Jours sans fin dans l’abattoir fantôme

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«C’est arrivé le vendredi 29 mars. La direction nous a dit que ça s’arrêtait le 1er avril. » Deux semaines plus tard, les 25 salariés en CDI sont en chômage partiel, et sans espoir. La préfecture a retiré l’agrément sanitaire de l’établissement et l’exploitant de l’abattoir a indiqué ne pas pouvoir réaliser les investissements nécessaires à la remise aux normes sanitaires.