendre l’Espagne comme modèle de pays qui a appliqué ces recettes. Avec le succès que l’on voit !

10- « Dans le secteur ferroviaire, des barrières à l’entrée continuent d’entraver le bon fonctionnement du marché »

Traduction : comme précédemment, c’est la privatisation de la SNCF et sa mise en concurrence forcée qui sont au programme du gouvernement.

Conclusion

On l’aura compris, aucune de ces mesures visant prétendument à la réduction du déficit budgétaire et à la relance économique n’aura l’effet escompté.

Non seulement parce que vouloir baisser les dépenses publiques est une absurdité en période de stagnation économique, mais parce que ces mesures ne peuvent régler en rien le problème n°1 de compétitivité de la France : l’euro.

Les inspirateurs de ces mesures n’étant pas stupides, ils ne se font d’ailleurs sans doute aucune illusion sur leur inefficacité pour réduire le déficit budgétaire et relancer la croissance. Leurs objectifs ne sont pas là. Ce qui est en réalité visé, c’est à la fois de démanteler les États nations et de détruire tous les acquis sociaux obtenus par les peuples européens depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Pour la France, ce programme voulu par l’oligarchie passe par la suppression des départements et des communes, une décentralisation de plus en plus poussée, la mise en pièces de notre système social et la disparition de nos services publics.

En bref, la disparition par étapes de la République française et la destruction complète du programme du Conseil national de la Résistance.

Tout cela résulte de la logique même de l’euro et de l’Union européenne. Il s’agit bel et bien d’une guerre livrée au peuple français et qui leur impose ce double anéantissement, qu’ils votent « à gauche » ou « à droite ».

Notez que les GOPÉ indiquées ci-dessus datent de 2013 et devaient être (et l'ont été en grande partie) mises en œuvre pour 2014-2015. De farouches européistes vous diront que ces recommandations ne sont pas contraignantes. C'est vrai et c'est faux. Ce ne sont pas des injonctions auxquelles les États seraient contraints de se plier sur le champs, mais ils devront s'y plier tôt ou tard et les pressions se feront de plus en plus fortes.

Le capitalisme triomphant, autrement nommé mondialisation ou ultra-libéralisme se revendique du Darwinisme Social. Ci-dessous, extraits de la fiche Wikipedia

Le darwinisme social, ou spencérisme1, est une doctrine politique évolutionniste apparue au xixe siècle qui postule que la lutte pour la vie entre les hommes est l'état naturel des relations sociales. Selon cette idéologie, ces conflits sont aussi la source fondamentale du progrès et de l'amélioration de l'être humain. Son action politique préconise de supprimer les institutions et comportements qui font obstacle à l'expression de la lutte pour l’existence et à la sélection naturelle qui aboutissent à l’élimination des moins aptes et à la survie des plus aptes.

Envisagé à l’échelle de la compétition entre les individus, il préconise la levée des mesures de protection sociale, l’abolition des lois sur les pauvres ou l’abandon des conduites charitables. Le sociologue Herbert Spencer, un des idéologues, pense ainsi que « toute protection artificielle des faibles est un handicap pour le groupe social auquel ils appartiennent, dans la mesure où cette protection a pour effet [...] de le mettre en position d'infériorité face aux groupes sociaux rivaux2. » Son versant racialiste fait, à l’échelle de la compétition entre les groupes humains, de la « lutte entre les races » le moteur de l’évolution humaine. Il s’est conjugué à la fin du xixe siècle avec les théories eugénistes.

Selon l'historien de la pensée sociale britannique Mike Hawkins, le journaliste anarchiste Émile Gautier est le premier à avoir employé l'expression « darwinisme social » pour en faire la critique, dans une brochure du même nom publié en 1880 à Paris3.

De son vivant, Charles Darwin s'est opposé avec vigueur à l'application « brutale » de la sélection naturelle au sein des sociétés humaines, publiant en 1871 La Filiation de l'homme et la sélection liée au sexe contre le spencérisme. Il y avance que la sociabilité et l'empathie ont été sélectionnées au cours de l'évolution humaine.

Herbert Spencer « voit dans les luttes civiles, les inégalités sociales et les guerres de conquête rien moins que l'application à l'espèce humaine de la sélection naturelle »4. Spencer fournit ainsi une explication biologique aux disparités observées entre les sociétés sur la trajectoire prétendument unique de l'histoire humaine : les peuples les moins « adaptés » à la lutte pour la survie seraient restés « figés » au stade primitif conceptualisé par les tenants de l'évolutionnisme anthropologique.

Sur le plan politique, le darwinisme social a servi à justifier scientifiquement plusieurs concepts politiques liés à la domination par une élite, d'une masse jugée moins apte. Parmi ceux-ci, on trouve le colonialisme, l'eugénisme, le fascisme et surtout le nazisme. En effet, cette idéologie légitime l'élimination des races humaines et des êtres les plus faibles, pour que ceux-ci laissent la place aux races et aux êtres les mieux armés pour survivre.

Selon Christian Laval, le spencérisme est cependant une conception libérale, qui aurait engendré le néolibéralisme au cours du xxe siècle5. D'autre part, le spencérisme est souvent amalgamé avec l'eugénisme ou avec le galtonisme. Or le galtonisme, nommé d'après Francis Galton, est une conception conservatrice ou néoconservatrice. Cependant, spencérisme et galtonisme sont des pensées évolutionnistes.

Débarrassée du spectre du Communisme incarné par l'ex-URSS (que ni le fascisme ni le nazisme dérivant des mêmes doctrines mortifères) n'ont pu mettre à bas et dont le seul l'État-providence a pu contenir la propagation au reste de l'Europe, l'élite oligarchique en revient aux fondamentaux. Ce qui forcément, tôt ou tard, va réactiver les défenses immunitaires de l'humanité. Mais pour l'avenir proche, c'est bien la misère et les violences sociales qui sont à l'ordre du jour. L'ennemi avance masqué ni de droite ni de gauche mais total enfumage.

CQFD 

Le grand complot des hommes politiques français et européens contre les "gens"...! Ridicule.

Vous êtes d'un dogmatisme absolu. C'est triste.

On pourrait reprendre chacun de vos 10 points en en faisant une interprétation positive, ce que je ne ferai pas car j'en sais d'avance la lecture que vous en ferez.

Il ne suffit pas (certainement pas) de faire un copier-coller d'Asselineau pour avancer un argumentaire...

Vous avez surement raison. D'ailleurs les chiffres tendent à le démontrer.

La pauvreté recule dans notre pays comme dans le reste de l'Union. Les inégalités aussi bien sûr (écart entre les plus hauts et les plus bas revenus). Autre point positif, le nombre de SDF et de chômeurs diminue régulièrement. 

Naturellement vous avez noté l'ironie du propos.

Les plus riches de nos concitoyens (tant mieux pour eux) ont vu leur richesse mobilière et immobilière augmenter de 20% l'année dernière. Ces même concitoyens sont également les champions de l'optimisation et de la fraude fiscale. Il était donc tout à fait indispensable de leur faire cadeau de 4,5 milliards d'euros, qui vont naturellement s'envoler vers des cieux plus cléments, et parallèlement prélever 5€ sur les APL et augmenter les prélèvements sur les retraités et les handicapés de 1,7%. Et je ne vais pas parler des taxes sur l'essence, du prix des médicaments que notre SS paie 10 fois plus cher aux Laboratoires pharmaceutiques que les néerlandais, 4 fois plus cher que les espagnols et 2 fois plus cher que les italiens (pour le même médicament produit par le même labo)...

C'est amusant parce que pas plus tard que ce midi j'entendais un représentant LREM nous expliquer que l'augmentation de la CSG c'était pour sauver notre système de retraite par répartition alors même que l'article lu hier indique assez clairement que c'est le système par capitalisation vers lequel nous nous acheminons. Tiens, et j'ai reçu "en même temps" une Newsletters financière m'expliquant les nouvelles mesures tendant à rendre  l'Epargne Retraite plus attractive. Merveilleuse concordance des temps.

Bref, je vous ai entendu Mr Audran, vous qui êtes un pragmatique libéré de tout dogmatisme (du dogme libéral aussi ?).

Nous vivons donc dans le meilleur des mondes. Mais rappelez-moi donc pourquoi cette député (je crois) disait : "Selon moi, BlackRock reflète le renoncement de l’État-providence. Sa montée en puissance va de pair avec des changements structurels en cours : des changements dans la finance mais aussi dans la nature du contrat social qui unit le citoyen et l’État." ? Laissez-tomber, ce doit encore être une affreuse gauchiste dogmatique. 

S'il n'y a pas eu encore de "convergence sociale" (c'est une revendication de Mélenchon, qui détruirait notre système de sécurité sociale) c'est parce que les écarts de revenus sont bien trop importants et aussi parce que l'UE, c'est-à-dire le patronat allemand, a besoin de la "Chine intérieure" que représentent les pays à très bas salaires : Europe du Sud mais surtout les pays de l'Est, l'hinterland d'ailleurs partiellement germanophone. C'est une différence importante entre l'Europe communautaire (CEE) et l'UE : dans le cas de l'Espagne, il y a eu un rattrapage du niveau de vie. Dans l'UE pensée comme labo de la guerre économique interne liée au libre échange, il n'y a pas de rattrapage des pays de l'Est.

S'il n'y a pas eu encore de "convergence sociale"

Tout l'objet de mon propos, inspiré par les déclarations de la député qui parle de rupture du contrat social, c'est bien au contraire de dénoncer la convergence des politiques sociales des différents membres de l'UE. Toutes convergent à grand pas vers l'anéantissement.

Aux droits citoyens à la santé, à la retraite, au chômage, à la justice etc. se substitue le droit privé des contrats entre un client et un prestataire de service. 

Aux États-Unis, où il n'y a pas de S.S., l'immense majorité doit souscrire à des assurances privées qui sont sensées couvrir les risques liés à leur santé. Or ces assurances privés ont un but lucratif et refusent d'assurer contre tout un tas de risques si vous y êtes plus particulièrement exposé. Et quand bien même seriez-vous déjà assuré, les exemples sont légions de brusques ruptures du contrat lorsque survient une maladie dont le traitement est jugé trop onéreux ou que l'état du client ne laisse plus espérer de profits. Résultat, le type est malade, ne peut plus se soigner et doit en plus trouver les ressources pour poursuivre l'assureur en justice.

Les fonds de pension, Blackrock, Fink, c'est fabuleux. Googlez-donc "fond de pension faillite" et amusez-vous avec les centaines de pages. Des pensions réduites de 60% où qui disparaissent complètement, c'est déjà arrivé à des dizaines de milliers d'américains qui ont côtisé toute leur vie et se retrouvent dans l'incapacité de payer leur loyer. Imaginez Jérôme Kerviel, le brillant trader de la Société Générale dans l'un des fonds de Blackrock.

Plus drôle encore. Le fonds de pension des députés européens au bord de la faillite !

En revanche, ne nous inquiétons pas trop pour eux puisque les contribuables européens vont devoir mettre la main à la poche à hauteur de 389M€ pour couvrir le décit. Comme quoi, on ne prête qu'aux riche.

Encore une fois rappelons de le Darwinisme Social préconise la levée des mesures de protection sociale, l’abolition des lois sur les pauvres ou l’abandon des conduites charitables.

Avant l'UE, la solidarité était garanti par l'État lui-même financé par l'impôt. En cas de déficit, l'État avait les moyen de résorber ces déficits par le rachat et/ou l'inflation.

Aujourd'hui, l'État n'a aucun moyen de résorber ses déficits, l'impôt ne finance plus les solidarités mais uniquement les financiers créanciers. Et les citoyens doivent en plus acheter individuellement auprès de ces mêmes financiers les services qui étaient rendus par la solidarité d'autrefois. Alors pour qui roule l'Europe ? ses citoyens ou les financiers comme Blackrock et Fink ?

D'accord et ce n'est pas Macron qui vous contredira: dans son émission sur mesure de France 3, il prétend que "Versailles a sauvé la République" Il faut comprendre qu'il s'agit de Thiers, le "Républicain" qui a écrasé la "populace" de la Commune de Paris, première expérience mondiale du Socialisme, et qui s'est entendu avec les occupants Prussiens qui venaient de vaincre le putschiste Napoléon III (" Le Petit" comme l'a nommé Victor Hugo.)

Louis Napoléon comme Thiers avaient la même crainte et le même mépris du peuple que la Bourgeoisie macroniste aujourd'hui au pouvoir.

Oui, le terreau idéologique et le schéma sociologique est le même qu'au XIX ième siècle, ce n'est pas pour rien qu'"ils" s'acharnent à détruire nos conquêtes sociales de la Libération. Ce sont de nouvelles chaînes qu'ils nous forgent et c'est pour cela que nous devons lever la tête, avec tout ce que notre pays compte de femmes et d'hommes en lutte aujourd'hui...

 

 

Blurpp.

Pardon, mais je sors de table et n'ai pu retenir ...

Idem. Merci cependant  à M.Pouille pour avoir lever le lièvre avant les prochains saccages de la mafia macroniste.

 

  .. ne vous a macron t on pas dit que le Monde appartenait dorénavant aux "Très Riches" et qu'il fallait tout faire pour leur faciliter la vie et permettre leur croissance ?

Pour le bien des riches ????

Je crois qu'on fait du miséro-centrisme en pensant ainsi.

Quand on est riche à milliards, un milliard de plus ne change rien à votre vie personnelle sauf en ce qui concerne la pulsion hiérarchique, c'est à dire la rivalité qui est l'obsession majeure de tous ceux qui consacrent leur vie à l'argent.

Le goût de la rivalité existe chez tout le monde. Mais chez certains "déréglés" il prend une place envahissante, au point de conduire l'ensemble de la vie.

Le goût de l'ultra-richesse c'est d'avoir plus d'argent, comme un boulimique qui veut toujours manger plus, sans même se soucier de la qualité.

C'est aussi, d'avoir plus que le voisin, du moins de rester dans la course si le voisin accroit sa richesse.

Pour un miséreux, avoir plus d'argent, c'est aussi avoir plus de confort, même si certains miséreux sont dotés du même dérèglement que les ultra-riches et vont, dès qu'ils ont un peu d'argent, le dépenser à des achats de pure prestance sociale (acheter la BM, vivre à l'étroit et manger des patates, par exemple).

Et il y aussi des ultra-riches qui sont des héritiers, n'ont plus l'obsession d'avoir plus mais la délèguent à des subalternes, ce qui leur garantit le confort.

 

  • Nouveau
  • 08/05/2018 21:15
  • Par

avec macron aux manettes cette entreprise va avoir une oreille attentive et jupiter pourra y bosser une fois son sale job achevé...

C'est exactement ce que je me suis dit. Manu prépare déjà son exfiltration.

 

Putain j'ai cru que c'était un article sur les Blacks Blocs dont on nous rebat les oreilles depuis le 1er mai. Mais non ils n'ont pas le même pouvoir que Blackrock suis-je bête.

Sondage en ligne :

En lisant l'article de M.Pouille sur Mediapart, de qui vous sentez-vous le plus proche ?

- De BlackRock ?

- Du Black Bloc ?

- Ne se prononce pas.

Résultats prochainement à dépouiller comme les retraités français l'ont été par Macron.

 

 

La Loi... Mais pour la faire dans le bon sens, d'abord un bulletin de vote...

La Loi... Mais pour la faire dans le bon sens, d'abord un bulletin de vote...

Mondieu ! Après avoir lu cet article, vous croyez encore que votre "vote" puisse changer quoi que ce soit ? C'est à désespérer... cry

Les financiers sont très rarement des bâtisseurs.

Vous avez bien raison. Beaucoup plus souvent fossoyeurs que bâtisseurs.

  • Nouveau
  • 08/05/2018 21:29
  • Par

Chouette article et surtout intéressant, merci.

Nous sommes impuissants...

Jusqu'en 2022, c'est quasi sûr. Il peut y avoir une grève générale.. De toute façon, nous n'avons aucun autre choix que de résister ou c'est l'écrabouillement... Première étape : informer les concitoyens..

  • Nouveau
  • 08/05/2018 21:57
  • Par

semble que des blackrock aux blackblocs le noir est à la mode!

Noir, c'est noir, il nous reste l'espoir... braillait feu l'exilé fiscal, que Macron glorifiait en grandes pompes, funèbres ! (à franges) Un symbole... de début de règne. Avec la baisse des APL vers les plus pauvres.

D'accord avec Joël et toutes les personnes qui ont réagi. Ça fait du bien de voir que 99% des textes sont opposés à la mainmise de la finance sur le monde.
Pourquoi ne pas imaginer une action commune via Internet plutôt que de perdre du temps à dénigrer le petit Bonaparte, l'illuminé libéral qui  ramène la France au XIXème siècle?

Face à cette mondialisation productiviste sous l'emprise des firmes multinationales et des marchés financiers qui propulse le monde vers un chaos global, seul un programme antilibéral d’inspiration écologiste et progressiste pourra fédérer les peuples, quelles que soient la nationalité, la culture ou les croyances.
De cette mondialisation citoyenne naîtra dans chaque pays à l’horizon 2020-2025 une force électorale majoritaire capable d’assurer un futur à l’humanité sur une planète apaisée et préservée.

J'ai ouvert avec quelques amis une plateforme dédiée à la société mondiale globalsociety.org
D'un clic, vous pouvez déjà rejoindre la mobilisation mondiale 3.0 pour mettre l'économie et la finance au service des sociétés humaines, de la qualité de la vie et d'une protection stratégique de la planète.
( Le chiffre 3.0 illustre la vocation d’Internet comme espace d’expression publique internationale concernant les questions globales d’intérêt commun.)

Le site est loin d'être bien, il sera amélioré quand on aura des moyens, mais les idées et les valeurs sont saines et nous travaillons sur les grandes lignes de ce programme.
Si cette initiative naissante vous intéresse, écrivez-moi  bruhin.claude@wanadoo.fr

Et dire que la marionnette Macron et certains médias, apôtres du libéralisme, diabolisent les Black blocs, alter ou antimondialistes !!! Histoire de laisser libre cours à la tentaculaire Blackrock qui dirige le monde....

Dire qu'il y a peu rappeler le mur de l'argent, les deux cents familles, l'oligarchie ... vous valait d'être pris pour un ringard, un presque complotiste. Encore un effort et nous nous rendrons enfin compte qu'il n'est pas possible, qu'il est utopiste, de vouloir réformer le système politico-économique que nous subissons. En espérant que Macron et sa bande de nuisibles ne nous aient pas d'ici là, définitivement mis à genoux ou sous la férule d'un plus autoritaire encore.   

N'est ce pas l'extrême gauche grecque qui a donnée les retraités de son pays aux phynanciers?...L'extrême gauche râle mais elle marche?...le problème n'est donc pas les phynanciers mais qui peut les empêcher de nuire alors que toute opposition a été intégrée au système....

Je n'ai qu'un souverain mépris vis à vis de M.Tzipras après l'avoir encensé, il est vrai.

Il a trahi comme François Hollande, son propre électorat voire son propre peuple. Ceci étant dit, votre commentaire acerbe est distordu et de mauvaise foi.

Car vous savez pertinemment qui a tordu le bras du gouvernement de M.Tzipras. Ce sont les gouvernements Allemand et Français, la commission européenne et les gangsters financiers dans son sillage qui sont venus siphonner la Grèce et mettre à genou tout un peuple. 

Quitte à réfléchir sur un éventuel Plan B, autant déjà ne pas travestir la réalité.

 

M.Tzipras n'avait-il pas été élu pour résister à la pression phynacière européhaine?...Car il est bien beau de dénoncer les gangsters,on se donne ainsi des allure d'honnête homme...pour mieux brader ce crédit ensuite auprès de gens qui vous ont confiance.

Tout cela est connu pourquoi certain assure pouvoir résister et change immédiatement leur fusil d'épaule dès qu'ils connaissent les ors du pouvoir et pourquoi certains les défendent encore.......vous avez crû en lui contre toute évidence.....alors qu'ils ont été cocus.

Le problème est de construire une opposition qu'une commission européenne ne puisse faire changer d'avis.Tout est là, la réalité du pouvoir est connue ce qui est moins connu c'est la corruption des élus. 

@ J.P Chenet

Je vois mal comment je ne pourrais pas être d'accord avec vous...

Merci pour cet article édifiant !!!

Bon alors, keskonfai maint'nant ?

- Un mach de fout',  avec un p'tit rail de nutella...

- Un plan cul sur Gogol!, ouais, toujours ça de pris, faut ben profiter comme on peut!

merci quand même MDP, il y a toujours des journalistes vivants...

malto, desperate.

https://22h05ruedesdames.files.wordpress.com/2015/07/idees_noires.gif

 

c frankin le dessin....smile

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

attention mémé ...tu pourrais tomber sur une borne de stationnement...par "accident"..

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

 

Cet excellent article démontre et démonte la collusion public/privé dans ce qui est servi au "bon peuple" comme "la finance" censément complexe et... autonome.

Un immense bravo à l'auteur d'enfin appuyer là où ça fait mal !

La prise de pouvoir économique des gestionnaires d'actifs (6280 mds USD ce n'est pas rien) principalement constitués des avoirs des fonds de pension, en raison même des compétences acquises et développées pour la valorisation, exclusivement financière, desdits avoirs constitue le cœur même de la financiarisation d'un capitalisme occidental économiquement définitivement hors sol.

La totale collusion des états est ici démontrée, marquée principalement par le pantouflage systématique des hauts fonctionnaires, avec cette race de gestionnaires qui, ni banquiers, ni politiques s'avancent, affranchis de tout contrôle pertinent, en tant qu'audit et conseil pour masquer leur épanouissement en tant qu'investisseurs effectifs, exclusivement financiers, d'un capitalisme "moderne", totalement dégagé des contraintes économiques industrielles parce que devenu quasi-exclusivement marchand transitaire, fausse "crise financière" et vrai faillite du crédit hors sol mais et surtout Chine, aidant.

Le problème majeur de ce parasitage : Il est intenable à terme rapproché parce que décroché de toute réalité économique et ce quelque puisse être la technicité du danseur, ce n'est que la valorisation éperdue de trésors de guerre constitués AVANT la disparition de la croissance occidentale et condamnés, au rythme de la paupérisation occidentale, nonobstant le talent "retardant" de gestionnaires aussi "imaginatifs" soient-ils.

Le débat répartition/capitalisation masque la réalité de l'indispensable valorisation des très prosaïques prélèvements des états ou/et des épargnants salariés puisque et en toute hypothèse, les fonds amassés doivent impérativement être constamment valorisés avec les mêmes moyens ET les mêmes acteurs...

La différence entre capitalisation et répartition est uniquement à situer en terme de valorisation de la collecte : Une indiscutable compétence doublée d'un cynisme impitoyable des "gesto-investisseurs" dans le cas de la capitalisation, une incompétence somptuairement couteuse dans le cas de la répartition.

Ce n'est donc pas un débat économique ou financier mais juste un choix de société puisque et encore une fois, en terme de sauvegarde, moyens ET acteurs sont... les mêmes mais avec des résultats (très) différents et tout aussi intenables à terme que ce soit en jonglant ou en laissant filer les prélèvements obligatoires (Remarquons ici, au passage, le traitement franco-français des cotisations de retraites complémentaires : Prélèvements obligatoires mais non comptabilisés en tant que tels... c'est aussi ça le talent !)

 

  • Nouveau
  • 09/05/2018 08:42
  • Par
La Grèce a montré que ne pas laisser le pouvoir aux financiers comprend un risque d'appauvrissement des gens...mais que laisser le pouvoir aux financiers conduit certainement à l'appauvrissement des gens.

Le cas de la dette grec a permis aux banques américaines de se renflouer sur le dos de l'Europe, c'est à dire Nous!

Ils sont très forts pour nous infantiliser et notre président a fait ses classes dans ce système.

La seule manière était de sortir de l'euro et de gérer soi-même sa propre monnaie et ses propres ressources. Mais surtout pas de faire appel aux requins-experts de la finance internationale ?

Appauvris par les memoranda, les Grecs vont perdre tous leurs biens

https://blogs.mediapart.fr/marie-laure-coulmin-koutsaftis/blog/080518/appauvris-par-les-memoranda-les-grecs-vont-perdre-tous-leurs-biens/

https://www.okeanews.fr/20130430-pour-naomi-klein-la-strategie-du-choc-sapplique-en-grece

@ Abel64

Et aussi à la mort rapide de beaucoup de personnes puisqu'elles ne peuvent plus se soigner et qu'on les laisse crever. Économies d'échelle oblige ! Même avec des calculs basés sur une analyse initiale fausse.

Grèce : les « erreurs » du FMI ( Cadtm )

http://www.cadtm.org/Grece-les-erreurs-du-FMI

Grèce : l'erreur du FMI passée sous silence ( Le Monde )

http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/03/12/grece-l-erreur-du-fmi-passee-sous-silence_1846569_3232.html



Merci pour cet excellent article à suivre ...

 

Edifiant, effrayant. Le totalitarisme est prêt à franchir un nouveau palier... avec bien évidemment la bénédiction de nos "gouvernants", McRon en tête, lui qui ne manque jamais - quand ça l'arrange - de convoquer dans ses discours la "République" qui, trempée dans son idéologie mortifère, n'a plus rien ni de libre ni d'égale ni de fraternelle.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

il faut voir ou revoir ce film

L'encerclement; la démocratie dans les rets du néoliberalisme.

2008.

Tout est expliqué/

durée 2h40

http://www.encerclement.info/

https://vimeo.com/129761978

Merci pour les liens !

Merci pour l'info

Le capitalisme et blackrock & consort en main invisible du marché !!! “ D’après eux, les clients de BlackRock n’auraient rien à gagner à ce que des entreprises dans lesquelles le gestionnaire est actionnaire se mènent un combat sans merci. Les deux chercheurs se sont penchés sur le secteur de l’aviation commerciale et ont constaté un alignement du prix des billets à la hausse parmi les cinq principales compagnies aériennes américaines, dans lesquelles BlackRock et son rival Vanguard ont des participations.”

Excellente investigation monsieur Pouille, c'est tellement lumineux que j'ai tout compris.

Black Rock pour le "bonheur de l'Humanité" !!!!

GE pour "sauver" ALSTOM Energie !!!!

LUCENT pour "sauver" ALCATEL !!!

etc... etc...

Maintenant qui pour "sauver" la SNCF, la CPAM et d'autres ?

C'est pourri de dedans l'UE et cela commence à se voir de l'extérieur.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Jordan Pouille est un journaliste membre du collectif Investigate Europe, collectif de dix journalistes indépendants qui mènent ensemble des enquêtes en Europe, qu'ils publient ensuite dans leurs pays respectifs.

A quand un accès à des traduction des autres articles de ce groupe de journalistes, s'ils sont du même tonneau que celui-ci ? C'est une urgence !

Pourquoi n'y a-t-il pas d'informations pour le Luxembourg dans le module graphique "BlackRock en Europe : cliquez pays par pays pour en savoir plus sur la présence du fonds en Europe © Investigate Europe" ?

Un grand bravo et merci pour cette enquête, Jordan Pouille!

Jeter la lumière sur les vrais lieux d'influence et de pouvoir est une mission journalistique essentielle à notre vie en société.

On nous abreuve d'images insignifiantes, genre Trump serrant la main à Macron ou Brigitte posant avec des pandas, alors que les rencontres décisives, telles celles du PDG de Blackrock et du président français restent dans l'ombre.

Or tout se décide bien là, quand l'oligarchie financière s'accorde avec les dirigeants politiques sur le cours du gouvernement.

Sans cet élément, comment comprendre la destruction des services publics en cours? On serait alors tenté de souscrire au récit officiel qu'il n'y a plus d'argent, que privatiser c'est rationaliser, que les agents publics abusent de privilèges.

Mais si on met en lumière, comme vous le faites si bien, les immenses intérêts financiers que représentent la transformation des biens publics en source de profit, alors on comprend ce qui se passe.

Quand on voit la puissance, l'influence et les manoeuvres des oligarques financiers, alors on prend conscience de la cohérence des politiques publiques.

Après quelques coins bien placés (réduction des droits des travailleurs, redistribution fiscale, privatisation du bastion SNCF, etc...), les grands chantiers vont bientôt être mis en oeuvre: Démantèlement de fonction publique, affermage du système de santé, privatisation des retraites.

Dans tous les cas, il s'agit d'octroyer à l'oligarchie un droit de propriété sur nos systèmes sociaux, un droit à faire des profits sur toutes les activités humaines qui échappent encore à son contrôle.

Contre cette colonisation de nos biens communs, il faut passer à l'offensive et remettre en cause le fondement même du pouvoir oligarchique, dénoncer l'illégitimité du droit de propriété sur les organisations humaines, comprendre qu'il devrait être interdit de posséder le travail d'autrui, de s'arroger un droit de tirage sur ce que font les autres.

Notre avenir, c'est la démocratie économique. C'est un travailleur, une voix dans les organisations qui produisent des biens et des services. C'est la république dans l'entreprise. C'est la fin des privilèges actionnariaux. C'est de découpler le financement des entreprises de leur propriété. C'est d'en finir avec les rentes sur l'activité humaine.

Notre horizon doit être l'abolition de la propriété lucrative.

  • Nouveau
  • 09/05/2018 18:38
  • Par

Ce qu’est devenu l’Europe, à la différence de celle qui avait été promue à ses débuts, a été rejeté en France par un référendum sur lequel les appétits individuels de soi-disant représentants du peuple se sont ensuite assis dans le plus contradictoire mépris de cette volonté du peuple dont ils tenaient pourtant leur apparence.

 La logique d’asservissement de la structure économique et sociale du pays et l’aliénation de ses progrès forgés de si longue haleine, au gonflage injustifiable d’une concentration financière aussi monstrueuse que dévastatrice est d’une vanité redoutable.  

 Depuis quelques décennies se propage jusqu’à en devenir chronique l’intox à la dette ; c'est-à-dire la vente au bon peuple de cette imposture qu’un mieux être ça consisterait en ce que ça ne soit pas pire (saccage récent de la Grèce), d’où le malaise diffus continuel et continuellement entretenu par cette oppressante logique du pire.

 La titrisation bancaire des dettes pour leur mise en circulation (ventes et reventes et surventes…) qui a inévitablement provoqué bulles et autres faillites comme prix très réel, illustre parfaitement ce mécanisme particulièrement tordu qui consiste à tenter de positiver ce qui se présente comme négatif.

 « Ne pas avoir encore moins c’est encore ce que vous pouvez avoir de plus » est le fric-frac idéologique et politique de décisionnaires non élus et autres élus par défaut.    

 

 

 

 

 

USA : «  Plus de 250 000 routiers américains bientôt ruinés par un fonds de pension »

" La caisse de retraite Central States Pension Fund (CSPF), qui gère les prestations de retraite pour les conducteurs de camions syndicaux Teamster, a annoncé qu’elle deviendra officiellement insolvable en 2025 et que, d’ici là, elle sera contrainte de diminuer progressivement les versements à ses bénéficiaires."

" (...) si les difficultés rencontrées par la Central States Pension Fund devaient toucher également ses homologues, ce serait alors plus de 10 millions de travailleurs et retraités américains qui pourraient être ruinés. "

" À l’heure où l’on propose aux Français de convertir leurs caisses de retraite traditionnelles en fonds de pensions à l’américaine, autant dire que le modèle manque brusquement et singulièrement d’attrait..."

https://www.loretlargent.info/argent/plus-de-250-000-routiers-americains-ruines-fonds-de-pension/17749/

(Source or&argent- 2016)

 

Et leur chomage va en montant...

USA: WARNING: Au 30 Avril 2018, plus de 102 MILLIONS d’américains sont toujours sans emploi

https://www.businessbourse.com/2018/05/04/usa-warning-au-30-avril-2018-plus-de-102-millions-damericains-sont-toujours-sans-emploi/

  • Nouveau
  • 10/05/2018 10:42
  • Par

Les Etats n’ont plus la capacité, la vision et les moyens de changer le monde, ni même de vraiment assurer le long terme et l’intérêt général. C’est donc aux entreprises de le faire ou d’y contribuer plus efficacement. Eventuellement à leur côté.

Les entreprises sont soumises au diktat du profit trimestriel. C’est une folie qui doit cesser, car elle ne fait que des victimes sur le long terme. Une entreprise doit faire du profit en étant meilleure et non en tuant son propre avenir. Ses salariés. La planète.

L’écart de richesse que le système aboutit à créer est la meilleure recette pour une explosion sociale à terme et l’appauvrissement des peuples, qui se transforment en une anxiété majeure face à l’avenir et donc trouvera une traduction politique dans le type de leader qu’ils mettront au pouvoir.

Il faut déterminer ou revoir les indicateurs qui font la valeur d’une entreprise, en intégrant sa contribution à faire une société plus juste, servir un objectif plus large que la simple création et augmentation du profit. Lui donner un sens.

Investir dans des boards faisant plus de place à la diversité, afin d’accroître la vision, le champ, la perspective des entreprises. Larry Fink !



Le livre "la mondialisation des pauvres" de Armelle Choplin et olivier Pliez explique les différentes façons de diriger la gestion de économie par des systèmes discrets et donc par de personnes discrètes mais bien dans l'action. La chaine bfm business en a bien fait la publicité...

@ Jordan Pouille

"À l’époque, BlackRock possédait déjà plus de 5 % d’ING, au travers d’une vingtaine de filières" : de filières d'activité, ou de filiales ?

Merci pour cet article hautement instructif.

 

Oui, merci de votre vigilance 

Merci, monsieur Pouille, de votre article édifiant. Ce n'est pas en regardant le JT que l'on apprendrait ce genre de choses.

Au fur et à mesure des enquêtes qui paraissent dans Mediapart, je me rends compte avec une horreur grandissante de ce qui est en train de se mettre en place en Europe et sans doute dans le monde. Certains messages manipulateurs, dont on nous rebat les oreilles, deviennent insupportables : « concurrence libre et non faussée » (ah oui, vraiment?), « dette » (vous n’avez pas honte de transmettre cela à vos enfants ?), « chacun doit contribuer à l’effort collectif » (chacun, vous êtes sûr?) etc.

Ce système ultralibéral est un cancer qui ronge nos sociétés, détruit petit à petit le service public et asservit le peuple. Le pire est que « nous » avons porté au pouvoir un monsieur qui travaille dans ce sens. C’est un cauchemar que rien, semble-t-il, ne peut arrêter ! Mieux vaut ne pas souhaiter que le monstre finisse par s’effondrer (au prochain krach?) car nous serions entraînés dans sa chute.

Alors, plus d’espoir ?
@LAULHERE : oui, d'abord informer, c'est primordial.

Au fait, que vaut mon bulletin de vote dans tout ça ?

6000 milliards c'est juste la gestion en propre Blackrock mais si la gérance des avoirs d'autres organismes est comptée, dans ce cas c'est 15 000 milliards de $ soit 7% de la masse monétaire du monde.

Je n'ai pas lu tous les commentaires, ce que j'écris l'a peut être déjà été.

En cliquant sur la carte en seconde page, on voit que les principaux bénéficiaires des sommes placées par ce géant sont les groupes pharmaceutiques. J'y vois un lien potentiel avec les évolutions réglementaires récentes, par exemple en termes de vaccins (profits générés calculables à l'avance, sur du long terme, avec profits substantiels), ou avec des recommandations des autorités sanitaires (baisse de normes pour passer plus de médicaments, etc.). Concrètement, cette pression là, peut elle expliquer les dérives lors des débats parlementaires, comme celle rapportée dans cet article ?

https://blogs.mediapart.fr/revue-frustration/blog/090518/une-proposition-de-loi-ecrite-par-et-pour-le-lobby-pharmaceutique

A mon avis, le lien est probable. Voir aussi les commentaires, dont le mien, à la suite de cet article. Je pense, qu'au moins dans ce domaine pharmaceutique - le plus gros montant cité dans la carte de l'article est pour Sanofi en France -, la possibilité de freiner ces superpuissances est de .. se renseigner, que ce soit pour les médecins (qui manquent souvent de formations et de recul à ce sujet), sur les dérives des études cliniques et des recommandations officielles ou des obligations sanitaires. Avec quelques principes simples, et des médecins réellement informés, les sommes concernées deviendraient beaucoup plus faibles, avec même une amélioration de la qualité de vie des patients.

D'après ce que j'ai vu Blackrock investi pas mal auprès de Lonza Group (Suisse) qui fait un petit peu de tout (et en particulier dans les secteurs critiques tels que l'eau et les vaccins justement).

Cependant d'après ce que j'ai pu lire sur le site du groupe, le but de Lonza (avec Sanofi) est de mettre au point des vaccins qui n'ont pas d'effets secondaires sur le système immunitaire vu qu'ils travaillent sur une grande base de donnée HLA (antigènes qui contrôlentcertaines fonctions de l'immunité) d'ethnies du monde entier.

Donc ce que je comprend, c'est qu'au travers de cet investissement, Blackrock essaye de trouver une solution au problème des effets secondaires des vaccins et du coup c'est l'aveu que ces problèmes existent bel et bien.

Merci VivienG38, c'est très intéressant.

Oui la non prise en compte des différents groupes HLA (aussi discriminants que les empreintes digitales) est un des gros problèmes de la vaccination. Ceci dit, même travailler à l'échelle d'une ethnie (j'imagine qu'ils détermineront les groupes HLA principaux, et les risques associés à l'échelle de la population, par ex. HLAB27 et spondylarthrite ankylosante, etc) ne changera rien ou pas grand chose à l'échelle de l'individu.

Il y a  un résumé de conférence à ce sujet ici par exemple : https://aimsib.org/2018/04/22/vaccination-de-masse-et-hla-le-mariage-impossible-par-michel-georget/

Bonjour ,

bravo et merci Jordan

Je viens de relire l'article, après avoir lu tous les commentaires. (oui.. j'ai du temps de ..retraitée !)

Des papiers de cette qualité , déclenchant  des commentaires complémentaires et constructifs sont indispensables pour souligner très fort la façon dont l'économie se détériore en fric à tout prix, comment l'argent, outil pour vivre et partager s'engouffre dans la folie financière édifiant des fortunes douteuses et des pauvretés bien réelles.

Combien de fourbes dans le classement Forbes ?

 

 

Mediapart pratique la censure.

Mon dernier post a été supprimé.

Adios, les soutiens à macron, je me désabonne.

Merci à Jordan Pouille et, par le fait, à tous, toutes, ces journalistes d'investigation qui nous aident à cultiver nos verrues. En ces temps où il est de bon aloi d'éreinter la presse et les médias, l'hommage - ici - est incontournable.

Cette tumeur (Ô combien maligne) minutieusement décrite par votre article démontre, une fois encore, combien sont vaines les espérances que nous plaçons dans nos gouvernements. L'on se prend alors à rêver à l'indicible chaos éventuel comme seule remédiation au Mal ultra-libéral triomphant - ce qui, j'en conviens, constitue un vœu puéril.

À l'instar de cette vieille nouvelle de science-fiction intitulée "Pour servir l'homme" nous sommes donc aussi (les prédateurs pullulent) asservis par BlackRock. Entre sens propre & sens figuré il est encore assez aisé d'établir une distinction mais lorsque le premier se pare de significations aussi antinomiques dans ses deux acceptions, les spasmes nauséeux ne sont pas loin : "Pour servir l'homme" n'étant pas - vous vous en doutez - utilisé dans sa dimension humaniste mais bien strictement culinaire.

Une envie de retourner aux oiseaux comme le chantait le poète...

Mardi 17 septembre 2019, sur ARTE: "Ces financiers qui dirigent le monde - BlackRock"

https://www.youtube.com/watch?v=Abz3Ab9HhaQ

Bonjour, pourrait -il exister un lien entre BLACKROCK et la privatisation de la FDJ ou d’ADP entre autres ? Dans le reportage diffusé sur ARTE le patron de BLACKROCK a rencontré le Président Macron et on abordé, si j’ai bien compris, entre autre les privatisations en France
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

Jordan Pouille est un journaliste membre du collectif Investigate Europe, collectif de dix journalistes indépendants qui mènent ensemble des enquêtes en Europe, qu'ils publient ensuite dans leurs pays respectifs.