La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’heure de rédiger slogans et pancartes, il est des manifestants qui ont dû bénir Emmanuel Macron. Car c’est le président lui-même qui a donné le ton de cette première journée nationale de manifestations partout en France contre sa réforme du droit du travail, ce mardi 12 septembre. Vendredi 8, il avait déploré à Athènes que « la France n'est pas un pays qui se réforme », et proclamé qu’il ne céderait « rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes ». Piqués au vif, les manifestants ont relevé le gant et rivalisé d’imagination pour renvoyer l’opprobre au président.