menu.journal.Économie Brève

Le site de Florange serait l'un «des plus rentables» d'Arcelor, selon la CFDT

Le site sidérurgique de Florange (Moselle) est l'un « des plus rentables » du groupe ArcelorMittal parmi ses sites dans le nord de l'Europe, a affirmé la CFDT mercredi soir, en s'appuyant sur un document interne du groupe dont elle a eu copie. Ce dernier compare les coûts de production de l'acier à la tonne produit par les sites d'Arcelor-Mittal à Florange, Gand, Dunkerque, Liège et Brême.

La rédaction de Mediapart

13 décembre 2012 à 08h22

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Le site sidérurgique de Florange (Moselle) est l'un « des plus rentables » du groupe ArcelorMittal parmi ses sites dans le nord de l'Europe, a affirmé la CFDT mercredi soir, en s'appuyant sur un document interne du groupe dont elle a eu copie. Ce dernier compare les coûts de production de l'acier à la tonne produit par les sites d'Arcelor-Mittal à Florange, Gand, Dunkerque, Liège et Brême.

« On voit effectivement sur les courbes que Florange fait partie des sites les plus rentables, aussi rentable que Gand et Dunkerque, a déclaré Édouard Martin, délégué syndical CFDT du site. Ce ne sont pas les syndicats qui le disent mais la direction elle-même », a-t-il ajouté.

D'après Le Républicain lorrain de jeudi 13 décembre, qui a pu consulter ce document, « en mai 2011, juste avant l'arrêt du haut-fourneau (de Florange) le coût de la bobine à chaud est équivalent à celle de Dunkerque ». Déduction faite d'un surcoût lié au transport, « Florange est au même niveau que Gand, le meilleur élève de la classe ArcelorMittal », ajoute le quotidien, précisant que le document était « une simple feuille A4 ». France-3 Lorraine a également publié mercredi soir sur son site internet un graphique issu du même document.

Le groupe ArcelorMittal a répliqué qu'il ne s'agissait pas d'« un document officiel », sans commenter son contenu. Jeudi, la direction doit présenter aux représentants de salariés une « décomposition détaillée » des engagements pris auprès du gouvernement, notamment pour le site de Florange, lors d'un comité central d'entreprise extraordinaire.

Début octobre, ArcelorMittal avait estimé qu'il fallait « se résoudre à l'idée que la phase liquide de Florange ainsi que sa production de brames ne sont plus compétitives dans le contexte de fortes surcapacités européennes ». « L'excuse invoquée par M. Mittal du manque de compétitivité de Florange ne tient pas », souligne désormais Édouard Martin.

La rédaction de Mediapart


18 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne