Finalement, «la perte triple A ne serait pas un cataclysme» (le gouvernement)

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après avoir «tout mis en œuvre» pour sauver le triple A de la France (François Baroin, fin novembre), après avoir estimé que le programme du PS «vaudrait à la France de voir sa note dégradée en deux minutes» (François Baroin encore, mais en octobre, devant l'UMP), après deux plans d'austérité censés rassurer «les marchés», changement de langage à la tête du pouvoir. Nicolas Sarkozy assure désormais que cette dégradation ne serait «pas insurmontable» et Alain Juppé «pas un cataclysme».