L’effet boomerang du sauvetage de Banco Popular

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Il était temps de commencer à balayer et à détruire cette monstruosité que représentent les Hedge fund. Et aussi grand temps de faire payer les actionnaires pour les énormes conneries de gestion au sein des établissements bancaires ! Espérons que ce ne soit qu'un début...

En d'autres termes: "Cap au pire !"

(Pô grave, ça dure depuis 2008...)

Un petit cours style "la banque pour les nuls" serait bienvenu!!!tongue-out

Ce serait tellement long, tellement "sémantique".

Une petite présentation (moins de 11 minutes)

Comprendre la dette publique (en quelques minutes) © MrQuelquesMinutes

Tiens, voila ressortie cette petite vidéo à l'origine obscure mais qui fait le miel de l'extrême droite, des libertariens et de tous les internautes qu'ils abusent, ils sont prompts à dénoncer les soit-disant excès de la finance, les banksters, pour en fait espérer sauvegarder la valeur du capital, le bon capitalisme de papa, celui de la barbarie de 14/18... Le monopole de l'acier, du ciment, du verre, etc. les laissent de marbre...Ce qu'en disait une amie économiste, mais des articles entiers de dénonciation ont été publiés... Rien n'est pire que l'ignorance volontaire...

Entendre un discours inepte n’a rien à voir avec le fait de le voir écrit. Je n’y ai accordé que peu d’importance à la première écoute, et à la seconde écoute, je me suis demandée ce que c’était que ce fatras. Un principe : lire les textes ! et non pas écouter des discours.

Je ne peux même pas comprendre comment des profs du secondaire n’ont pas fait paraître des rectificatifs à ce tas de sottises. Le type qui a écrit cela est un falsificateur, un faiseur. On pourrait même croire à une plaisanterie.

Mais l’important est de savoir pourquoi cela a été écrit et quel but est poursuivi.

Au travers de clichés, de stupidités et d’appel au « bon sens » (exemple : la masse monétaire représente la valeur des marchandises ; la monnaie scripturale en circulation représente la monnaie fiduciaire en caisse chez les banquiers… !) il s’agit de justifier les politiques actuelles de l’Europe, qui visent à limiter au maximum les emprunts d’Etat à la BC, de justifier l’indépendance totale de la BC, de justifier la chasse à la dette publique, de réduire l’Etat à son seul rôle policier…. C’est donc une entreprise néolibérale

S’agit-il de s’en prendre aux banques, c’est tellement confus, que je me le demande.

Le raisonnement est hors capitalisme. Les notions employées ne sont pas comprises et sont totalement hors contexte économique et historique.. Le rôle de la monnaie en système capitaliste n’est pas compris. La question de la convertibilité est ignorée. La rupture fondamentale entre différentes façons d’exister pour la monnaie ne date pas du traité de la Jamaïque (1976 et non 1973), mais de la guerre de 1914, qui a détruit définitivement la convertibilité entre les monnaies de papier et les monnaies de métal précieux, et qui a ouvert une immense période d’instabilité monétaire, ainsi que l’inflation comme mode d’être du capitalisme.

La suite selon demande...

  • Nouveau
  • 13/06/2017 21:37
  • Par

Merci de faire cette veille journalistique et pédagogique sur un des piliers du système économico-financier. Les prochains chômeurs seront ils les employés et cadres des banques?

Quand ferez vous un zoom sur la Grèce?

Je ne comprends jamais rien à ces histoires financières.

Mais votre conclusion est limpide car écrite en langue française et pas en jargon Manhattan-City:

"La situation, certainement espérée par les financiers, sera alors exactement l’inverse de ce qui est censé être recherché par la nouvelle régulation bancaire européenne, des leçons censées avoir été tirées de la crise financière de 2008. Les États seront à nouveau au premier rang s’il faut sauver une banque."

Manhattan-City ne seraient-ils pas entrain, avec l'aide de Jupiter, à nous mettre Pluton dans l'Uranus ?

"Les hedge funds ont investi massivement dans ces titres, qui leur semblaient avoir toutes les qualités : des rendements très élevés pour un risque nul"

Voila résumé le modèle économique des banksters.

Heureusement il y a Macron pour réguler tout çà.

Nen je déconne !

Pas facile à lire mais très intéressant. Merci.

La chute de Popular montre la faiblesse d'un système bancaire espagnol bien isolé. Santander ne passe pas depuis des années les stress test américain ... Le nettoyage des créances n'est pas terminé et l'Etat espagnol sera certainement appelé à intervenir de nouveau. Quelle banjque étrangère est elle active en Espagne ?
  • Nouveau
  • 14/06/2017 00:42
  • Par

Quelqu'un connait-il l'avis de M. Nauleau (Naulot?) sur ce sujet précis ?

gagné exactement ce que j'avais projeté à partir du précédent article sauf que c'est dans la stratégie financière de créer des fusions afin qu'elles soient tellement importantes que l'état se porte garant et non pas la conséquence fortuite de logiques de dominos

à moins qu'écrire soit de prendre le risque d’être lu

C'est le propre d'un spéculateur d'espérer des crises pour en tirer profit. Le capitalisme a donc besoin de créer des crises . Cependant entre 1929 et 2008 il s'est écoulé 80 ans . Aujourd'hui je pense qu'aucun habitant de cette planète n'acceptera une deuxième fois de passer à la caisse  après des années de discours libéraux et d'austérité.

"aucun habitant de cette planète n'acceptera une deuxième fois de passer à la caisse", avec une bonne campagne de publicité (de propagande), les habitants acceptent tout, y compris d'avoir 1% de la population contrôlant la majorité de la richesse produite pas les autres.

Les habitants acceptent la fluidité du "marché" du travail, acceptent que les lois d'exceptions soient inscrites dans les lois ordinaires.

Le message de madame Orange n'est pas clair. Préconise-t-elle vraiment que l'on revienne au système précédent où les états sauvaient les banques de leurs errements, voire, malhonnêteté ?

 Ce qui arrive à Banco Popular est un "wake up call" salutaire. Laissons celles qui n'ont pas les ratios convenables et ne peuvent se re-capitaliser disparaitre. On peut parfaitement éviter qu'une banque devienne systémique par une régulation appropriée.

 

France en faillite France en faillite
La réalité économico-financière des états européens en particulier, Allemagne incluse, nous est cachée par les médias dominant pour éviter le rachat des assurances-vie et la prise de conscience par le citoyen moyen , que les fonds de retraite ne couvriront jamais plus les retraites des « jeunes » qui les abondent

En en prime, toujours pour trompe,  les grandes banques trafiquent le cours  de l’or à partir des EFT qui ne valent rien afin de sauver la face du dollar et de l’euro.

Fréquentez des sites non conformistes tel 24 Heures Gold qui vous aideront à protéger vos économies aussi modestes soient-elles.

Où l'on peut estimer à sa juste valeur deux points :

-la trahison objective des politiques de droite ET de "gauche" qui ont permis d'instaurer des lois légalisant un brigandage bancaire généralisé et quasi universel.

-le souci de l'intérêt général de la sphère financière


Cordialement.

Les experts qualifient la faillite de la Banco Popular et son rachat pour 1€ d'effet Lehmann.

Serait-ce l'étincelle qui va déclencher la prochaine çrise financière mondiale ?

L'effondrement de Lehman Brothers n'est pas la cause de la crise de 2008 mais une de ses premières conséquences.

 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale