PARIS (Reuters) - Le numéro deux de Renault, Thierry Bolloré, a démenti de nouveau jeudi que les voitures du groupe aient jamais été équipées de logiciel truqueur, en réaction à la publication d'extraits d'un rapport qui a conduit en janvier à l'ouverture d'une information judiciaire sur le constructeur.