Dans l’hypothèse où l’agressivité du gouvernement Trump, vis-à-vis notamment, mais pas seulement, de la Chine et du Mexique, déboucherait sur une guerre commerciale ouverte, l’économie américaine perdrait quelque 4,8 millions d’emploi dans le secteur privé, au plus bas de la récession qui frapperait le pays en 2019, selon l’étude réalisée par les économistes du Peterson Institute for International Economics (PIIE). Or, c’est bien à un cabinet de guerre que le milliardaire populiste a confié la politique commerciale de la première économie mondiale, confirmant par ces nominations les menaces de sa campagne présidentielle.