A la com’ du département de l’Hérault, le président minimise la souffrance au travail

Par Prisca Borrel

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ces dernières semaines, l’atmosphère est électrique dans les couloirs de la « Dircom ». Fin février, épaulé par les cinq syndicats de l’institution, des agents du service compilent tout un tas d’anecdotes accablantes dans un « Registre SST » (Santé et sécurité au travail), destiné à pointer le management toxique dont ils sont victimes. Habituellement voué à relever des problèmes d’ordre technique, ce document va alors faire office de cri d’alerte.