C’était en 2010. Hallucinés par ce qu’ils voyaient et entendaient, des économistes s’étaient retrouvés dans un collectif pour faire le constat de la crise financière de 2008 et essayer de comprendre les mécanismes fous qui avaient conduit le monde au bord de l’explosion économique. Ils avaient pris le nom d’atterrés, pour dénoncer les dogmes d’une science économique qui avait totalement dérivé, le catéchisme d’un néolibéralisme dont la faillite était patente.