Chez Egis, la Caisse des dépôts copie les pratiques des fonds vautours

Par

Contrôlant 75 % du groupe d’ingénierie Egis, la Caisse des dépôts (CDC) impose à l’entreprise de distribuer à ses actionnaires 82,7 millions d’euros en dividendes, soit 100 % de ses bénéfices de 2019 et 2020. D’ordinaire, seuls les fonds rapaces siphonnent à ce point-là la richesse créée par les sociétés qu’ils contrôlent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sans se concerter – c’est la magie du participatif –, de nombreux salariés du groupe d’ingénierie Egis ont adressé, ces derniers jours, à Mediapart la même alerte : son actionnaire principal, la Caisse des dépôts et consignations (CDC), qui contrôle 75 % du capital de l’entreprise, lui a imposé de verser à ses actionnaires en 2021 la somme de 82,7 millions d’euros en dividendes, soit 100 % du bénéfice net que la société a enregistré au cours des exercices 2019 et 2020. Cette décision doit être votée par l’assemblée des actionnaires du groupe Egis, prévue jeudi 15 avril.