Stiglitz: «L'austérité en Europe est risquée»

Par et

Joseph Stiglitz s'inquiète des «failles» du Vieux Continent, des politiques «malencontreuses» d'austérité à l'absence de solidarité dans l'Union.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

A l'occasion de la sortie du Rapport Stiglitz, aux éditions Les liens qui libèrent, Joseph Stiglitz, ex-chef économiste de la Banque mondiale (1997-2000), prix Nobel d'économie en 2001, répond aux questions de Mediapart. En ces temps de rigueur budgétaire en Europe, il plaide, à l'inverse, pour une nouvelle relance: «Rien ne sert de se focaliser sur le déficit d'aujourd'hui, de demain ou de l'an prochain: il faut regarder le déficit à cinq ans», se justifie-t-il. Avant de prévenir: aucun des fondamentaux; à l'origine de la crise de la dette publique du printemps dernier, n'a disparu. L'ancien conseiller du président Bill Clinton (1995-1997) s'inquiète également des impasses du G-20, et présente ses propres pistes pour réguler la finance.
Que pensez-vous des mesures d'austérité prises en Europe depuis le printemps?

«Elles sont incroyablement risquées (...) L'économie pourrait même basculer à nouveau dans la récession.»

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

L'entretien s'est déroulé jeudi 16 septembre à l'hôtel Sheraton de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Nous avons extrait près de dix minutes sous forme de quatre vidéos et retranscrit la quasi-totalité du reste de l'entretien par écrit.

 

Le Rapport Stiglitz (300 pages, 21 euros) sort en librairie mercredi 22 septembre.