Mittal pensait à fermer l'usine de Gandrange dès 2005

Par

A Gandrange (Moselle), les salariés d'ArcelorMittal attendent de connaître leur sort. Leur patron Lakshmi Mittal, semble décidé à fermer la moitié de l'usine, comme il l'a annoncé en janvier. Mais des repreneurs sortent peu à peu du bois. Leur constat : le site peut-être viable, à condition d'investir dans l'outil et la formation. Selon notre enquête, le groupe Mittal a interrompu tout investissement significatif dans l'usine et envisageait même de fermer une partie de l'usine depuis la fin de l'année 2005.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.


Guerre des nerfs à Gandrange. Le 13 mars, lors d'une conférence de presse préparée dans le plus grand secret, la CFDT et la CFE-CGC d'ArcelorMittal ont présenté leur contre-projet. Le rapport, rédigé par un expert-comptable proche de la CFDT est accablant pour la gestion du groupe Mittal, qui possède l'usine depuis 1999. Sa conclusion : le groupe n'a quasiment pas investi. La direction d'ArcelorMittal a jusqu'au 3 avril pour répondre à ces observations.