Des économistes «atterrés» mais très convaincus

Début septembre, une poignée d'économistes lançaient un manifeste pour dire qu'après la crise, on ne pourra pas reprendre les mêmes doctrines et les mêmes fausses évidences. Plus de 1.200 signataires les ont déjà rejoints. Compte-rendu de leur première rencontre publique à Paris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Atterrés! Ils n'ont pas trouvé d'autre mot quand, incrédules, ils ont vu ce qui se passait au moment de la crise grecque: l'absence de solidarité en Europe, les tergiversations des Etats, les mesures d'austérité imposées partout en Europe. «Nous étions très surpris qu'après l'effondrement de Lehman de voir qu'on en était revenus deux ans après aux mêmes modèles qui avaient conduit le système au bord de l'effondrement. La sphère financière, sauvée par les Etats, imposait à nouveau des réformes structurelles, des ajustements brutaux aux populations. Toutes ces mesures ont été prises sans réflexion, sans mesurer les risques, sans remise en cause», explique Philippe Askenazy, directeur de recherche au CNRS.