Etats-Unis: les succès mitigés des nouvelles formes syndicales

Par

À travers le combat des salariés américains de Walmart et celui des travailleurs des fast-foods pour un meilleur salaire, le chercheur Mathieu Hocquelet décrypte les mutations du syndicalisme à l'américaine, tenté par l'organizing, pour rattraper les bastions de travailleurs pauvres du pays.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Et si c'était des États-Unis que venait le salut du syndicalisme français ? Depuis plusieurs années, les grandes fédérations syndicales états-uniennes empruntent la voie de l’organizing, bien loin de leur mode d’action traditionnel, pour tenter de mobiliser les millions de travailleurs pauvres du pays, jusqu’ici passés au travers des mailles du filet. Avec plus ou moins de succès, comme l’explique Mathieu Hocquelet, sociologue français installé à Berlin, qui a étudié l’implantation de l’association Our Walmart au sein du géant américain très critiqué de la distribution (sa présence au sein du conseil d'administration de l'entreprise, de 1986 à 1992, continue d'être reprochée à la candidate Hillary Clinton), ainsi que le très médiatique mouvement Fight for 15 $, qui lutte pour l’augmentation du salaire minimal aux États-Unis. Il est l’auteur d’un article publié dans la dernière édition de la revue de l'Institut de recherches économiques et sociales (IRES).

Action d'Our Walmart devant un magasin aux États-Unis en 2016 © Reuters Action d'Our Walmart devant un magasin aux États-Unis en 2016 © Reuters

Mediapart : Mathieu Hocquelet, vous vous êtes intéressé à Walmart, qui est l’archétype de la grosse société américaine. Cependant, l’entreprise elle-même a connu des changements dans sa manière d’aborder les salariés et donc le syndicalisme ?

Mathieu Hocquelet : L’entreprise cultivait, jusqu’à la mort de son fondateur Samuel Walton à la fin des années 1990, une certaine proximité entre le management et les employés, avec la politique dite de « la porte  ouverte », où le salarié pouvait parler en « face-à-face » de ses problèmes avec son supérieur, son chef de rayon, son chef de magasin… Mais à la fin des années 1990, Walmart s’est beaucoup développé, a commencé à s’implanter autour des grandes villes, et les premiers scandales sont arrivés. L’entreprise devient « LA » multinationale au centre des critiques, sur la qualité des produits, sur les importations de Chine, etc. Finalement assez peu sur le travail lui-même, même si ça commence à sortir. L’entreprise s’en soucie, car tout cela lui coûte cher sur le plan de l'image. Donc, il y a tout un processus de rationalisation du management, mais aussi de la communication et des relations publiques, qui se met en place.

L’antisyndicalisme est cependant une constante dans l’entreprise, quelle que soit l’époque ?

Sam Walton, dès le départ, diffuse l’idée selon laquelle il s’agit d’une famille, ce qui peut paraître paradoxal quand on connaît le niveau de contrôle dans l’organisation et de centralisation des données de cette entreprise. Or, en famille, il n’y a pas besoin de syndicat. Ce qui est paradoxal, c'est que la direction de Walmart, dans sa critique des syndicats, reprend des éléments contre le « syndicalisme d'affaires » qui sont utilisés par les tenants d'un syndicalisme de « mouvement social » depuis les années 50.

Un « syndicalisme d’affaires », c’est-à-dire ?

Les relations professionnelles aux États-Unis sont très décentralisées ; vous pouvez avoir une antenne locale d’une grande fédération qui va se focaliser sur quelques chaînes de magasins. Là, les employés vont être syndiqués et chacun va devoir payer une cotisation. Mais le syndicat va alors rester centré sur ces entreprises qui connaissent des conditions de travail et d’emplois vraiment différentes de celles des entreprises non syndiquées. Donc, durant des années, UFCW, c’est-à-dire le principal syndicat dans le commerce, la grande distribution et l’agroalimentaire, s’est concentré sur de grandes enseignes régionales, sans se préoccuper de Walmart. Jusque dans les années 1990, au moment où justement Walmart s’implantait dans la banlieue des grandes villes américaines (Chicago, New York, Los Angeles…), des villes qui sont des bastions de l’UFCW. La fédération a commencé à mener des campagnes très critiques vis-à-vis de l’enseigne, ce qui a coïncidé avec des plans de restructuration conduits en toute discrétion par les magasins.

Mais, hormis ces campagnes, il n’y a jamais eu véritablement de syndicats implantés chez Walmart. La tentative la plus connue est celle du magasin de Jonquière au Québec, où les employés mobilisés étaient suffisamment nombreux pour organiser des élections. Ce que voyant, Walmart a tout simplement fermé le magasin [une bataille judiciaire a opposé jusqu’en 2015 les ex-salariés et Walmart, qui s'est conclue par une simple compensation financière – ndlr].

Il s’agit donc d’un double mouvement, à la fois une politique antisyndicale radicale comme le montre l’exemple précédent du Québec et une critique plus insidieuse du syndicalisme à l’américaine, inopérant vis-à-vis des salariés ?

Oui, cette critique des syndicats est surtout présente en interne. Par exemple, aux États-Unis, dans les salles de pause, Walmart peut diffuser des messages vidéo antisyndicats, insistant sur le fait que ces derniers en veulent simplement à l’argent des salariés, que ce sont des organisations qui n'ont aucun pouvoir dans l'entreprise, laquelle serait un lieux harmonieux où les décisions seraient prises conjointement par les salariés et la direction. Au siège de l’entreprise situé dans l’Arkansas, il y a une soixantaine d’avocats spécialisés dans les questions syndicales qui sont très vigilants quant à son potentiel de développement, tant au siège que dans les magasins. Chaque manageur qui entend ou croit entendre parler de syndicat prévient directement les cadres exécutifs du groupe. Les moyens mis sur la table sont très importants.

Comment, dans ce contexte tendu, apparaît l’initiative Our Walmart et quelle est sa spécificité par rapport à un fonctionnement syndical classique ?

Our Walmart est une association de type 501, à but non lucratif. L’idée est de contourner le droit du travail américain qui est plutôt défavorable aux salariés. Il faut bien comprendre que les syndicats font face au plus gros employeur mondial, comptant plus de 4 000 magasins aux États Unis, et qui a mis en place des relations professionnelles extrêmement décentralisées. L’idée même d’élire un syndicat dans tout le pays à travers tous les magasins est impossible. Il faudrait obtenir plus de 50 % des votes dans les magasins, organiser une élection, et même si l’élection a lieu et que les salariés choisissent par exemple le syndicat UFCW, le droit du travail américain précise qu’il faut que l’employeur négocie avec ce syndicat de « bonne foi ». En réalité, l’employeur n’a aucune contrainte, donc, s’il refuse durant un an de négocier avec le syndicat, ces élections sont annulées et tout le processus est à recommencer.

Ce qu’a donc mis en place UFCW est un système d’associations, ce qui lui permet de contourner le droit du travail, et de mener des grèves ou des actions. Ces associations visent à démarcher des employés pour que ces derniers deviennent des leaders. Ils sont formés au droit du travail, formés au règlement de l’entreprise pour se défendre individuellement et collectivement, notamment sur la question de la propriété privée. Il faut savoir, par exemple, que les syndicats ne sont pas autorisés à entrer chez Walmart, ni même à démarcher sur les parkings, ce qui donne donc des situations assez cocasses sur le plan de la mobilisation.

Donc ces salariés sont membres de Our Walmart mais pas forcément syndiqués chez UFCW, c’est bien ça ?

Tout à fait. Le montant de l’adhésion, au moment où j’observais le mouvement, était de 5 dollars par mois quand le syndicat en demande 60 dollars ailleurs dans la grande distribution.

C’est donc une différence d’organisation mais aussi de travail syndical ? Sans négociation stricto sensu dans l’entreprise, mais plutôt avec des formes d’interpellations médiatiques, éventuellement des débrayages ?

Oui, c’est tout à fait ça. Il s’agit de convaincre le public de se joindre au mouvement. Informer, rassembler, mobiliser les militants qui pourraient se joindre à ces protestations. Lors d’une manifestation autour du Black Friday [jour de soldes – ndlr] en 2013 à Chicago, il y avait 80 personnes pour manifester devant deux ou trois magasins de la ville et seulement 5 employés au milieu des activistes. Ce qui peut surprendre, mais en même temps Walmart avait ce jour-là réquisitionné 90 % de sa main-d’œuvre.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale