Vers une privatisation partielle de l'indice des prix

Par
Vent de colère à l'Insee. D'abord, la délocalisation à Metz, imposée par Nicolas Sarkozy, tourne à la farce. Ensuite parce qu'un projet de privatisation de la fabrication de l'indice des prix, sous influence de la grande distribution, menace l'indépendance de la statistique publique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) vit décidément des jours tourmentés. Menacé par un projet de délocalisation à Metz qui vise en réalité à le démembrer, l'Institut est de surcroît confronté, en interne, à une autre réforme, qui alimente beaucoup de controverses, car elle porte sur une refonte de la procédure de fabrication de l'indice des prix. Au cœur de ces deux confrontations, un même enjeu : la défense de l'indépendance de l'institut et donc de l'honnêteté des statistiques publiques qu'il produit.