L’open space n’a pas dit son dernier mot

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nichée non loin de la place de Stalingrad à Paris, une halle Eiffel héberge, depuis 2008, des bureaux parmi les plus étonnants de la capitale. Sous la verrière se déploient des plateaux surélevés en chêne massif, plantés de ficus. Chacun des neuf postes de travail est identifié par une demi-bulle de Plexiglas de 1,8 mètre de diamètre, qui rappelle les anciennes cabines téléphoniques. Les salariés travaillent ensemble, mais isolés les uns des autres.