L’offre d’Air France sur Alitalia divise l’Italie

Le conseil d'administration de la compagnie aérienne italienne a accepté, samedi 15 mars, l'offre de rachat présentée par Air France-KLM. Mais les conditions financières sont très dures. Si le gouvernement Prodi est prêt à les accepter, Silvio Berlusconi, qui veut remporter les législatives d'avril, hésite.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Cette fois est-elle la bonne ? Depuis bientôt près de sept ans, Alitalia discute régulièrement d’un rapprochement avec Air France. Le sujet a été à nouveau soumis, samedi 15 mars, au conseil d’administration de la compagnie italienne. Après plus de douze heures de débats, celui-ci a finalement accepté l’offre de rachat présentée par Air France-KLM. Une vente à «un prix soldé» titre Il Giornale, le quotidien appartenant à la famille Berlusconi, tandis que le quotidien économique Il Sole 24 Ore évoque «un oui douloureux». Tant les conditions financières sont dures. Sachant Alitalia au bord de la faillite, le groupe franco-néerlandais a fait une proposition sans concession, à prendre ou à laisser. Il offre de reprendre la compagnie aérienne par un échange de titres sur la base de 160 actions Alitalia pour une action Air-France –KLM. Cet échange valorise la compagnie italienne à 139 millions d’euros, soit une décote de 81% par rapport à son dernier cours de Bourse. Air France prévoit par la suite d’investir 1 milliard pour relancer la compagnie.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal