article en préparation

Par
Prévues pour garantir la pluralité de la presse, les aides financières de l'Etat sont devenues un revenu indispensable à la survie des quotidiens nationaux. Aujourd'hui, à l'image du Monde, la presse quotidienne française engloutit des millions d'euros d'argent public mais ne s'est jamais aussi mal portée. Un journal peut-il et doit-il encore vivre sur les subsides de l'Etat?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2008, la presse française qui bénéficie déjà d'un taux de tva réduit de 2.1%, aura absorbé 284 millions d'euros d'aides publiques directes ou indirectes, contre 272 millions en 2007. Un chiffre impressionant qui recouvre une foultitude d'aides diverses et variées.