Les plans de rupture conventionnelle collective déboulent et sont déjà contestés

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

... n'oubliez pas ceux qui vont éponger des dettes avec. 

Et puis plus rien!

Un an ça suffit!

Bonsoir

Mais pourquoi s'inquiéter?

La CFDT et FO diront qu'ils faut mener l'expérience jusqu'au bout!

Et notre président n'a-t-il pas été brillamment élu?

Vous ne voudriez quand même pas que l'on réclame au medef l'argent du CICE qui a servi à augmenter les dividendes?

Quand aux licenciés je leur souhaite bon courage en attendant les décisions qui viendront encadrer leur recherche d'emploi (à temps complet pour 1200E, sans parler des temps partiels).

Allez! Achetez des actions LREM!

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

La honte du Pays Basque... undecided

Misère !

innocent

moi aussi je ne peux plus....! Et je ne m'en sens que bien mieux!

J'étais on duty... Dur dur !

Macron ne devrait -il pas faire une rupture conventionnelle à Brigitte ,çà  ne serait pas une opportunité pour elle  ? et pour lui d'aller voir  la jeunesse de France comme le fait le fils de Bibi en Israel.Cà lui ferait du bien.

Le fils de Bibi, ou le neveux de notre Premier ministre qui s'y est fait poignarder par des colons, sans que cela transparaisse dans les médias...  

Le Canard dresse un portrait ironique de Bri-Bri indispensable à son homme : elle gère tout organise tout.Et son côté prof du privé plaît même en Chine! Voir la presse. Serait-il capable de gouverner sans cette figure maternelle et bourgeoise attentionnée à ses côtés? Et lui découvrir la jeunesse de France? Vous plaisantez, il a un sourire de vieux politicien américain et pas seulement le sourire!
Les faits divers ramènent les rejetons des « grands » à leur juste niveau : ceux des citoyens anonymes, alors pourquoi serions nous informés?

Particulièrement drôle pour le figaro. Un ... journaliste ... ?... nous donne enfin le nom de la "croissance" et de l"économie" macronienne: "trump". On s'en doutait, mais quand ça  vient du figaro personne ne peut nous accuser de procès d'intention !

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2018/01/09/31002-20180109ARTFIG00269-politiquement-incorrectes-les-reformes-de-trump-sont-un-succes-pour-l-economie

Qui plus est, nous pouvons imaginer la pression de ceux qui "restent" sur les plus "faibles" - voir "fichiers" des "drh" - et les conséquences dramatiques sur le reste du Collectif. Il n'y a qu'une solution, pas dix.

Hé oui ... tu pars...peu importe ce qui arrive aux autres => le collectif disparait avec un chèque individuel !

Pour ceux qui ne sont pas près de la retraite, c'est un vrai marché de dupes "'flexibilisables".

Qui vous dit qu'il y a l'aide des syndicats à la rupture conventionnelle collective ? Jusque à maintenant je n'ai entendu aucun syndicat donner son aval .

Les patrons ne vont pas se débarrasser ainsi que des salariés proches de la retraite, ils peuvent virer ainsi n'importe quel salarié qui ne leur plaît pas avec des pressions suffisantes.  Rien ne dit que les virés de cette façon seront remplacés par des jeunes. Le patron fait ce qu'il veut.

Non seulement la notion de volontariat est subjective mais elle dégage l'employeur de sa responsabilité essentielle dans ce qui est un licenciement déguisé et le dispense de toutes les obligations réglementaires vu que le salarié est supposé être d'accord.

 Le chèque de 15000€ sera loin d'être le lot commun, ceci est une infamie dont Gattaz se réjouit et puis, ce petit air de "démocratie " c'est la décision des salariés , bien sûr mais c'est bien sur !

Macron, Gattaz même combat pour dépouiller les salariés de ce qui leur reste!

Selon mon experience personnelle d 'une rupture conventionnelle en tant que salarié:

Il faut prendre en compte dans le montant de l' indemnité de rupture négociée:

*la perte de revenu entre l' ancien salaire par rapport aux indemnités Assedic (meme si on se sépare d 'une situation professionnelle pourrie :-)  ) pour maintenir son niveau de vie le temps de retrouver une situation équivalente

*la période de carence imposée, qui est aussi une perte de revenu

*les trimestre non validés au final pour la retraite par cette carence( j 'ai fini ma carrière au RSA pour valider un trimestre manquant)

*le niveau de pension de retraite inferieur entrainé par ce chomage par rapport à un emploi maintenu

Sur le moyen terme, une rupture est lourde de conséquence. L 'interet est de se séparer d une situation peu satisfaisante, et éventuellement de se remplumer financièrement sur le coup .

 

d'autant que la prime de licenciement ne sert à la plupart qu'à survivre pendant la  période dite 'de carence" , celle où le licencié n'est pas indemnisé (puisqu'il a eu une prime de son employeur) soit à survivre jusqu'à ce que pôle emploi l'indemnise.

C'est exactement cela et celles et ceux qui vont imaginer partir avec un petit pécule quelques années avant la retraite  ne s'imaginent pas ce qui arrive à grand pas....

Certains se disent :je pars en RC 2 ou 3 ans avant la retraite..... je vais toucher un peu d'argent de la RC, et je vais percevoir mes indemnités Pôle Emploi jusqu'à ma retraite et la jonction sera faite..

Erreur votre honneur ! Entre temps c'est à dire dans quelques semaines à coups de décret ou d'ordonnance et au galop, on va reculer l'âge de départ...faudra faire un an de plus ...merde alors je ne vais pas pouvoir faire la jonction ?....j'aurai du demander plus....

Et  comme un malheur n'arrive jamais seul on va aussi réduire la durée d'indemnisation chômage...et de deux.....

Finalement, l'offre alléchante va s'avérer un leurre qui va conduire notre futur retraité à utiliser son faible pécule et une fois ses indemnités chômage réduites et l âge retraite repoussée....il fera la jonction sans ressources...avec les restos du cœur parce qu' il sera bien trop âgé pour retrouver un travail jusqu'à sa retraite....

A partir d'un certain âge, départ "facilité" = départ " risqué" = pauvreté assurée....

 

Pour qu'il y ait rupture conventionnelle collective il faut que la majorité des syndicats représentatifs dans l'entreprise signe : donc c'est bien avec l'aide des syndicats qu'il peut y avoir rupture conventionnelle collective. Ce n'est pas une critique : c'est un fait.

Imaginons qu'une entreprise souhaite rajeunir ces effectifs en jetant les seniors proche de la retraite dehors (moins de 3 ans).

L'entreprise propose aux syndicats de verser un chèque de sortie pour les seniors qui sont à moins de 3 ans de la retraite à taux pleins, seniors qui seront couvert par l'assurance chômage pour un maximum de 3 ans (pour l'instant).

Et en échange l'entreprise propose d'embaucher (moins bien sûr que le nombre de séniors ayant quitté l'entreprise).

Pourquoi les syndicats ne signeraient-il pas cette proposition puisque tout est basé sur la théorie du volontariat !

Et à l'inverse : si une entreprise souhaite fermer un site et propose ce type de départ volontaire, il me parait difficilement imaginable qu'un syndicat signe, sauf si l'entreprise propose des chèques important et précise que c'est cela ou un PSE avec des chèques réduits ...que peut faire un syndicat dans ce cas là ? hormis de demander aux salariés d'occuper l'entreprise en espérant médiatiser suffisamment le mouvement pour le gouvernement intervienne...

Bref c'est à nouveau le moyen de détruire le peu de lien qui existe encore entre les gens, et de créer de nouvelles divisions...

Il est où le volontariat quand les licenciements sont décidés par le patron ?

Dans combien d'entreprises de moins de 100 salariés y a t il des sections syndicales ou des délégués du personnel ?

Déjà la rupture conventionnelle individuelle était une facilité pour le patron qui avait su rendre la vie impossible à un salarié qui finissait par demander ce type de rupture, mais la rupture collective va évidemment se substituer à des plans sociaux parce qu'elle va coûter moins cher aux employeurs. Les ordonnances Macron en imposant cette rupture font porter aux salariés la responsabilité du licenciement. C'est une autre façon de piétiner le Code du travail

Par les temps actuels, il faudrait mieux rester prudent. La base ne semble pas en bien grande forme.

Quant aux syndicats, ils n'ont pas encore été touchés par la vague du "dégagisme". Tout reste à faire. Divisés et peu novateurs, leurs actions sont le reflet fidèle de cette situation. Et puis, il faudrait également bien analyser les résultats des confrontations. En Creuse, chez GM&S-GMD-LSI, 157 travailleurs dehors. Le tribunal administratif de Limoges doit se prononcer jeudi matin sur le recours en annulation du PSE. Reste à connaître l'état des  commandes qui restent encore trop faibles, alors que les constructeurs automobiles voient les ventes de voitures augmenter.

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

L'arroseur arrosé. Et pourtant, le Livre en a soupé des plans de licenciement depuis les années 2000. Surtout, les ouvriers du Livre. Aujourd'hui, les journaleux et administratifs passent à la caisse. On les avait pourtant prévenus !!

À quelle date le décret sur les ruptures conventionnelles collectives a-t-il été publié ?

Le 22 décembre 2017.

Merci pour l'info, je consulterai le JO. Merci également pour la qualité de vos articles.

et merci pour les merci :)

bien vu sealed

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Au fait : jusqu'à quelle date le président peut-il gouverner par ordonnances ???

Il serait temps que ça s'ARRÊTE

 

"""Il peut donc nous installer tranquillement sa petite dictature"""

Ou plutôt son  "despotisme  éclairé"  (voir références historiques).  Clair dès ... le premier tour !

 

Quelle horreur, quel gaspillage, quelle honte...

La consultation directe des salariés par les syndicats minoritaires (permise depuis la loi El Khomri) ou par l’employeur (autorisée dans les ordonnances Macron) ne peut s’appliquer à un accord de rupture conventionnelle collective : eh bien il faut vite corriger cette lacune ... Ah les délices du référendum. Et puis même si les salariés votent contre, on le fera quand même, comme pour le TCE en 2005. 

On oublie aussi beaucoup de dire que la CSG est imposable, pour les retraités comme pour les actifs. Pour les actifs, ils vont donc voir, à salaire brut égal, leur revenu imposable augmenter de la part des cotisations qu'ils ne paieront plus.

Pour les salariés, il n'y a qu'une partie de la CSG qui est imposable sur le revenu. Sur ma fiche de paye, j'ai CSG/CRDS imposable : 2,9% et CSG non imposable : 5,1%. L'augmentation de la CSG en 2018 ne prevoit pas d'augmenter la part imposable de la CSG, pour le moment ...

  • Nouveau
  • 10/01/2018 04:25
  • Par

 

En suivant méticuleusement les GOPÉs, Mac ron, tout en étant dans le déni, rapproche méthodiquement ce pays, dont une minorité l'a élu, vers son inéluctable rendez-vous en enfer !

Question de temps ...   Or, en 2018, cela va s'accélérer.  Mais problème : quel débouché politique ... ?

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

+ 10000000wink

 La monnaie doit servir à échanger pour vivre dignement, pas à "acheter" le Bien commun "marchandisé". Nous devons quitter ces "entreprises" mais l'"argent" qu'elles représentent est le "pouvoir" du "possédant" (1) sur le Bien commun, dont macron est le bras armé. Tôt ou tard, même si nous n'échangeons rien avec elles nous serons obligés à une confrontation directe. Pour Vivre.

https://www.cairn.info/revue-a-contrario-2006-1-p-90.htm

(1) l'"entreprise" macronnienne est une enclave hors contrôle au coeur du pays, l'équivalent "économique" d'un gantanamo, d'une armée d'occupation...

  • Nouveau
  • 10/01/2018 10:04
  • Par

La CFDT aurait-elle changé de camp ??? ne serait-elle plus l'alliée du MEDEF ??

Ne parlez pas trop vite, à PSA ça ne semble pas leur poser de problème...

Il me semble qu'au mois de mai nous avons approuver la mise en application de cette politique qui avait été amorcée par le précédent gouvernement.

Médiapart lui même a fait campagne pour celui qui portait cette politique.

Comme d'habitude, ces informations du jour seront poussées et remplacées par celles qui suivront sans vraiment que le réel ait le temps de le devenir. Vive le structuralisme.

Combien d'informations ont été données ici et là puis diluées dans la multitude, sans que jamais la boucle ne soit bouclée ni par ceux qui ont formé le rond ni par ceux qui ont reçu le bout des lacets pour la clore.

Le réel des"basses classes" qui n'a pas existé, commence à gagner les classes moyennes qui ne voient encore pas le réel.

A quoi servent toutes ces infos si ce n'est de permettre à quelques uns ici de se défouler, défoulement que gèrent parfaitement les institutions en place pour finalement repousser la signature du constat de l'échec de la société du consumérisme.

Il est clair que le "péché" est de continuer à "acheter" ce que "produisent" ces "entreprises" et ce qu'elles "offrent". Chaque "produit" de peugeot est une prédation du Bien commun et un obstacle à sa reconstruction. La bagnole individuelle, expression des instincts les plus agressifs et crétins de l'espèce, aura été le pire poison de la Planète.

je comprend pas trop votre commentaire... En poussant votre raisonnement, à quoi sert de s'informer?? C'est vrai quoi, pour vivre heureux, vivons dans l'ignorance, et tout ira pour le mieux?

Et du coup, pourquoi êtes vous abonné à médiapart, si vous pensez que toutes ses infos sont inutiles?

Je ne suis pas contre ces infos, ce que je critique, c'est ce que nous en faisons, c'est à dire à peu près rien parce que nous n'en retenons rien. Même la longue histoire n'a servi à rien. Il n'est que de voir le réel, qui pourtant avec toutes les technologies que nous avons inventé, et qui ne servent qu'à l'exploitation de l'homme,  n'a rien de glorieux bien au contraire.

ok j'avais mal compris alors, mea culpa.

Pour le fait d'être inactif, il ne tient qu'à vous, à moi, à nous de nous bouger. Et des gens se bougent. regardez tous ces gens qui aident les migrants, toutes ses associations qui font un travail remarquable.

S'informer permet de prendre conscience, c'est le premier pas vers l'action wink

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

ils sont où les soutiens de Macron pour nous expliquer à quelle point c'est bénéfique ce nouveau code du travail?!? y a plus d'arguments là?

En même temps, je comprends qu'il soit difficile d'argumenter sur les progrès merveilleux auxquels on assiste depuis 6 mois !!!

Donc comme prévu dans la loi.. les syndicats peuvent s’y opposer, c’est leur rôle et c’est très bien. Et ça fonctionne. Circulons. Chez Peugeot FO CFECGC et CFDT semblent d’accord au bémol que l activité sur les chaînes frôle la surchauffe... il ne signeront l accord que si la direction embauche en contrepartie. Rien d incroyable donc ? Le seul hic reste les TPE/PME sous syndicalisée mais dont les patrons n’ont pas les méthodes de management du CAC40 puisqu’ils n’ont pas d actionnaires à rémunérer...
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Lors de la prochaine élection les futurs candidats s’empresseront de concert avec le Medef de modifier encore cette loi travail pour que les patrons puissent faire passer ces plans de rupture en force sans l'accord ni des salariés ni des syndicats. Les gens gueuleront un peu, au début,  puis comme d'habitude finiront par se taire et ne rien faire. Encore une fois ce détricotage du code du travail réclamé par les entreprises "au nom de l'emploi" ne donnera aucun résultats, les emplois continueront à être détruits et on continua encore et toujours à mener la même politique. Combien de temps cet aveuglement généralisé va-t-il encore durer ?

 

Merci à Mathilde pour cette poésie journalistique ...Retraduction du titre......Les plans (lesquels ?...j' en suis friand ! ) de rupture (matrimonial ? ) conventionnelle  ? (Mon dieu !) déboulent (Ah non ! ) et sont  déja..c....Je ne termine pas !..........

richard-bonobo-1

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Vous n'avez pas compris, ou vous êtes de mauvaise foi :  la CFDT ne conteste nullement l'application de cette loi. Bien au contraire, elle l'applique, et la loi prévoit que les syndicats puissent accepter ou non le RCC (selon le contexte, le détail de ce que la direction propose, etc.). Dans certains cas, la CFDT (et chacun des autres syndicats) devrait accepter le RCC, dans d'autres le refuser. C'est précisément ce que la loi prévoit.

Par ailleurs, vos diatribes et procès d'intention ne font guère avancer le débat. Qui êtes-vous pour ainsi penser déterminer à vous seul ce qui serait "nuisible" ou pas pour "les salariés" (qui me semblent assez grands pour le déterminer sans vous, et avec le support des syndicats qu'ils ont élus) ?

 

  • Nouveau
  • 10/01/2018 13:04
  • Par

Comment en est-on arrivé à faire croire que nos grands actionnaires, en gagnant plus d'argent, investiraient POUR CRÉER de l'EMPLOI alors que la réalité, c'est que leur but est de gagner plus d'argent encore?

Ça sent les orgasmes en série chez les DRH tout ça. Sentir cette ressource humaine qui se flexibilise à mesure qu'on dégage les vieux pour les remplacer par des journaliers, joie, puissance, vitesse. On caresse la courbe de l'action, se serait dans le sens du poil mais, non elle est parfaitement lisse.
Les produits LREM, des sensations pures.

Le gouvernement voudrait pouvoir nier la nature antisociale de sa politique économique. Car son discours entend revêtir une puissance autoréalisatrice, auprès de son électorat et un peu au-delà... C'est d'ailleurs le principe de tous les discours néo-libéraux, à l'instar du conte pour enfants du ruissèlement des richesses... Et ce gouvernement persiste, en justifiant la publication de lettres-types de licenciement à l'attention des patrons, destinées à éviter toute contestation juridique de la procédure... Comme le dit un commentaires à la suite de l'article auquel je renvoie : « Et des lettres-type pour assigner son patron aux prud'hommes ou contester son licenciement, elles sont également fournie ? Ces lettres ne sont peut être pas assez premier de cordée pour LREM... En tous cas voilà un beau cadeau pour Drahi et consort.... » Parce que ces lettres de contestation à l'intention des salariés n'existent pas, le parti-pris de l'exécutif est incontestable.

Les ordonnances Macron ont fait craquer les barrages.

Ils vont licencier en masse pour sous traiter plus encore, piocher dans les diverses formules précaires.

Le nombre de pauvres et de sans abris va faire un bond.

Records attendus chez les actionnaires.

 

 

Et faire baisser le chômage

Je partage complètement votre commentaire. Je pense, aux contraire de beaucoup sur ce fil, que faciliter les licenciements va favoriser la baisse du chômage, du moins le chômage de catégorie A.

Par contre, la précarité va bien sûr exploser. J'en veux pour preuve une courbe que notre ami Alberteins m'a fait découvrir dans un commentaire sur la situation en Allemagne : les courbes du chômage et de la pauvreté évoluent bien en sens inverse l'une de l'autre. Plus le chômage baisse, plus la pauvreté augmente. Cette évolution ne date pas du gouvernement d'Angela Merkel, mais est consécutive aux mesures prises par Schroeder. Comme quoi, je me demande si le patronat n'est pas plus à l'aise avec la sociale démocratie qu'avec la droite revendiquée. Et cela n'empêche nullement les allemands de continuer à plébisciter tous ces parangons de la finance lors des élections.

Comme en France, le modèle, c'est l'Allemagne, Macron, au service de l'oligarchie financière, a bien compris tout le profit qu'il peut tirer en prenant des mesures identiques, car les gens ont l'oeil rivé sur le courbe du chômage de catégorie A, et seulement celle-ci.

J'ai bien peur que ça ne l'empêche pas de gagner les prochains scrutins. Il y aura juste peut-être une abstention grandissante, ce dont il se moque comme de sa première chemise. Comme à gauche, on passe son temps à fustiger le candidat qui peut renverser la table (suivez mon regard), ce n'est sans doute pas demain qu'on aura des jours meilleurs. Pendant ce temps, à droite (PS, LR, LREM, FN), ils votent eux, et nos querelles les font bien rigoler.

J'aimerais tant me tromper...

Seules la modification du comptage et les radiations font baisser le nombre de demandeurs d'emploi.

Dans le cas de plusieurs petits employeurs sur des prestations courtes, pôle emploi est prompt à interpréter en fraude les versements désordonnés et régularisation effectués dans une période sans ouvrage. Obtenir ses allocations de chômage est un sport de combat energivore.

Elections législatives de 2017 : CASTANER (en conclusion d'un débat à Sisteron) lance à ses opposants "Vous regardez dans le rétroviseur, nous regardons vers le 21 ième siècle"

En le saluant lorsqu'il part, je lui dis "Pour les travailleurs, dans le rétroviseur, vous les faites regarder vers le 19 ième siècle !" Il a ri.... Il avait sans doute raison, j'ai terminé dernier.... derrière les "animalistes"

Mais rira bien qui rira le dernier....

Incroyable nos hommes politiques ne connaissent pas le désastre commis par cette lois en Espagne imposé par Bruxelle je rêve

ce type de plan n'est pas nouveau il change simplement de nom c'est tout !!! 

il y a une quinzaine d'années voir plus dans une grande société aéraulique cela s'appelait ADV (aide au départ volontaire) .

En tant que syndicat nous n'avons pas eu le temps de nous  retourner, pour une certaine somme et en étant volontaire pour un petit nombre, pour   le plus grand nombre d'entre eux ils ont subit des pressions, la direction avait fait son oeuvre  et jouer les fossoyeurs dans tous les secteurs de la société, les responsables de services allaient voir directement  les salariés et leur mettait la pression pour qu'ils partent !!!! 

Tout ça pour dire que c'est un éternel recommencement et que ceci porte un nom (un plan de licenciement déguisé)

pour la petite histoire, pour certains vrais volontaires, un nombre important, ils se sont mordus les doigts et se sont retrouvé à l'ANPE .

Quand je pense que certains journalistes ont mis Macron au pouvoir notamment à gauche enfin on peut en douter le faite d'être à gauche !!! 

Ceux qui vont se retrouver à la rue et sans boulot grâce aux ordonnances vous remercient . 

L'augmentation de 1,7% de la CSG (soit 6.6+1.7=8.3%) sur les retraites et mise en oeuvre au 1er Janvier 2018 pour financer l'assurance chômage aura donc servit à ça.

Le Medef aura donc réussi ce tour de passe-passe de faire financer ses objectifs de turn-over dans les entreprises par la caisse d'assurance chômage. Nouveauté: une assurance indemnise donc un dégât provoqué sciemment et indépendamment du risque qu'elle est censée couvrir: le licenciement. Si t'as pas fait ENA seconde langue tu peux pas comprendre.

Pour aller plus loin, les retraités devraient déclarer cette somme rondelette dans la case "Dons aux Oeuvres. " Car les soins prodigués à ce Medef sont au delà de ceux à nos pauvres ou de nos monuments. Ceci dit il ne serait donc pas souhaitable que l'Etat abonde ce don... Je ne suis d'ailleurs pas certain que les oboles au "Bénévolat du Coeur" aient du succès. 

Si tous les anciens se retrouvent au chômage de bonne heure c'est un autre tour de passe-passe pour ne pas les mettre à la retraite ou plutôt ne pas contredire l'Europe de reculer l'âge de la retraite. 

Ces gens qui jouent avec nos vies sont décidément tordus.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Mise à jour, 9 janvier - 23h50 : Dans un communiqué, Pimkie sous-entend qu'elle renonce à la rupture conventionnelle collective.