CIPAV : ce que la Cour des comptes ne dit pas

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans ses critiques et ses recommandations, le chapitre du Rapport général 2014 de la Cour des comptes consacré à la CIPAV, principale caisse de retraites des professionnels libéraux, est accablant puisqu’il dénonce « une gestion désordonnée », une gouvernance défaillante et « un service aux assurés déplorable ». Mais les magistrats de la rue Cambon, selon une tradition assez contestable, se gardent bien de désigner nommément ceux qu'ils jugent responsables de cette situation et d’en expliquer les origines.