Bercy en proie au clanisme et aux réseaux d’influence

Par

Embauche par le ministre du budget d'une chargée de communication qui a défendu les intérêts de Liliane Bettencourt et ceux de Matthieu Pigasse ; recours par le ministre des finances aux services d'un conseiller occulte, lui aussi proche du même banquier d'affaires : à l'ombre de Bercy, des réseaux d'influence et d'affaires sont en train de se constituer, pour l'essentiel autour d'anciens proches de Dominique Strauss-Kahn.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tout au long de la campagne présidentielle, cela a été le leitmotiv de François Hollande : lui président, la République serait « exemplaire », et la France gouvernée « autrement ». Las ! Cinq mois plus tard, les ministères des finances et du budget attestent que la promesse n’est pour l’instant pas honorée, au moins dans ce secteur de la vie publique. Fonctionnement clanique, mise à l’écart des journalistes dont les enquêtes déplaisent et surtout constitution de réseaux d’influence et d’affaires, pour l’essentiel autour d’anciens proches de Dominique Strauss-Kahn : sous la férule du ministre des finances, Pierre Moscovici, et de celui du budget, Jérôme Cahuzac, la puissante machine de Bercy connaît des dysfonctionnements qui laissent pantois, tant ils sont nombreux et portent jusqu’à des problèmes qui ont trait à l’éthique en politique.