Autour du Smic, le clivage gauche-gauche

Par

Alors que François Hollande propose un petit coup de pouce dès cet été et une hausse modérée chaque année en fonction de la croissance, Jean-Luc Mélenchon promet un Smic à 1 700 euros brut dès mai 2012. Le salaire minimum est (re)devenu une ligne de clivage à gauche. Ce débat en préfigure beaucoup d'autres si François Hollande est élu président dans trois semaines.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En toute discrétion, François Hollande a changé d'avis. Le revirement est passé quasi inaperçu, le candidat socialiste à la présidentielle l'ayant habilement camouflé dans les circonlocutions de sa redoutable rhétorique. Mais il y a les faits. Même si l'idée avait été évoquée ces derniers mois par son entourage, la hausse du Smic ne figurait pas dans « l'agenda du changement » dévoilé par le candidat socialiste. Il y a une semaine encore, ses lieutenants n'évoquaient pas la possibilité d'un coup de pouce du salaire minimum après l'élection, alors qu'une telle hausse est souvent considérée, à tort ou à raison, comme un passage obligé de tout nouveau président.