Areva et le scandale Uramin : l'Etat fantôme

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Attaquée, espionnée, Anne Lauvergeon a décidé de riposter. Lundi, l’ancienne présidente du directoire d’Areva a donné une conférence de presse pour dénoncer des manœuvres de déstabilisation, « venues du plus haut niveau », a-t-elle insisté. Manœuvres pour l’abattre, pour ternir son bilan. « Parce que je contrecarrais des intérêts privés qui souhaitaient le démantèlement d'Areva, qui souhaitaient récupérer des morceaux, qui souhaitaient pouvoir privatiser en particulier la mine. » « Je sais que j'ai heurté des intérêts privés, je sais que de ne pas être au club du Fouquet's pour faire du nucléaire, ça devenait un handicap tout à fait significatif », a-t-elle affirmé. Même Uramin, selon l’ancienne présidente d’Areva, est une affaire montée de toutes pièces. « L’Etat a validé en parfaite connaissance de cause son rachat », a-t-elle rappelé.