Caisses d’épargne: le diagnostic sévère de Sud

Par

Avec d'autres syndicats, le syndicat Sud est à l'origine des nombreuses procédures judiciaires qui embarrassent la direction des Caisses d'épargne et son nouveau président, François Pérol. Deux de ses responsables dressent un diagnostic sévère. Ils s'indignent aussi de «l'affaire Sémillon»: la banque a perdu plus de 450 millions d'euros en 2006 et 2007, dans un montage financier qui n'a été révélé que récemment.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avec d'autres syndicats, dont la CGT, le syndicat Sud est à l'origine des très nombreuses procédures judiciaires qui embarrassent la direction des Caisses d'épargne et particulièrement son nouveau président, François Pérol. Recours contre la fusion Caisses d'épargne-Banques populaires pour défaut d'information ; recours contre François Pérol lui-même pour prise illégale d'intérêt ; recours au sujet de primes d'intéressement qui auraient été sous-estimées : les dossiers sont si nombreux que Mediapart a proposé à deux des responsables du syndicat, Jean-François Largillière, qui est secrétaire général de Sud Caisses d'épargne, et Patrick Saurin, qui est membre de l'exécutif national du syndicat et le représentant des salariés au Conseil d'orientation et de surveillance de la Caisse d'épargne d'Ile-de-France, de donner leur diagnostic de la situation. Comme on le verra dans l'entretien vidéo ci-dessous, il est sévère.