Derrière le remaniement, Airbus s’enfonce dans la crise

Sous la pression des affaires de corruption, le conseil d’administration du groupe aéronautique a engagé un grand renouvellement de l’équipe dirigeante. Cet arbitrage, pris sous l’œil vigilant de Paris et Berlin, est censé mettre un terme à la guerre des chefs. Il risque au contraire d’aggraver les incertitudes au moment où Airbus est plus déstabilisé que jamais.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Ils avaient beau être avertis depuis plusieurs semaines, les salariés d’Airbus ne voulaient pas y croire. Jamais leurs dirigeants n’allaient oser poursuivre leurs règlements de compte, au moment où leur groupe est déstabilisé ; jamais le conseil n’allait permettre qu’Airbus s’enfonce dans une spirale mortifère. Vendredi 15 décembre, il leur a fallu pourtant se rendre à l’évidence : la folle auto-destruction d’Airbus s’accélère. Au petit matin, le groupe a confirmé les décisions adoptées au conseil d’administration de la veille. Tom Enders ne briguera pas un troisième mandat de président en 2019. Fabrice Brégier, directeur exécutif d’Airbus civil (aviation civile), va quitter ses fonctions en février 2018. C’est Guillaume Faury, patron de la division Airbus Helicopters (ex-Eurocopter) qui lui succédera comme numéro deux du groupe. « En résumé, celui qui fait le boulot, qui sort les avions tous les jours, est viré ; et celui qui est responsable de tout le merdier dans lequel se trouve Airbus, qui est même directement impliqué dans l’affaire Eurofighter en Autriche, reste », grince un ancien salarié toulousain toujours en contact étroit avec ses anciens collègues.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Asie
La Chine, le vrai pays de la « cancel culture »
L’arrivée au pouvoir de Xi Jinping il y a près de dix ans a été marquée par un durcissement du contrôle du débat public en Chine, en particulier sur les réseaux sociaux. Les critiques de la politique « zéro Covid » ou de la guerre déclenchée en Ukraine par l’allié russe viennent d’en faire les frais.
par François Bougon
France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Attentats du 13-Novembre : les grands entretiens — Entretien
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
L’affaire PPDA — Parti pris
L’affaire PPDA, ou tout le chemin qu’il reste à parcourir
L’affaire Patrick Poivre d’Arvor est symptomatique de la culture de l’impunité et de la tolérance sociale qui a longtemps prévalu, notamment dans les entreprises, concernant les comportements sexuels problématiques. Elle est aussi le reflet du chemin qu’il nous reste à parcourir.
par Lénaïg Bredoux et Marine Turchi

Nos émissions