Dans le Nord, le partenariat public-privé s'étend au placement des enfants mineurs

Par Elsa Sabado

Exsangue, le conseil départemental du Nord va faire appel à des investisseurs privés pour financer une association de protection de l'enfance. Si elle tient ses objectifs, fixés par un « contrat à impact social », la collectivité la remboursera, avec intérêts. Le nombre de placements des mineurs doit-il être fonction des intérêts d'investisseurs privés ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce 4 avril 2017, dans le public du « grand débat » de la présidentielle, il est au premier rang des soutiens d'Emmanuel Macron, costume bleu, col amidonné, barbe taillée, lunettes cerclées, belle montre au poignet… Avec son look de cadre dirigeant, Christophe Itier a commencé sa carrière dans le public. « Avant d'être “chassé” par Deloitte, un cabinet d'audit, parce que je savais parler la langue des collectivités », raconte-t-il. Il conseille alors les associations en difficulté. Dont La Sauvegarde du Nord, un poids lourd du département, qui fut dirigée autrefois par Pierre de Saintignon, actuel premier adjoint à la maire de Lille… « Une fois l'audit de La Sauvegarde terminé, le conseil d'administration m'a dit : “Tiens, on te donne les clés de la maison pour appliquer toi-même les conseils que tu nous a donnés” », dit-il. C'est ainsi qu'en 2010, Christophe Itier est devenu le directeur de La Sauvegarde du Nord.