Retraite: la porte ouverte aux fonds de pension

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le débat public français, d’innombrables tabous ont déjà été engloutis sous les vagues successives du néolibéralisme à l’anglo-saxonne : l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) a été supprimé ; le Smic a été malmené ; les privatisations ont avalé jusqu’à certains services publics ; le livret A ne protège plus l’épargne populaire… Mais ce séisme n’avait pas encore atteint un ultime domaine, celui des systèmes de retraite, qui est, avec l’assurance maladie, l’un des piliers du modèle social français.