L'honneur de la Commission de déontologie encore à l'épreuve

Par

Fortement discréditée lors de l'affaire Pérol, la Commission de déontologie de la fonction publique se réunit jeudi pour statuer sur le cas de Jean-Paul Faugère, qui est pressenti pour prendre la présidence de CNP Assurances. Problème : il a usé de sa fonction de directeur de cabinet de François Fillon pour imposer à la société un calendrier favorable... à sa propre promotion !

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Commission de déontologie de la fonction publique, qui s’était très largement discréditée en 2009 lors du passage de François Pérol, à l’époque secrétaire général adjoint de l’Elysée, à la présidence des Caisses d’épargne et des Banques populaires, va connaître jeudi 14 juin une nouvelle épreuve. Elle doit en effet rendre un avis sur le cas de Jean-Paul Faugère, l’ancien directeur de cabinet de François Fillon à Matignon, qui est pressenti pour prendre la présidence de CNP Assurances, mais qui, s’il obtient le poste, pourrait avoir enfreint les règles du code pénal qui encadrent le pantouflage. D’où un grave dilemme pour la Commission de déontologie : va-t-elle encore une fois piétiner les règles légales et éthiques qu’elle est censée garantir ou va-t-elle enfin faire son office ?