Six milliards contre le chômage?

Par

Dans la foultitude des propositions avancées par les syndicats avant le sommet social de ce mercredi à l'Elysée, une émerge : l'idée de la CFDT de créer un «fonds d'investissement durable» de 6 milliards d'euros. Il permettrait de former des dizaines de milliers de salariés en chômage partiel, de protéger les jeunes non indemnisés par l'assurance-chômage, etc. Peu de chances que Nicolas Sarkozy reprenne intégralement la piste avancée par François Chérèque, car la CFDT propose de supprimer le bouclier fiscal, mesure phare des premiers mois de la présidence Sarkozy. Mais cette proposition a au moins le mérite de donner à réfléchir, alors que les plans sociaux se succèdent. Parti pris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

François Chérèque (lire notre entretien) est en position de force et il le sait. En temps de crise, le réformisme de la CFDT est un allié objectif pour un gouvernement contesté de toutes parts. Invité, comme les autres syndicats et les organisations patronales par le président de la République à formuler ce mercredi à l'Elysée des solutions sociales anti-crise, le secrétaire général de la CFDT a donc peaufiné ses propositions. Et dégainé il y a quelques jours un fort opportun fonds d'investissement de 6 milliards d'euros.