BCE: qu'est-ce la «normalité» pour une banque centrale?

Par
L'appel est pratiquement unanime, tout du moins en France, pour que la Banque centrale européenne devienne enfin une banque centrale «normale»! C'est-à-dire qu'elle se transforme en prêteur en dernier ressort pour des Etats endettés. Mais est-ce vraiment normal? Et l'accord européen dit de «Merkozy» n'est-il pas qu'une gesticulation supplémentaire? Analyse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La «normalité» est à la mode en Europe, en France tout spécialement. S'il est élu en mai prochain, François Hollande promet aux Français une présidence de la République «normale», ce qui compte tenu de la nature aberrante des institutions de la Ve République, relèverait du miracle. En attendant qu'il se produise, une touchante unanimité, couvrant pratiquement tout le spectre des idéologies, s'exprime en faveur d'une Banque centrale européenne qui deviendrait enfin «normale» en acceptant de faire les fins de mois des Etats souverains de la zone euro que leur impéritie chronique a conduits dans une impasse budgétaire.