La BCE ou le paradigme perdu

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour la première fois depuis le début de son mandat en 2012, « super Mario » a déçu le monde financier. Le président de la Banque centrale européenne n’a pas répondu aux attentes des financiers. Tous jugent les nouvelles mesures annoncées par la BCE, jeudi 3 décembre, « décevantes », « insuffisantes ». La sanction a été immédiate : le jour même, l’euro a gagné plus de trois centimes face au dollar, le plus fort changement dans une journée depuis 2009. La chute combinée des actions, des obligations, du dollar ce jour-là a été la plus sévère depuis 1999, selon les observateurs financiers.