Les méthodes obscures de l’investisseur chinois Jinjiang

Par

La reprise de deux sous-traitants automobiles par l’investisseur chinois Jinjiang a tourné au fiasco. Les deux entreprises sont en redressement judiciaire. Cela n’a pas empêché Bercy de donner son feu vert à une troisième reprise en octobre 2019. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lorsqu’ils franchissent les portes de la forge à Viviez, à la sortie de Decazeville (Aveyron), les transporteurs ne prêtent guère attention à ces deux poteaux blancs affalés sur la pelouse, contre une haie de lauriers. C’est au sommet de l’un d’eux que flottait un drapeau chinois, jusqu’au 10 décembre 2019 : « Quelques heures après l’annonce du redressement judiciaire, on a décroché le drapeau pour l’étaler sur le pare-brise du directeur général. M. Yun Xu l’a plié soigneusement, est retourné dans sa voiture et on ne s’est plus jamais parlé », raconte un salarié.