EPR de Flamanville: le groupe Bouygues sera jugé pour travail illégal

Par Pascale Pascariello

Bouygues est renvoyé en octobre devant le tribunal correctionnel de Cherbourg. Le groupe est poursuivi pour avoir employé illégalement près de 500 ouvriers polonais et roumains, via deux sociétés, sur le chantier du réacteur nucléaire EPR à Flamanville.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avec quatre années de retard et un surcoût de plus de 5 milliards d’euros (8,5 milliards au lieu des 3,3 initialement estimés), on savait que le chantier de l’EPR, ce réacteur de troisième génération construit à Flamanville (Manche), était loin d’être la vitrine du renouveau nucléaire français tant escomptée par EDF. Mais voilà bien pire : Flamanville est devenu le « laboratoire européen du travail illégal », selon l’expression d’un inspecteur de l’Autorité de sûreté nucléaire.