Maurice Allais ou l'infortune d'être né Français

Par
Prix «Nobel» d'économie en 1988, et le seul Français à ce jour, Maurice Allais est décédé le 9 octobre, à l'âge 99 ans. Physicien reconnu, économiste accidentel mais prolifique, Allais n'aura pas été prophète en son pays, malgré une inspiration tardive, et plutôt discutable, revendiquée par Nicolas Sarkozy. Parti pris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ceci n'est pas un hommage à Maurice Allais. Pour cette prestation convenue, on se référera à la présidence de la République, qui s'est chargée d'annoncer au monde le décès, à 99 ans, du seul Français ayant obtenu le prix Nobel d'économie (qui n'est pas un prix Nobel), selon la formule consacrée. Ou à la supposée ministre des finances Christine Lagarde, au nom de laquelle les services de communication de Bercy ont rédigé un communiqué de plus, parmi la demi-douzaine quotidienne. Et encore à la mélancolique ministre des universités Valérie Pécresse, qui a fait part de sa «très grande tristesse». Sniff ! Et pour les oraisons funèbres documentées, nous comptons sur ceux qui, sans avoir nécessairement lu les quelque 90 ouvrages et contributions dus au prestigieux défunt, se sont servis de cette présence (et désormais absence?) tutélaire pour concocter leur frichti anti-mondialiste (personne chez les mille et quelque économistes «atterrés atterrants»?).