Clin d'œil de l'histoire: Volvo Cars pourrait passer sous pavillon chinois

Par
Ford, qui poursuit son recentrage sur la marque à l'ovale bleu, a annoncé récemment le choix du chinois Geely Automobile pour la vente de Volvo, depuis dix ans dans l'orbite du deuxième constructeur américain. Amusant quand on se souvient du prurit chauvin des Suédois bloquant en 1995 la fusion entre Renault et Volvo et de l'itinéraire des deux entreprises européennes depuis cette date. Analyse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.