La peur de Donald Trump s’estompe rapidement sur les marchés financiers

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mardi, une dernière note de la Deutsche Bank avertissait ses clients : un scénario semblable au Brexit n’est pas à exclure pour les élections américaines, prévenait-elle, même si elle penchait toujours pour une victoire d’Hillary Clinton. L’avertissement a à peine été entendu. Pour Wall Street et tous les milieux financiers internationaux, la victoire d’Hillary Clinton était acquise. Tous les sondages l’assuraient : la candidate démocrate allait l’emporter sans difficulté face à Donald Trump. Lundi, la bourse de New York gagnait encore plus de 2 %, après que le FBI eut annoncé l’arrêt de sa nouvelle enquête sur les emails de Clinton. Et puis… comme lors du référendum britannique de juin, la planète financière s’est trouvée totalement prise à contrepied.