Les papetiers de Stora-Enso sombrent dans l'indifférence après deux ans de lutte

Par Pierre-Yves Bulteau et Mathilde Goanec

Ils ont travaillé sur la plus grosse fabrique de papier en France. Les 350 salariés du site de Stora-Enso, à Corbehem (Pas-de-Calais), ont mené une lutte sociale épuisante pour éviter le licenciement. Pris dans les chausse-trapes de l'ANI, promenés par le groupe finlandais, ils ont répondu en créant l’association Génération Ferdinand-Béghin, du nom du fondateur, pour tenter de sauver un site rentable.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Corbehem (Pas-de-Calais), de nos envoyés spéciaux.-  C'est une immense usine comme on n'en fait plus, une usine tout-en-un, avec sa chaufferie, sa station d'épuration, son parc électrique, la rivière au milieu, et les villages de part et d'autre, qui prennent l'ombre des machines... Des kilomètres de tuyaux relient l'unité de transformation du bois à la papeterie proprement dite, et à la « machine 5 », cœur technologique de ce complexe industriel. C'est cette « machine 5 », qui faisait la fierté des ouvriers de ce coin du Pas-de-Calais, un monstre capable de produire 250 000 puis jusqu'à plus de 300 000 tonnes de papier magazine par an. C'est une des plus grosses machines d'Europe, implantée sur le site en 1990 à l'issue d'un chantier titanesque.