Une fois n'est pas coutume, le rapport sur la réforme du système monétaire international que Michel Camdessus, ancien directeur général du FMI, présentait à la presse, à quelques jours de la réunion à Paris du G20 des ministres des finances et gouverneurs des banques centrales, n'est pas une commande du chef de l'Etat à ce retraité hyperactif. C'est tout aussi bien étant donné l'usage habituellement réservé à ces rapports officiels (le classement vertical) et le niveau extrêmement modeste en la matière des ambitions de la présidence française du G20. Non, «l'Initiative du Palais-Royal» est une contribution spontanée d'un club de «old boys», riches d'une expérience collective unique, et qui jugent en fin de compte que rien de consistant n'a été entrepris jusqu'ici pour s'attaquer aux causes profondes de la crise financière globale.