Licenciements dans l'industrie: et si on nationalisait ?

Par

Faut-il revenir aux nationalisations de 1981 pour sauver des emplois, à l'heure où le chômage explose et les plans sociaux tombent en cascade ? Dans les entreprises menacées de fermetures, les leaders syndicaux, à contre-courant de leurs centrales, rêvent de voir l'État reprendre le flambeau. Le gouvernement ne l'envisage pas une seconde.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

15 000 emplois préservés pour 4 850 perdus depuis l'élection de François Hollande. Les chiffres, avancés par le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg, ne feront pas tomber la colère du millier de salariés qui se sont rendus, mardi 9 octobre, au Mondial de l'automobile à Paris (lire ici notre article). Et ils ne satisferont pas tous ceux qui participent ce mardi à la journée de manifestation et de grève pour « la défense de l'emploi et de l'industrie », initiée par la CGT : c'est la deuxième mobilisation nationale depuis l'arrivée des socialistes au pouvoir après la manifestation contre le traité européen de stabilité à l'appel de 65 partis et associations.